Patrick Dehaumont nommé préfigurateur du GIP France Haras
vendredi 21 mai 2010

dehaumont
dehaumont

Agé de 53 ans, vétérinaire, directeur de l’Agence nationale du médicament vétérinaire, Patrick Dehaumont a été désigné pour mettre en place le GIP « France Haras » qui récupèrera les actions d’ordre concurrentiel des Haras nationaux. Il devrait ensuite en prendre la direction.

Difficile mission que celle qui incombe à Patrick Dehaumont. On sait que la fusion, voulue par le gouvernement, des Haras nationaux et de l’Ecole nationale d’équitation (ENE) se solde par la naissance de… deux établissements : L’IFCE (Institut français du cheval et de l’équitation), établissement public qui reprend la partie régalienne des missions des Haras nationaux et de l’ENE, créé le 22 janvier dernier et dirigé par Philippe de Guénin ; et le Groupement d’intérêt public « France Haras » qui reprend les missions dites concurrentielles (étalonnage des principales races de sang, signalement…). La constitution de ce GIP ne sera pas simple. D’une part pour des raisons tactiques et politiques : de prime abord, cette structure a été considérée par certains comme un moyen pour l’Etat de déléguer aux collectivités territoriales et aux socio-professionnels qui s’associeront à sa mise en place, les réductions de personnel et la liquidation à moyen terme de la mission historique d’étalonnier des Haras nationaux. En tout état de cause, la constitution du GIP comportera d’autre part des difficultés d’ordre pragmatique. Ce GIP devra en effet composer avec l’IFCE (personnel mis à disposition, locaux), les collectivités territoriales, les syndicats, la multitude d’organismes impliqués dans sa constitution (de France Galop à la fédération des ânes et mulets en passant par l’union des chevaux de sport, etc.), pérenniser un budget…L’homme à qui incombe cette mission et qui devrait ensuite diriger France Haras est donc Patrick Dehaumont. Pressenti depuis quelques semaines (il avait notamment fait une première apparition dans les locaux de l’antenne parisienne de l’IFCE à Paris le 21 avril), il a reçu sa lettre de mission lundi 17 mai. Il était présent mardi 18 mai à l’assemblée générale de l’ANSF, où Cavadeos a donc pu le rencontrer (voir vidéo).

Agé de 53 ans, vétérinaire, jusqu’alors directeur de l’Agence nationale du médicament vétérinaire (ANMV). Au sein de l'AFSSA (Agence française de sécurité sanitaire des aliments), l'ANMV est en charge des autorisations de mise sur le marché des médicaments vétérinaires, du contrôle des établissements pharmaceutiques vétérinaires, du contrôle de la qualité des médicaments vétérinaires, et de leur suivi à travers la pharmacovigilance. Auparavant, Patrick Dehaumont a exercé des responsabilités variées au sein de l’administration centrale du Ministère de l’Agriculture et de ses services déconcentrés. Il a ensuite participé à la préparation de l’accession à l’Union européenne de la Pologne comme chef de projet pour le compte de la Commission Européenne, puis fut en charge du suivi de la politique européenne de recherche au sein de l’INRA.

Télécharger (format PDF) la lettre de mission de M. Dehaumont