-->

Edouard Mathé mis en examen
dimanche 23 janvier 2022

Edouard Mathé lors du Longines Deauville Classic à l'été 2021
Edouard Mathé lors du Longines Deauville Classic à l'été 2021 © Scoopdyga

Les faits reprochés sont graves. Nos confrères du Journal du Dimanche ont dévoilé dans un article paru aujourd'hui qu'Edouard Mathé, directeur technique et cavalier de l'écurie Tendercapital, a été mis en examen pour "viols", "atteintes sexuelles" et "harcèlement".

L'homme de quarante ans a fait l'objet de quatre plaintes de jeunes femmes, dont plusieurs étaient mineures au moment des faits. L'article de nos confrères se focalise notamment sur la plainte d'une de ses présumées victimes, qu'ils prénomment "V."* et qui aurait été sous l'emprise du cavalier pendant un peu moins d'un an. Si Edouard Mathé et V. ont entretenu une liaison consentie, plusieurs actes, notamment d'ordre sexuel, se seraient déroulés sous la contrainte, comme relate le JDD : « [Il a] fait en sorte qu'on couche ensemble chez lui, sur son canapé et dans son lit. [...] Je n'étais pas d'accord et il a trouvé les arguments. » « Une fois, [...] il m'a forcée à le faire dans la chambre alors que son fils était dans la chambre à côté. » « Quand j'avais fait un mauvais score, il me disait en guise de punition : 'Tu n'as fait que 4 points, tu dois me faire une fellation.' Nous étions en voiture […], j'avais cédé, je n'avais pas le choix sinon ça partait en live, on s'engueulait. » 
Les avocats de la présumée victime mettent en avant une situation d'abus de personne ayant autorité, puisqu'Edouard Mathé était également le coach et l'employeur de la jeune femme, dont les parents ont également porté plainte. À cela s'ajoutent également des faits de harcèlement lors des nombreuses tentatives de ruptures à l'initiative de V., sans cesse rattrapée par Edouard Mathé qui lui aurait « retourné le cerveau » pour l'inciter à rester auprès de lui. 

À noter qu'Edouard Mathé fait depuis le mois d'octobre 2021 l'object d'une suspension de sa licence par la FFE et serait, toujours selon nos confrères, interdit de compétition pour cinq ans, dont trois avec sursis. Suspension à laquelle il aurait fait appel.

Pour lire l'article du Journal du Dimanche, cliquez ici

*l'initiale de son prénom a été modifiée