Stratégie Coupe du monde
jeudi 01 janvier 1970

bonneau portrait
jean-Maurice Bonneau, entraineur national - Ph. PSV - Jean Morel © Jean Morel

Jean-Maurice Bonneau aborde la reprise du circuit indoor avec pour seul objectif la qualification d’au moins un français en finale Coupe du Monde.

Pas question d’éparpiller les troupes, de promener nos champions, c’est en stratège que Jean-Maurice Bonneau aborde la reprise du circuit indoor avec pour seul objectif la qualification d’au moins un français en finale Coupe du Monde. Les mêmes noms reviendront tout au long de l’hiver. Qui ? Pourquoi ? Le sélectionneur nous l’explique.« Le règlement a changé, il n’y a plus d’épreuve qualificative pour les Grands Prix coupe du monde. Les organisateurs doivent tabler sur 38 partants, soit 33 sélectionnés par les fédérations nationales, avec une priorité pour le top ten, et 5 wild card (invitations). Chaque pays à un nombre de places attribuées d’avance, en l’occurrence deux pour la France, une parce qu’elle organise un CSI-W, et une autre car nous avons au moins un cavalier dans le top 60. L’épreuve du vendredi sert désormais à définir la grille de départ du GP Coupe du monde qui se court le jour le plus important, le samedi soir ou le dimanche selon les organisateurs. Si le comité d’organisation accueille plus de partants que prévu (ce qui risque d’être courant afin que les meilleurs cavaliers du pays soient présents), l’ensemble des cavaliers bénéficiant d’une wild card courront pour se qualifier dans les 38. En somme depuis le retour de Jerez je suis parti à la pêche aux wild cards. Afin de rationaliser les sélections j’ai repris la liste des couples en finale, regardé leur nombre de CSI-W courus, comme en patinage j’ai enlevé les extrêmes et fait une moyenne. On tombe sur 8 participations sur les 15 étapes du circuit. Donc plutôt que saupoudrer les énergies, disperser nos champions du monde, avec Olivier Le Page nous avons choisi de tabler sur 5 cavaliers récurrents afin que chacun puisse essayer d’accumuler un maximum de points pour la finale. Katie Prudent, Hervé Godignon, Eric Navet, Michel Robert et Olivier Guillon sont donc les premiers en lice, Edouard Couperie, Michel Hécart, et Olivier Jouanneteau sont en attente. Maintenant il faut jongler entre les places et les wild cards en fonction des points.Katie a déjà pris 12 points à Oslo (5e du GP Coupe du monde avec Caucalis puis gagnante du GP d’Aarhus le week-end dernier) va faire un maximum de concours en Europe avant d’aller aux USA en début d’année et donc libérer une place. Elle n’ira pas à Vérone la semaine prochaine, où seront les quatre autres car nous bénéficions de 2 wild cards. »

A plus court terme un autre objectif est également en vu, la finale du top-ten à Genève, du 12 au 15 décembre, à laquelle seul Eric Navet (13e actuellement) peut prétendre s’il engrange rapidement des points. On croise les doigts !