Homéopathie : comment l’utiliser chez le cheval ?
vendredi 26 mars 2021

Gélules homéopathiques
L'homéopathie s’avère pertinente lorsqu’elle est utilisée seule ou en complément d’un traitement allopathique chez les chevaux. © DR

Depuis quelques années, les médecines alternatives semblent avoir le vent en poupe et intéressent de plus en plus de propriétaires d’équidés. Parmi elles, l’homéopathie. Si son efficacité peut être remise en cause, elle s’avère pourtant pertinente lorsqu’elle est utilisée en complément d’un traitement allopathique ou même seule, notamment chez les chevaux.

Souvent considérée comme une médecine non-conventionnelle, l’homéopathie a tout de même su trouver ses adeptes au fil du temps. Aujourd’hui, de nombreux médecins n’hésitent pas à la prescrire, tout comme de multiples vétérinaires. L’homéopathie se base sur un principe simple : celui de la similitude. Samuel Hahnemman, fondateur de cette méthode de thérapie, l’énonçait ainsi : « Toute substance capable de provoquer des symptômes chez un individu sain possède également, lorsqu'on l'emploie à des doses suffisamment atténuées, la propriété de supprimer ces mêmes symptômes chez un individu malade. » Ainsi, utiliser l’homéopathie revient à chercher un produit qui provoquerait l’apparition de certains symptômes afin que l’organisme réagisse en créant un effet de défense et combatte ainsi ces symptômes et leur cause.

Contrairement à la médecine conventionnelle, l’homéopathie ne prend pas uniquement en compte les symptômes ayant causé la pathologie. « Pour cela, nous étudions l’animal dans son ensemble, en tant qu’être individuel vivant dans un environnement spécifique. Nous ne prescrirons pas nécessairement le même traitement à deux chevaux ayant les mêmes symptômes. De nombreux éléments sont pris en compte, comme le milieu dans lequel ils vivent et la manière . De ce fait, nous observons beaucoup le cheval et posons de multiple questions au propriétaire. L’examen clinique est très poussé », explique Aude de Montalivet, vétérinaire. Circonstances et heure d’apparition des symptômes, localisation exacte, sensations éprouvées par l’animal, extension du phénomène d'un endroit à un autre, concomitance ou alternance de différents symptômes… De nombreux aspects sont examinés lors du diagnostic, afin de concevoir un traitement ultra personnalisé pour chaque cheval. Une heure de consultation peut être nécessaire.

Une méthode de soin à utiliser à bon escient

Parmi les pathologies qui sont traitées au quotidien grâce à l’homéopathie, on retrouve par exemple toutes celles qui sont liées à des traumatismes comme les contusions et les tendinites ainsi que les pathologies respiratoires comme la toux et les allergies. Elle peut également être utilisée en complément d’un traitement médicamenteux pour des problèmes ou maladies plus aiguës comme les coliques, les abcès au pied, les fourbures, les tics ou encore les dermites. Néanmoins, parfois, l’homéopathie ne peut se substituer un traitement médicamenteux traditionnel. « Il ne faut pas que l’homéopathie empêche l’utilisation de l’allopathie, et inversement. J’ai déjà eu des cas de chevaux très malades, dont la pathologie s’est aggravée à cause d’un retard de diagnostic et de l’utilisation d’une thérapeutique inadaptée. De fait, involontairement, certains propriétaires ne soignent pas leur cheval selon les besoins qu’il a. Il ne faut pas avoir peur de l’homéopathie mais, dans certains cas, elle n’est pas une méthode suffisante. Il n’existe pas une médecine mieux qu’une autre, toutes doivent être complémentaires », indique Aude de Montalivet. Il est donc primordial d’utiliser chacune de ces méthodes à bon escient.

Par ailleurs, pour une efficacité maximale des traitements homéopathiques, il est conseillé de respecter la posologie prescrite, bien que cela puisse parfois s’avérer difficile. « Lorsqu’il faut administrer le traitement quatre fois par jour, nous savons très bien que cela peut être compliqué pour certains propriétaires, qui ne sont pas toute la journée auprès de leur cheval », souligne la vétérinaire.

De nombreux avantages

Si l’homéopathie provoque parfois des débats au sujet de son utilisation chez l’homme, la question peut aussi se poser chez les animaux. Cependant, les propriétaires de chevaux ne semblent, quant à eux, pas être réellement réfractaires. « Cela m’arrive très rarement d’être face à des personnes qui sont totalement contre l’utilisation de l’homéopathie pour leurs chevaux », souligne la vétérinaire. Et cela, notamment car cette méthode de soin connaît de nombreux avantages. À commencer par le fait que beaucoup de produits utilisés pour l’homme peuvent également l’être pour le cheval. Le propriétaire connaît ainsi déjà ses bienfaits et les raisons pour lesquelles il doit l’utiliser. Trouvables en pharmacie, les produits sont donc très accessibles, y compris financièrement : l’homéopathie a en effet un coût bien plus faible que les médicaments utilisés en médecine conventionnelle.

Les traitements homéopathiques sont également pratiques en de multiples points. Tout d’abord, grâce à leur format. « Il peuvent exister en version liquide sur ordonnance, sans odeur ni goût, à utiliser par gouttes. Cela permet aux propriétaires ayant peur que leur cheval recrache les granules d’avoir une alternative », explique Aude de Montalivet. Pratique, l’homéopathie l’est également parce qu’elle peut parfois être utilisée de façon autonome. « Lorsqu’un cheval se donne un coup, il est possible d’utiliser directement de l’arnica, sous forme de granules. Pour les petites blessures sans gravité, il n’y a pas besoin de faire appel à un vétérinaire », indique-t-elle.

Enfin, l’un des avantages de l’homéopathie est qu’elle ne provoque quasiment pas d’effet secondaire contraignant ou dopant, comme cela peut être le cas lors de l’utilisation de traitements médicamenteux.

Quelques indispensables à avoir

Parmi les produits indispensables à avoir dans son armoire à pharmacie, Aude de Montalivet conseille notamment l’arnica en 9CH, à donner en cas de contusions. Pour les chevaux souffrant régulièrement d’allergies comme des dermites ou en cas de piqûre d’insecte provoquant une gonfle importante, l’Apis Mellifica et le Poumon histamine pourront s’avérer très efficaces. De quoi aider la gestion des maux du quotidien.