Sylvie Robert : « Nous nous sommes lancés dans un marathon »
vendredi 18 novembre 2022

Sylvie Robert
Sylvie Robert © Scoopdyga

Après le clap de fin d’Equita Lyon 2022 début novembre, Sylvie Robert et toute son équipe ont désormais les yeux rivés sur les Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024, dont GL events Equestrian Sport organisera les épreuves équestres, sous l’égide du comité olympique. Rencontre avec celle qui incarne l’organisation des beaux événements équestres français et pour qui les deux prochaines années s’annoncent rythmées.

Quel bilan tirez-vous d’Equita Lyon 2022 ?

Cette vingt-huitième édition d’Equita Lyon, le Salon du cheval de Lyon, et de son Longines Equita Lyon, Concours hippique international, est une réussite. Au-delà des chiffres, qui sont très satisfaisants avec un nouveau record de fréquentation, il s’agissait de la première réelle édition post-Covid, sans contrainte sanitaire. Et nous avons parfaitement ressenti tout le bien qu’a suscité un tel rassemblement de passionnés, qui appartiennent à la même grande famille du cheval et qui se trouvaient privés de grands événements. Nous sortons d’une crise difficile psychologiquement, et nous ressentons encore davantage maintenant le besoin de nous retrouver ensemble et de partager. C’est la vocation d’Equita Lyon depuis son lancement, il y a bientôt trente ans, et cette vocation, cette raison d’être, trouvent un sens encore plus profond depuis la crise sanitaire.

Qu’en a-t-il été du Printemps des sports équestres, qui s’est tenu à Fontainebleau, et qui a réuni championnats de France Pro et CSI4* ?

Quant au Printemps des sports équestres, sa première édition est également une réussite. Il s’agissait, pour les équipes de GL events Equestrian Sport, du premier événement outdoor dont nous avions la responsabilité, avec l’organisation d’un CSI4*, sur un site que nous découvrions, dans le cadre d’une collaboration avec la Fédération française d’équitation qui, si elle n’est pas nouvelle tant nous avançons main dans la main sur la programmation sportive d’Equita Lyon et du Longines Equita Lyon, nous engageait malgré tout dans un défi de taille : celui de redynamiser le Master Pro de saut d’obstacles. Nous sommes heureux de la confiance que nous témoigne la FFE en nous demandant de travailler, sur le long terme, à un format novateur de compétition.

À quoi vous attachez-vous particulièrement lorsque vous mettez en place un événement ? Quels détails requièrent plus spécifiquement votre attention ? Qu’est-ce qui est véritablement important dans le cadre de l’organisation de tels événements ?

Le point auquel je suis le plus attachée est celui de la remise en question continue. C’est vrai, GL events Equestrian Sport, le département équestre de GL events, a connu d’importants succès depuis sa création. Chaque année, nous organisons un salon du cheval devenu une référence internationale et quatre étapes des circuits Coupe du monde FEI. La Fédération équestre internationale nous a fait confiance et nous a attribué à deux reprises l’organisation d’une double finale, de saut d’obstacles et de dressage, en 2014 et 2018 (respectivement à Lyon et Paris Bercy, ndlr). Depuis plus de dix ans, la maison Hermès nous renouvelle sa confiance pour la collaboration autour du Saut Hermès au Grand Palais puis au Grand Palais éphémère, dont nous sommes partenaire et prestataire. Depuis 2022, nous organisons le Printemps des sports équestres à Fontainebleau, qui comprend un CSI4* et, dès l’an prochain, un CDI5*, et le Master Pro de saut d’obstacles pour le compte de la Fédération française d’équitation. Nous venons d’être retenus par Paris 2024 dans le cadre de l’appel d’offres lancé autour des épreuves d’équitation des Jeux Olympiques et Paralympiques à Versailles. Le plus grand piège serait alors de se reposer sur nos lauriers et de penser que nous sommes les meilleurs. Cela serait dangereux et je pousse l’équipe qui m’entoure à ne jamais s’endormir sur nos succès. Je suis une manager exigeante, mais cette exigence, je me l’applique également parce que je suis convaincue que nous pouvons toujours progresser.

La suite de cet entretien est à découvrir dans le numéro 444 de L'Eperon Hebdo (paru le 16 novembre 2022), disponible sur notre boutique en ligne.