L'artérite virale équine a sévi chez les lusitaniens
vendredi 22 juillet 2011

lusitanien à beaucaire
Lusitanien à Beaucaire © Florence Chevallier

A ce jour, les deux foyers d'artérite virale équine confirmés dans le sud de la France ont touché la race lusitanienne. Au cours du mois de Juin, un élevage de l'Hérault et un des Bouches du Rhône ont été victimes de la maladie.

Un étalon lusitanien a, en effet, été dépisté « positif » à l'artérite virale dans le cadre de la monte le 23 juin (analyse PCR sur sperme). L'étalon de l'élevage Philippe Lautier ne présentait cependant aucun symptôme apparent , c'est pourquoi il avait sailli plusieurs juments.
Le second foyer concerne un des 3 élevages Massa dans les Bouches du Rhône. Un des plus importants élevages de lusitaniens en France. Il s'agit d'un poulain né faible qui est mort « à 48 h » suite à de l'hyperthermie et de la diarrhée. Il a été diagnostiqué positif à l'artérite virale sur organes le 24 juin. Mais également, neuf juments ont elles aussi présenté des avortements précoces et un étalon, un oedème sur des organes génitaux.
Il apparaît qu'un lien épidémiologique existe entre les deux foyers. En fait,  cinq juments d'un foyer ont été en contact avec l'autre foyer pendant la saison de monte. Une enquête épidémiologique sur les entrées et les sorties de ces foyers est actuellement en cours afin d'évaluer la diffusion de la maladie. Car pour l'heure, il n'a pas été possible d'établir un rapport précisant le lieu et les origines de la maladie. Depuis les foyers de 2007, les contrôles ont été renforcés et les studbook ont fait des contrôles. Dans le cas des chevaux lusitaniens, il peut y avoir de saillis hors cadre officiel mais là, en l'occurrence, il s'agit d'élevages sérieux répondant en tous points aux contrôles sanitaires en vigueur.
L'artérite virale est une maladie contagieuse qui peut être transmise par voie respiratoire ou vénérienne dont les principales sources de virus sont les larmes, l'urine, le crottin, le sang et le sperme. Pourtant, un cheval peut présenter des symptômes très légers voire aucun symptôme !
Après infection, les juments et les hongres n'ont plus trace du virus quelques semaines plus tard. Par contre, les étalons infectés peuvent devenir porteurs sains du virus et en être alors excréteurs dans le sperme. C'est pourquoi, les organisateurs des Rencontres Ibériques Méditerranéennes à Beaucaire ont mis en place sous la supervision du docteur Simon Menassa (vétérinaire) un contrôle systématique des certificats de chevaux attestant qu'ils n'avaient pas été en contact avec des foyers contaminés mais surtout des prélèvements auprès de tous les étalons entiers ont été effectués sur le site de Beaucaire « afin d'avoir une meilleure connaissance de la maladie et établir une cartographie de cette maladie. La migration de la maladie au sein de la population équine ». Les prélèvements sont partis à Nantes où le RESPE (réseau d'épidémio surveillance des pathologies équines) les a  centralisés et analysés.

Communiqué du RESPE du 20 juillet 2011 à ce sujet

La cellule de crise* du RESPE s’est à nouveau réunie le 19 juillet pour le suivi des foyers d’artérite virale équine (AVE) de l’Hérault (34) et des Bouches-du-Rhône (13). Au vu des dernières informations disponibles, la situation reste stable : pas de nouveau foyer clinique décrit. L’enquête épidémiologique poursuit cependant son cours.

Les recommandations énoncées antérieurement (cf. annexe) restent d’actualité, en particulier dans les élevages en lien direct avec les 2 foyers concernés.

La sensibilisation des acteurs de terrain organisée par la cellule de crise s’est avérée efficace puisque par exemple, les prélèvements réalisés en sondage à Beaucaire n’ont pas mis en évidence de circulation virale. L’instauration de règles de prévention sanitaire semble avoir été bien perçue et des mesures similaires seront instaurées pour les rassemblements prévus à la rentrée.

Suite à cette épizootie, la cellule de crise souhaite attirer l’attention des organisateurs des manifestations équestres importantes sur les exigences sanitaires à imposer aux participants, quelle que soit leur race.

Actualité sur la situation

Depuis le précédent point du 5 juillet, la situation semble stabilisée. Aucun nouvel animal n’a présenté de symptômes. Des investigations ont été menées sur les chevaux en lien direct avec les 2 foyers ; 50% des informations épidémiologiques liées aux 2 foyers sont aujourd’hui remontées à la cellule de crise.

Des mesures de quarantaine semblent avoir été prises rapidement chez tous les propriétaires concernés. Un certain nombre d’analyses a été réalisée, d’autres sont encore en cours. Des mesures adaptées ont été prises pour les chevaux séropositifs. Ces actions ont sans doute permis de limiter la propagation de la maladie.

Sans lien avec les foyers, des propriétaires interpellés par les communiqués ont également fait réaliser des analyses pour connaître le statut de leur animal vis-à-vis de l’AVE. Les analyses à réaliser et l’interprétation des résultats sont présentées dans le tableau ci-dessous. En fonction du contexte épidémiologique, le vétérinaire ayant procédé aux prélèvements pourra donner la conduite à tenir.

Pas de circulation du virus à Beaucaire

Lors de la manifestation de Beaucaire, un sondage a été effectué sur les chevaux entrants. 31 écouvillons nasopharyngés (pour une recherche directe de la présence du virus) et 36 sangs secs (recherche des anticorps liés au virus) ont été prélevés. Tous les écouvillons sont revenus négatifs, ce qui signifie qu’aucun animal prélevé n’était porteur de l’AVE lors de la manifestation. Sur les 36 sérologies, les résultats ne seront connus qu’en fin de semaine.

Au vu  des résultats, l’Association Française du Lusitanien qui a souhaité reporter à la rentrée, les épreuves initialement prévues à Beaucaire, décidera de mesures sanitaires applicables lors de cette prochaine édition.

Et pour les prochaines manifestations ?

Aucune information n’a été enregistrée par la cellule de crise sur la Féria des Stes Maries de la Mer.

La cellule de crise invite cependant tous les organisateurs de manifestations équestres à la vigilance vis-à-vis de l’artérite virale et préconise des dépistages préalables aux rassemblements pour les chevaux de toutes races confondues et quel que soit leur pays d’origine.

Les dépistages de l’artérite qui existent aujourd’hui dans le cadre de la monte, pourraient être préconisés également lors de rassemblements ou de grandes manifestations nationales.

Information de la filière

La cellule de crise préconise de diffuser largement ce communiqué et demande à tous les partenaires et destinataires de relayer l’information.

La cellule de crise se réunira à nouveau le 26 juillet 2011 afin d’effectuer un bilan des dernières investigations et des résultats de l’étude réalisée à Beaucaire.