La FEI annule la majorité des rassemblements européens
mardi 02 mars 2021

© Eric Knoll

Alors que la FFE et la SHF annonçaient hier l'arrêt total des compétitions sur le sol français dans le but d'endiguer l'épidémie de rhinopneumonie équine de forme neurologique, la Fédération équestre internationale lui a emboité le pas. Un communiqué envoyé dans la nuit de lundi à mardi indique ainsi que la majorité des événements sous l'égide de la FEI sont annulés en Europe jusqu'au 28 mars inclus. Seules quelques tournées sont autorisées à se poursuivre à conditions que les effectifs de chevaux sur place soient exactement les mêmes qu'à l'heure actuelle.

Depuis le week-end dernier, la sphère européenne des sports équestres tremble devant la propagation rapide d'une forme particulièrement virulente de la rhinopneumonie équine dont le premier foyer a été identifié à Valence, à l'occasion d'une tournée de CSI. La maladie se propage depuis comme une trainée de poudre dans les pays européens alors qu'au Valencia Tour, les cavaliers confinés sur place ne cessent d'alerter sur la gravité de l'épidémie, inondant notamment les réseaux sociaux de messages appelant à la prudence, photos et vidéos d'animaux incapables de tenir debout et levés par des câbles à l'appui. 

Face à l'évolution rapide de la situation, la Fédération française d'équitation a pris hier la difficile décision d'annuler tous les rassemblements sportifs sur le territoire national, et ce malgré le contexte déjà difficile pour les cavaliers professionnels après un an de restrictions sanitaires pour lutter contre la Covid-19. Elle a été appuyée dans la nuit par la Fédération équestre internationale qui a annoncé par voie de communiqué annuler "des événements internationaux dans 10 pays du continent européen avec effet immédiat et jusqu'au 28 mars 2021 en raison de l'évolution rapide d'une souche très agressive de la forme neurologique du virus de l'herpès équin (EHV-1), originaire de Valence (ESP) et a déjà entraîné des flambées liées dans au moins trois autres pays d'Europe."

Afin d'empêcher les mouvements et déplacements simultanés de nombreux chevaux rassemblés dans la péninsule ibérique, en Belgique et en Italie pour les traditionnelles tournées d'hiver, ces tournées sont autorisées à se poursuivre "comme « bulles » individuelles, à condition qu'aucun nouveau cheval ne soit autorisé à entrer sur les sites et qu'aucun cas positif d'EHV-1 ne soit confirmé." 

"Cette souche d'EHV-1 est particulièrement agressive et a déjà causé des décès équins et un très grand nombre de cas cliniques sévères. Nous devons assurer la sécurité de nos chevaux", indique la FEI. "Nous sommes également conscients qu'un grand nombre de chevaux ont quitté le site de Valence sans certificat de santé officiel, ce qui signifie qu'ils avaient un état de santé inconnu. Certains chevaux étaient déjà malades et le risque de transmission par ces chevaux est une préoccupation majeure. L'annulation de ces compétitions en Europe continentale, à l'exception des tournées en cours dans la péninsule ibérique et en Italie, limite le nombre de chevaux voyageant à l'étranger et réduit donc la probabilité de transmission de ce virus très grave à une échelle de plus en plus large. Nous recommandons également fortement aux Fédérations membres concernées d'annuler également leurs manifestations nationales." Une décision qui perturbe encore un peu plus les athlètes qui ont les JO de Tokyo dans le viseur après une année 2020 déjà compliqué à cause du Covid-19. "Nous sommes très conscients du fait qu'il s'agit d'une période très stressante et pénible, et que cela est potentiellement extrêmement perturbateur pour les athlètes qui visent leurs exigences minimales d'éligibilité (REM) ou leurs résultats de confirmation pour Tokyo, mais nous cherchons des moyens d'atténuer cela afin d'aider les couples à obtenir leur qualification une fois que les épreuves en Europe continentale seront autorisées à reprendre", conclut la FEI