Le Grand Parquet aux normes olympiques
samedi 03 avril 2021

La seconde tranche des travaux sur le site de Fontainebleau a notamment entraîné la fusion des des carrières des Princes et de Diane
La seconde tranche des travaux sur le site de Fontainebleau a notamment entraîné la fusion des des carrières des Princes et de Diane © Béatrice Fletcher

Successivement terrain de chasse à courre sous Louis XIV, hippodrome au début du XXème siècle, puis stade équestre international, le Grand Parquet de Fontainebleau opère une profonde reconversion vers la modernité grâce à des travaux d’envergure engagés depuis 2020.

Le site bellifontain de 26 hectares, qui accueille chaque année une centaine de jours de compétitions, dont la Grande Semaine de l’Élevage depuis 1956, a bénéficié au fil des décennies de nombreux aménagements. De 2007 à 2012, la communauté d’agglomération du Pays de Fontainebleau (CAPF) pilotait notamment la construction des tribunes et de nouveaux boxes en dur, aujourd’hui au nombre de 237. Toutefois, ces dernières années, les sports équestres ont été marqués par une standardisation de la qualité des sols en termes de bondissement. L’immense majorité des compétitions se déroule désormais sur des carrières en sable qui offrent, contrairement aux surfaces en herbe, une égalité des chances à l’ensemble des concurrents au cours de la même journée. Pour répondre aux attentes de plus en plus pressantes des cavaliers et organisateurs, les collectivités territoriales (région, département, CAPF) soutenues par le Fonds Eperon, (et plus récemment grâce au Plan de Relance gouvernemental) se sont engagées dans un programme de rénovation du site sur quatre ans destiné à répondre aux normes olympiques.
L’architecte Claude Panloup l’explique « la demande de la collectivité portait sur une réflexion globale de redistribution des espaces. Les travaux de 2012 ont modifié la circulation du public et des cavaliers. Autrefois l’accès principal se faisait route d’Orléans. La nouvelle entrée des camions, avec accès aux boxes (près de la base de la Gendarmerie et de l’hippodrome de la Salamandre ndla) a considérablement modifié les comportements du public qui ne s’irrigue plus de la même manière. Les carrières de Prince et de Diane sont apparues comme le nouveau centre névralgique du site en lieu et place du terrain d’honneur. » Lors de la phase 1 des travaux, réalisée à l’hiver 2020, le Petit Parquet, historiquement en herbe, et sujet à nombre de critiques, était entièrement revu par Equiplus, agrandi aux normes olympiques (8000 m2), ensablé et équipé d’un système d’irrigation par capillarité qui recueillait l’adhésion unanime des utilisateurs lors de la Grande Semaine 2020.  

La seconde tranche de travaux

L’architecte le souligne, le site étant occupé de mars à novembre, les travaux ne pouvaient être programmés qu’en hiver et répartis sur plusieurs années. « La seconde tranche de travaux, débutée en janvier 2021, s’est avérée nettement plus lourde que la première. » Poste phare, la réunion des carrières des Princes et de Diane par Toubin et Clément en une aire unique de 8000 m2 équipée d’un système de subirrigation. « Ce dispositif, très économe en eau, est comparable à celui du bac à réserve d’eau à l’échelle d’une carrière, indique Claude Panloup. Le réseau de drains placé dans les sous couches draine ou alimente la couche de surface selon les besoins. Contrairement à l’arrosage de surface, les lices et les obstacles ne sont pas dégradés, le niveau d’humidité est constant et uniforme, d’où une portance homogène. » Le problème le plus complexe à résoudre pour rendre le site opérationnel était de permettre à la fois la circulation des véhicules lourds et le passage des chevaux entre le Spring Garden et les Princes. L’étroit passage situé sous la passerelle piétons en bois a fait place à pont cadre (large tunnel) en béton bardé de bois équipé d’un sol en caoutchouc, qui soutient un passage stabilisé destiné aux véhicules. « De plus, ajoute Agathe Jolly, directrice du site, une vaste butte en forme de fer à cheval, agrémentée de gradins, a été aménagée autour de la carrière des Princes pour accueillir un restaurant panoramique avec vue également sur le Petit Parquet, ainsi que les stands des exposants, qui disposeront d’un espace supplémentaire en lisière de forêt. L’alimentation en électricité et points d’eau potable a été renforcée, de même que l’évacuation des eaux usées. »
Dans les jours à venir, une tribune bardée de pin Douglas de 12m de front (climatisée) ouverte frontalement et latéralement pour permettre une vision aussi large que possible du terrain, sera installée. À noter que la connexion Internet, sujet de nombreuses plaintes de la part du public, bénéficiera des performances de la fibre optique, actuellement déployée sur le secteur. La carrière du Puits du Cormier a été quant à elle rénovée et agrandie (98 x 50) pour être éventuellement divisée en deux paddocks. À ce jour, le Grand Parquet dispose donc de trois pistes en sable, dont deux aux dimensions olympiques, équipées chacune de leur propre terrain de détente, plus le terrain d’honneur. Les travaux de la 3ème tranche devraient débuter à l’automne 2021. Le terrain d’honneur,  maintenu en herbe et dans sa conformation actuelle, bénéficiera de travaux d’entretien considérables. Grâce à deux nouvelles plate formes en béton, 96 boxes démontables supplémentaires pourront être installés, un moyen d’approcher l’autonomie en termes d’accueil des chevaux (840), la jauge étant de 300 chevaux par jour sur les trois pistes. D’importants travaux de stabilisation des parkings seront également engagés, tandis que la piste cyclable, qui relie la gare au Grand Parquet, est en cours d’aménagement. La toute nouvelle carrière des Princes accueillera  le « Fontainebleau Classic » du 29 avril au 2 mai. 

Le Grand Parquet semble bien être en passe de réussir le pari de se moderniser tout en conservant ses atouts paysagers et son charme historique.