Valet, dame, roi, as !
samedi 16 juin 2007

cannes7-podium
Ph. Dirk Caremans

Whatelet, Kürten, Lansink, Pessoa, telle était la main gagnante d’un superbe Grand Prix Jaeger-LeCoultre couru par 22 des 30 meilleurs mondiaux ! Ecoutez les impressions sur place du meilleur français Philippe Leoni, 8ème et de l'entraîneur national Gilles Bertran de Balanda

Dans la tiédeur cannoise, le stade des Hespérides aux couleurs parme et blanc a été le théâtre d’un affrontement de très, très haut vol sur deux manches et un barrage.Selon le règlement du Global Champions Tour, seuls les 18 meilleurs d’une première manche à 1,60 m étaient conviés à repartir. Ils ne seront que cinq à signer un sans faute dans le premier round de cette épreuve dotée de 300 000 euros ! Et pas un auteur français, même s’ils étaient deux, Philippe Léoni/Cyrénaïka et Hubert Bourdy/Toulon, à revenir en piste… mais ce ne fût que partie remise ! Sur son étalon fils de Heartbreaker, Hubert survola la seconde manche, malheureusement trois centièmes de seconde lui coûta un point de temps dépassé. Son ami et ancien élève, allait lui mettre les formes dans le rythme pour offrir un premier sans-faute à un public cannois très en verve. Un beau retour à haut niveau d’un couple en mal de résultat depuis le début de la saison. Mais le retard pris ne leur permettait que d’espérer un classement, l’Aixois finira au 8e rang, le cavalier-marchand de l’Ain, dans sa trace à la 9e place.

     Interview de Philippe Leoni

Le suspense ira grandissant avec l’entrée en piste des cinq derniers. Mais l’on compris rapidement qu’il y aurait un barrage et quel barrage ! Seul le Belge Christophe Cleeren qui revient sur la scène internationale avec un onze ans convaincant, Conan-Sea Cost, manquera au troisième tour à cause d’une rageante faute sur le dernier !Le champion olympique brésilien, donna le «la » à ce quatuor d’exception. Sa nouvelle acquisition, le bon Rufus, 12 ans, bien parti, dans un train modéré, concluera sur deux fautes de fatigue, a priori liée à une répétition d’efforts peu ordinaire. Dans sa trace les champions du monde en titre, Jos Lansink et Cumano avalèrent sans sourciller ces 8 derniers obstacles d’une soirée en 32 difficultés dressées par Serge Houtmann… mais au dessus du temps autorisé, enfin le premier chiffre annoncé car Rodrigo étant dans le même cas, le jury rallongea le délais !Comme on pouvait le supposer, le réel duel au chronomètre se joua entre Irlande et Ukraine. Audacieuses et précises, Jessica KÜrten et Libertina prirent tous les risques… et pourtant, elles ne purent empêcher le triplé de Grégory Wathelet et Lantinus.

Les vainqueurs de Wiesbaden et Bourg en Bresse bouclèrent leur tour avec 2,5 secondes de moins ! « Mon cheval est rapide, a une grande galopade, ce qui m’a permis de faire la différence aujourd’hui », soulignait avec un large sourire ce sérieux candidat pour les championnats d’Europe… s’il parvient à garder le très demandé cheval d’Alexander Onyschenko !

     Interview de Gilles Bertran de Balanda

Résultats détaillés du Grand PrixPhotos de Cannes par Dirk caremans