Lancement d'un CAP sellier-harnacheur en Nouvelle-Aquitaine
jeudi 11 novembre 2021

Formation sellier-harnacheur
Formation sellier-harnacheur © DR/Augustin Barrière

Avis aux passionnés de métiers manuels et attirés par le travail du cuir. En Nouvelle-Aquitaine, le cluster de la filière cuir ResoCUIR a créé, en collaboration avec le lycée Porte d'Aquitaine de Thiviers, le GRETA CFA et la région Nouvelle-Aquitaine, une formation unique dans cette région : le CAP sellier-harnacheur, qui s'effectuera en apprentissage durant un an.

C'est pour répondre au besoin de main d'oeuvre, mais aussi pour transmettre les savoir-faires du travail du cuir, que cette nouvelle formation de CAP sellier-harnacheur a été créée. Pour son premier cycle, qui se tient sur l'année scolaire 2021/2022, neuf apprentis ont intégré quatre entreprises installées en région Nouvelle-Aquitaine : Antarès, LIM Group (CWD, Devoucoux, Butet), Meyer Selles et Sellerie Cassou. Durant un an, les trois hommes et six femmes qui composent cette promotion, tous âgés de 18 à 27 ans, alternent entre pratique en entreprise et semaines de formation en tronc commun sur les thèmes du dessin technique, de l'art appliqué, des cours en atelier, de l'enseignement professionnel, pour terminer par monter leur propre selle en entreprise. « Tous sont issus de parcours différents, certains ont déjà travaillé le cuir, d'autres pas du tout. Certains sortent de leurs études alors que d'autres étaient déjà dans le milieu professionnel. En revanche, tous sont motivés, ce qui est essentiel », expliquait Jimmy Martinez, formateur, au travers d'un communiqué transmis par le service de presse de ResoCUIR. 

Quelles perspectives d'embauche ?

Selon Jimmy Martinez, « le métier de sellier-harnacheur ouvre des débouchés à la fois, bien sûr, dans notre branche de sellerie ou de briderie, mais également dans les entreprises de maroquinerie, puisque de nombreuses techniques sont communes à la sellerie et à la maroquinerie. » Ainsi, un apprenti formé par exemple à la piqure machine pourrait tout aussi bien faire carrière dans les métiers du cheval, ou bien se tourner vers la mode, jusqu'à pourquoi pas ouvrir sa propre structure ! « Le but de cette formation étant que les structures où ils font leur apprentissage puissent leur proposer une suite si les conditions le permettent. Il y a un réel dynamisme d'emplois autour des métiers du cuir en Nouvelle-Aquitaine. »

Pour plus d'informations, cliquez ici.