Un nouveau "Dieu" à l'ENE !
vendredi 20 octobre 2006

faure-portrait C
Le Colonel Jean-Michel Faure - Ph. ENE

Ecuyer en chef du Cadre Noir de Saumur depuis 1999, le Colonel Loïc de La Porte du Theil cédera sa place le 4 novembre prochain au Colonel Jean-Michel Faure qui deviendra alors le 36ème « Grand Dieu ».

La succession se fera à l’occasion des soirées de galas du Cadre Noir de Saumur à Lyon, les 1er, 3 et 4 novembre prochain. A la fin de la reprise de manège, le Colonel Loïc de la Porte du Theil, en tête de reprise, s’effacera pour laisser la place à son successeur. Le traditionnel salut final sera donc symboliquement effectué sous la conduite du Colonel Jean-Michel Faure.

Après avoir commandé le Centre d’Equitation Sportif Militaire de Fontainebleau, le Colonel Jean-Michel Faure revêt désormais la tunique noire du Cadre Noir de Saumur depuis le 1er septembre dernier et se prépare à ses futures fonctions d’écuyer en chef. Durant sa carrière militaire, il avait fait un premier passage au sein de l’Ecole nationale d’équitation de 1982 à 1987. Fait du hasard, il avait participé à son tout premier gala sous la tunique noire en 1983…. à Lyon, sa ville natale. Les journaux locaux de l’époque avaient titré : « le nouvel écuyer est lyonnais ». Sans doute pourront-ils titrer prochainement : « le nouvel Ecuyer en chef est lyonnais ».

Né le 14 novembre 1956 à Lyon, Jean-Michel Faure y passe toute son enfance. Issu d’une famille de quatre enfants, il commence la pratique de l’équitation à l’âge de 12 ans et se passionne très tôt pour la compétition de sauts d’obstacles, mais les revenus modestes de la famille ne lui permettent pas d’avoir son propre cheval. Néanmoins, ses bonnes performances en compétition et notamment sa place de finaliste lors des championnats de France Juniors en 1973 lui permettent de décrocher à l’âge de 16 ans la « bourse hippique de la vocation », décernée alors par la Fédération Equestre Française, grâce au mécénat de Monsieur Antoine Verlet. Outre la prime financière qui lui offre la possibilité d’acheter son propre matériel, l’obtention de cette bourse lui permet également d’être parrainé par un cavalier de 1ère catégorie : Jérôme Chabrol. Jean-Michel Faure part en stage chez ce dernier et se voit confier des chevaux de haut-niveau. Il passe alors son Baccalauréat et son monitorat. Mais soucieux de pouvoir poursuivre la pratique de la compétition à haut-niveau, il décide de s’engager dans la voie militaire et d’y faire carrière. Trop âgé de quelques mois pour présenter le concours de l’Ecole de Saint-Cyr, il entre en 1977 à l’Ecole d’Application de l’Arme Blindée Cavalerie de Saumur comme élève sous-officier d’active. En 1978, il part à La Valbonne et intègre le 4ème Régiment de Chasseurs. Il part ensuite à l’Ecole Militaire de Strasbourg pour préparer le concours militaire inter-armes. Durant 2 ans, il se concentre uniquement sur sa carrière militaire et ne monte plus à cheval pour réussir ses concours. A sa sortie de l’Ecole de Strasbourg, il intègre Coëtquidan où il recommence à pratiquer la compétition en 3ème catégorie. En 1981, il rejoint de nouveau l’Ecole de Cavalerie de Saumur comme sous-lieutenant et sort major de sa promotion. Repéré par le Colonel Durand, Ecuyer en Chef du Cadre Noir de Saumur, on lui propose alors un poste à l’Ecole Nationale d'Equitation dès sa sortie de l’Ecole de Cavalerie en 1982. Il revêt la tunique noire et or du Cadre Noir de Saumur en 1983 et participe à son premier gala à Lyon, sa ville natale, au mois de novembre de la même année. Cavalier de Sauts d’obstacles, il travaille au côté de Claude Merrien, alors responsable de la section CSO de l’école. Durant l’hiver 1984, ce dernier, cavalier de 1ère catégorie, part en stage à Fontainebleau chez Marcel Rozier, entraîneur national de l’équipe de France. Tout juste Champion de France 3ème catégorie, Jean-Michel Faure est du voyage car il vient de se voir confier une jument militaire, Java, qui semble avoir un bon potentiel. A l’occasion du stage, Marcel Rozier repère le couple et invite Jean-Michel Faure a prendre une licence 1ère catégorie pour la saison suivante. Très vite, les classements et victoires en Grand Prix s’enchaînent. Jusque là admiratif des plus grands cavaliers français de l’époque comme Eric Navet ou Laurent Elias, Jean-Michel Faure les côtoie sur les plus beaux terrains de concours et gagne le Grand Prix de Saint-Mère l’Eglise après le barrage face à Eric Navet montant le fameux Narcos.Après le départ de Claude Merrien, il est nommé chef de la section « Sauts d’Obstacles » à l’ENE. En 1986, il est champion du Monde militaire à Madrid avec Java et il est nommé la même année au grade de capitaine.En janvier 1987, il quitte l’Ecole Nationale d'Equitation de Saumur pour rejoindre le Centre Sportif d’Equitation Militaire à Fontainebleau. Il continue à gravir les échelons militaires : il est nommé Commandant en 1993, puis Lieutenant-Colonel en 1998. Au sein du CSEM, il est d’abord responsable de la section CSO puis directeur de la formation, puis commandant en second pour finir Chef de Corps de 2001 à 2004. Durant cette période, il est plusieurs fois finaliste du Critérium 1ère catégorie et remporte une dizaine de victoires en Grand Prix A1. De 2004 à août 2006, il est muté en Etat-Major à Paris en tant que responsable de formation à l’'Ecole Supérieure des Officiers de Réserves Spécialistes d’Etat-Major. Il continue la compétition à haut-niveau et, associé à Décurion Normand Mili, il décroche le titre de champion de France militaire en 2005 et le tournoi international militaire au Luxembourg l’année suivante.En 2006, il rejoint l’Ecole Nationale d'Equitation et s’apprête à succéder au Colonel Loïc de la Porte du Theil au poste d’Ecuyer en Chef du Cadre Noir de Saumur.