Une chasse en embuscade !
jeudi 21 août 2003

Donaueschingen-robert-galet
Michel Robert et Galet d'Auzay - Ph. PSV Jean Morel

A l’issue de la première journée, la chasse, les tricolores accrochent une belle 3e place au classement provisoire, et réalisent surtout un excellent tir groupé.


Michel Robert/Galet d’Auzay 7e, Eric Levallois/Diamant de Semilly et Michel Hécart/Quilano de Kalvarie 10e ex-aequo, et Reynald Angot/Tlaloc M 18e. Ces résultats parlent d’eux mêmes, la partie n’est bien sûr pas jouée à la veille de l’épreuve par équipe, mais la cohérence de notre formation est aussi prometteuse en vue du podium de demain que pour l’individuel de dimanche. En perspective du résultat collectif, l’Allemagne ­- Marcus Ehning/For Pleasure (2e), Christian Ahlmann/Cöster (12e), Ludger Beerbaum/Goldfever (13e), Otto Becker/Cento Dobel’s (15e) - nous devance d’à peine 2 points et la Suède – Malin Baryard/Butterfly Flip (4e), Héléna Lunbäck/Mynta (17e), Peter Eriksson/Cardento VDL (19e), Royne Zetterman/Richmont Park (37e) - à moins d’un. Par ailleurs la Suisse nous talonne également à moins d’un point et une surprenante équipe de Norvège se tient quelque trois points derrière ! Autant dire que : « les compteurs repartiront quasiment à zéro », comme le soulignait Michel Robert. Notons également qu’à l’exception de la Suédoise Malin Baryard/Butterfly Flip (4e), tous les autres équipiers des deux premières formations laissaient échapper au moins une faute… quand dans nos rangs on comptabilise deux sans-faute et parmi les plus rapides, soit ceux des deux Michel. Les lauriers du jour reviennent finalement à Thomas Velin/Carnute Equest qui devancent grâce à une quatrième option très peu usitée l’Allemand Marcus Ehning/For Pleasure de deux centièmes de secondes, et le Suisse Beat Mandli/Pozitano.

Eric Levallois :« Je n’ai jamais senti mon cheval comme ça cette saison, il est très en confiance, j’ai un lion entre les jambes ! La faute en sortie du double n°5 vient d’une trop grande trajectoire au milieu, j’ai remis la jambe, Diamant a répondu un peu fort et je suis resté les épaules devant ! »Reynald Angot :« Ce n’était pas très haut, mais le sol très mou suite aux fortes pluies d’hier donnait l’impression que les chevaux sautaient au moins dix centimètres au dessus. Je pense que cet effort supplémentaire a contribué à corser les choses. Pour ma part je fais une petite touchette montant, en sortie du double après la rivière (n°7), ce n’est pas son habitude, je suis arrivé un peu près. J’ai attaqué fort ma rivière, Tlaloc est très bien revenu après mais j’ai eu peur d’une faute de couverture et j’ai relancé un peu fort. A mon sens, chacun a rempli son contrat, nous sommes dans la course. » Michel Hécart :« Quilano m’a fait trois fautes de panique au paddock, en entrant en piste je n’étais pas très fier, et même s’il a bien sauté je n’ai pas osé rentrer dans les courbes, jouer davantage le jeu. Nous réalisons un bon tir groupé, sans avoir mis les chevaux à l’effort, c’est un départ très correct. »Michel Robert :« Après deux parcours avec une faute, notre mission avec Michel était le sans-faute rapide. A la reconnaissance le parcours m’avait semblé bien, adapté à mon cheval, finalement avec Galet nous avons beaucoup plus de travail que prévu pour remplir notre mission. C’est une épreuve difficile à gérer, en allant trop vite on risque d’ébranler le cheval pour la suite, et trop doucement on sort immédiatement du jeu. L’équipe est bien soudée, nous sommes complémentaires, il faut absolument que l’on décroche une médaille demain, rien ne nous en empêche… et je pense également au podium de dimanche ! »

Propos recueillis par Christelle IRAOLA

Dans une longue interview accordée à l’Eperon en juin 2002, le champion d’Europe en titre, (jusqu’à dimanche), Ludger Beerbaum, déclarait qu’ à son avis le meilleur reproducteur du monde était Carnute Equest un selle Français de treize ans fils d’Obéron du Moulin, appartenant au grand étalonnier danois Flemming Velin et monté par son fils Thomas. 49e de la computer list des cavalier internationaux publiée chaque mois par la FEI Thomas, 28 ans, svelte et souriant, les dents aussi blanches qu’il a la boucle blonde et l’oeil bleu viking ne paraissait pas plus étonné que ça d’avoir pris le commandement du championnat dès l’épreuve de chasse d’hier, devançant bon nombre de favoris annoncés. Après avoir salué le travail du chef de piste Olaf Petersen, il déclarait : « mon objectif pour cette saison était bien ce championnat, toute l’année j’ai travaillé dans ce sens et la semaine passée dans le GP de Valkenswaard où Carnute termine 2e derrière Flèche Rouge montée par Samantha MC Intosh, j’ai senti qu’il était vraiment en forme. Respectueux de son cheval, acheté à 5 ans à la française Véra Benchimol, Thomas Velin expliquait également que depuis le week-end passé il se remémorait le conseil d’un de ses aînés, le champion américain, Norman Dello Joio : « il m’a dit tu sais Thomas, il faut que tu coures pour avoir ce que tu veux. » Moyennant quoi à entendre le jeune danois au mieux de sa forme, ayant eu le loisir d’étudier le parcours puisqu’il partait en 64e position sur 77 concurrents il tenta d’emblée de prendre les options à risque et se paya ce luxe jusqu’au bout… « Et comme la chance était avec moi », concluait il avec humilité, n’attendez pas non plus une révélation extraordinaire sur la conduite qu’il compte tenir dans les phases à venir du championnat : « on va prendre une chose après une autre . »

Propos recueillis par Xavier Libbrecht

Photos PSV Jean Morelwww.psvphoto.com