Plan Ambition Cheval : L’élevage cherche son bon plan (3/4)
jeudi 21 novembre 2019

Top Foal Bourg en Bresse
Pendant le Jumping International de Bourg en Bresse, le Top Foal est une belle vitrine pour l'élevage régional © Jean-Louis Perrier

Confiée à la direction de l’Agriculture, le plan ambition cheval de la région Auvergne Rhône-Alpes se devait de commencer par ceux qui sont à la base de tout, les éleveurs. Le volet élevage bénéficie d’une enveloppe de 1, 4 € sur trois ans… enfin, en principe !

Socle de toute filière, les producteurs ne sont pas toujours les mieux lotis dans le partage du gâteau économique, et la filière cheval ne déroge hélas pas à la règle ! Auvergne Rhône Alpes est une région forte d’environ 4 000 éleveurs ayant fait naître 5 192 poulains en 2017 selon le chiffre de l’IFCE. Les chevaux de traits sont très présents, première région en effectif pour les comtois, et les massifs montagneux sont le berceau de race du cheval du Vercors Barraquand et du Cheval d’Auvergne cher à Laurent Wauquiez, tandis que l’âne du Bourbonnais vient de l’Allier. Côté sport les éleveurs ont fait naître de beaux ambassadeurs comme Prêt à Tout, produit de l’élevage Louchet dans le Rhône, Vénizia d’Aiguilly de l’élevage ligérien de la famille Perreau, et la relève s’illustre dans les concours SHF et ceux du Selle Français. De quoi susciter la considération des élus de la société civile et pourtant les éleveurs connaissent de nombreuses difficultés dans leur démarche.

Tous les syndicats d’éleveurs des différentes races et de chaque département sont réunis au sein de l’ASECRA. En novembre 2017, les 14 syndicats d’éleveurs de chevaux de sport, tout en restant membres de l’ASECRA se sont regroupés au sein de la SHF Auvergne Rhône-Alpes destinée à donner un nouveau souffle à cette composante. Malheureusement ça n’a pas été le cas et son président Julien Blot, très pris par ses propres activités dans son haras de Numénor vient de passer la main. Le problème est qu’entre temps les rendez-vous ratés avec les décideurs de la région risquent fort de mettre à mal l’enveloppe qui devait être attribuée en 2019 ! 

D’autres menaces pèsent sur cette enveloppe répartie en quatre axes :

  • L’amélioration de la compétitivité des exploitations agricoles dotée de 300 000€ pour trois ans portant sur la modernisation des bâtiments d’élevage.
  • L’amélioration de l’adéquation entre l’offre et la demande avec l’objectif de soutenir la valorisation des jeunes chevaux. Cette attribution est contestée par le président de la Filière Régis Bouchet au profit du collège utilisateurs dont ce pilier des structures fédérales est issu. Pourtant la valorisation est bien une mission de la SHF et non de la FFE ! Le débat promet d’être serré car l’enjeu est à hauteur de 700 000€ sur trois ans !
  • Organiser un circuit de ventes innovant avec une enveloppe de 60 000€ sur trois ans
  • Développer la promotion/communication de la production portant notamment sur la présence sur les grands rendez-vous comme les salons et la mise en place d’outils de communication. Cette série d’actions à hauteur de 189 000€ sur trois ans est confiée à la Filière. Là aussi le débat s’annonce tendu car l’enjeu interne porte notamment sur la répartition du temps de travail de l’unique salariée du Conseil de la Filière qui est le destinataire de cette enveloppe.
  • Analyser l’évolution de la filière équine régionale : mise en place d’un pôle d’analyse fournissant les indicateurs nécessaires pour suivre l’évolution de la filière et l’accompagner : une enveloppe de 76 000 €. Jusqu’alors cette mission transitait par l’IFCE.

 Il ne reste plus qu’à souhaiter que le dialogue interne au Conseil de la Filière soit fertile pour son propre avenir ! 

Pour en savoir plus : 

Volet 1 : La Région Auvergne Rhône-Alpes mise sur la filière équine

Volet 2 : Plan Ambition Cheval - Un coup de pouce pour les clubs