Le format à trois couples par équipe conservé pour Paris 2024
mercredi 17 novembre 2021

Assemblée générale de la FEI
Du 14 au 17 novembre, se tenait l'assemblée générale de la FEI © FEI/Dirk Caremans

Le sujet était déjà au cœur de toutes les discussions lundi à Anvers, lors du premier jour de l’assemblée générale de la Fédération équestre internationale. Ce 17 novembre, les fédérations membres de l’assemblée ont fait leur choix : le format olympique initié à Tokyo sera également celui appliqué à Paris en 2024. Qu’il s’agisse du saut d’obstacles, du concours complet, du dressage ou encore du para-dressage, la règle sera donc la même : les équipes ne seront constituées que de trois couples. Une configuration votée à soixante-dix voix contre trente (et même soixante-dix-neuf à dix-neuf pour la discipline paralympique). Pourtant, certains cavaliers - qui restent les premiers concernés ! - n’ont pas manqué de rappeler à quel point ils désapprouvaient ce format, à l’image de Steve Guerdat lundi. « Oui, nous avons vu du beau sport à Tokyo grâce aux chefs de piste, aux cavaliers et aux chevaux. Nous avons vu du beau sport grâce à ces personnes-là, et certainement pas grâce au nouveau format », a-t-il déclaré. Lors de son intervention, le Suisse a ainsi notamment remis en cause le fait de commencer par l’épreuve individuelle, pointé du doigt le fait que les cavaliers n’avaient pas d’autre choix que de finir leur tour pour ne pas pénaliser leur équipe et que cela ne devrait pas être, abordé la question du bien-être animal, puis a déconstruit un à un tous les arguments qui avaient été émis en faveur de ce format à trois et sans drop-score. Malgré ce discours des plus justes et percutants relayés par de nombreux cavaliers et propriétaires, c’est bien un format à trois couples par équipe qui a été voté par les fédérations nationales et que connaîtront les Jeux olympiques de Paris dans trois ans.

Pour consulter le système de qualifications pour Paris 2024 également voté ce jour, cliquez ici.

Pour consulter le compte-rendu de cette assemblée générale, cliquez ici.

Retrouvez l'intervention complète de Steve Guerdat :