Beaumont-Hague : un superbe stade équestre en Cotentin
mardi 24 mai 2011

hague podium
Emmanuel Vincent , Florian Angot et Laurent Goffinet entourés par l'équipe de Beaumont-Hague © Paul Dubos

« La Manche, terre de champions », ce titre qui a fait la une de plaquettes à la gloire du cheval dans un passé récent, est toujours d’actualité en Nord Cotentin.

Cette fois, il concerne les hommes, en effet, tous ceux qui ont découvert le tout nouveau stade hippique de la Hague, inauguré ce week-end, à l’occasion du Concours national de la SHR de Beaumont-Hague, ont  été  « bluffés » par ce qu’ils ont découvert.

3 superbes terrains de grande taille, légèrement décalés en hauteur, dont un en herbe, des gradins presque naturels mais confortables, offrant une excellente visibilité, de vastes emplacements pour le stationnement du public (très nombreux), des camions et des boxes démontables, positionnés sur des aires complètement stabilisés, le tout dans un cadre champêtre et paysagé. Bref l’appellation de stade hippique n’a jamais été aussi bien appropriée. L’admiration a été unanime tant du coté des cavaliers que du public.  « Même un international y trouverait sa place » pouvait‘on entendre et la remarque n’a rien de prétentieux, car ici dans ce « bout du monde », la raison, le travail, le sérieux ont priorité sur la fanfaronnade.
Tous ceux qui ont contribué à la réalisation de cet investissement, le président de la SHR  Jean Marie Mesnil en tête, sont des gens de terrain, des hommes de chevaux, des paysans, qui connaissent la valeur de l’argent et ont tenu à le bien investir.
De l’argent (public), il en a fallu et cette région en a probablement plus qu’ailleurs du fait des royalties versées à la communauté de commune, par la toute proche et importante usine de la Hague, mais ce n’est pas une raison pour le mal utiliser, et c’est ce qui a présidé à la conception (longue) et la réalisation de ce projet. Bref il faudra aussi faire tourner l’outil, mais la qualité d’ensemble (en particulier des terrains) y contribuera largement.
 Emmanuel Vincent, vainqueur
D’ailleurs ce premier jumping (550 engagés) portant l’appellation de national 2, avait un air de national 1 avec la présence des Florian Angot, Bertrand et Hubert Pignolet, Bruno Rocuet, Guillaume Batillat, Xavier Leredde, Laurent Goffinet, Emmanuel Vincent, Ludovic Leygue, Romain Bourdoncle, etc…
Quant à l’accueil et l’ambiance, elles étaient déjà d’actualité à Vauville (ancien site du concours).
La petite histoire retiendra que dans le grand prix fort de 57 partants, c’est Emmanuel Vincent qui l’a emporté à l’issue d’un barrage à couper le souffle en selle sur Obligée de Vains (Allegreto) devant Florian Angot et Paraguana des dames (Nabab de rêve) puis Laurent Goffinet et Ketmye du bois (Diamant de semilly), Ludovic Leygue et Océane de semilly (Quick star) et Benjamin Devulder sur Québec Tame (For Pleasure).
La grande histoire commence pour ce superbe outil, dans cette belle région qui a vu naître de grands champions, chevaux, cavaliers, mais pour l’heure c’est d’organisateurs bénévoles qu’il s’agit.