Avec votre cheval, aidez la recherche sur la piroplasmose et les tiques vectrices
samedi 16 mai 2020

Tique
ph. Dreamstime.com

Découvrez PiroGoTick, un projet de recherche national scientifique participatif sur la piroplasmose et les chevaux.

La piroplasmose équine

La piroplasmose équine est une maladie parasitaire due à la multiplication, dans les globules rouges des équidés (cheval, âne, mulet, zèbre), de deux parasites : Babesia caballi et Theileria equi. Il s'agit d'une maladie dite vectorielle, c'est à dire qu'elle n'est pas directement contagieuse. Sa transmission d'un équidé à l'autre nécessite l'intervention d'un vecteur : une tique

En dehors de sa forme aigüe, caractérisée par une forte fièvre et des muqueuses jaunes (ictère), cette maladie est caractérisée par un portage dit asymptomatique des parasites qui peut durer toute la vie de l'équidé et entrainer un amaigrissement et/ou une baisse de forme. Cette forme latente peut, sous l'effet d'un stress ou de l’apparition d’une autre maladie, évoluer vers une forme aigüe. Ces équidés représentent des sources d'infection permanente pour les tiques. 

Ainsi, votre équidé peut être porteur de la piroplasmose sans avoir jamais déclaré de symptômes.

En dehors de quelques pays indemnes, la piroplasmose équine est présente partout dans le monde.

Et en France ?

La piroplasmose équine est endémique en France (présente en permanence sur tout le territoire). Toutefois, peu de données existent sur cette maladie, ses agents et leurs tiques vectrices en France. 

Objectifs du projet de recherche « PiroGoTick »

Avec votre participation, le projet se propose d'apporter des connaissances à la fois sur les tiques qui transmettent la piroplasmose équine, mais aussi sur les deux parasites responsables, Babesia caballi et Theileria equi, qui infectent les hématies de vos équidés.

Des connaissances sur les tiques 

Pour les tiques, nous proposons de réaliser un inventaire des tiques collectées sur les équidés de la France entière pour apporter une connaissance fine des espèces rencontrées et de leur répartition géographique (programme PiroTick). En effet, certaines régions semblent plus touchées. Est-ce dû à la présence de certaines espèces de tiques dans ces régions ? Est-ce dû à la présence de tiques en quantité plus abondantes ? Ce volet de ce projet de recherche permettra de répondre à ces questions. 

Nous proposons aussi, avec votre participation, d'analyser la dynamique saisonnière de ces espèces de tiques sur vos chevaux, grâce au suivi pendant deux ans de chevaux sur 200 sites en France (programme Pirosentinel). Il s'agit là de préciser les périodes d'activités de ces tiques et donc les périodes à risques pour vos chevaux, qui sont différentes selon les espèces de tiques et selon les zones géographiques en France.  

Grâce aux tiques que vous enverrez, nous pourrons préciser la compétence vectorielle (c’est à dire la capacité à acquérir, multiplier et retransmettre le parasite) des espèces de tiques vis à vis des deux parasites, en conditions naturelles d'infection et de transmission. Ces données permettront aussi d'affiner la notion de risques de transmission en fonction cette compétence. 

Des connaissances sur la maladie et sur les parasites responsables : Theileria equi et Babesia caballi

Nous souhaitons améliorer les connaissances sur la prévalence des deux parasites chez les équidés en France. Grâce au RESPE (Réseau d'Epidemiologie Surveillance en Pathologie Equine), et aux analyses réalisées par son sous-réseau Piro-like, nous disposons de chevaux présentant des symptômes de piroplasmose sur la France entière. Mais il existe peu de données sur chevaux asymptomatiques, dits aussi « porteurs sains ». Notre objectif est d'améliorer ces connaissances. 

Pour l'instant, le projet prévoit un focus sur les Pays de Loire (programme PiroQuest) avec une étude pendant 2 ans sur 500 chevaux reçus au CISCO (Centre International de Santé du Cheval d'Oniris, Ecole Vétérinaire, Agroalimentaire et de l'Alimentation de Nantes), qui sera complétée par l'étude sur les chevaux recrutés comme sentinelles dans le projet Pirosentinel. Les résultats des 100 premiers chevaux recrutés au CISCO sont déjà disponibles en ligne sur www.pirogotick.fr, accessibles aux participants, dans le respect des règles d'anonymat. Pour chaque équidé, un questionnaire visant à réaliser une analyse des facteurs de risque de contracter la piroplasmose par ces chevaux a été complété et sera analysé à la fin de l'étude. 

Les prélèvements sanguins, réalisés pour l'analyse de prévalence des parasites, seront aussi utilisés pour cultiver les parasites, et pour étudier la diversité génétique de chacune des deux espèces. Connaître cette diversité génétique permet d'évaluer les performances des tests diagnostiques actuels en fonction des variants génétiques présents en France (faux négatifs principalement). La diversité génétique sera aussi analysée en lien avec la répartition géographique des parasites, mais aussi avec les vecteurs potentiels. 

Les partenaires du projet

Le projet est porté par l'UMR INRAE/Oniris BIOEPAR, le CISCO (Centre International de Santé du cheval d'Oniris), le RESPE (Réseau d'Epidémiologie Surveillance en Pathologie Equine) et l'Association pour le Développement des Sciences Equines. Nous espérons que de nombreuses autres associations de professionnels ou de particuliers du monde du cheval rejoindrons notre projet. 

Comment participer ?

Participez en 1) diffusant autour de vous l'information sur le projet PiroGoTick, 2) en envoyant les tiques que vous collectez sur vos équidés et 3) en inscrivant votre/vos équidés comme chevaux sentinelles 

C'est simple et facile. Toutes les infos sur le site