La luzerne en remplacement des céréales ?
vendredi 24 juillet 2020

Andainage luzerne
Andainage luzerne © Desialis

Matière première communément utilisée dans l'alimentation équine à travers le monde, la luzerne garde en France l'étiquette d'un fourrage peu adapté pour les chevaux : trop riche, trop protéinée, à l'origine de certaines coliques... Aux Etats-Unis pourtant, elle est le fourrage de base quotidien de nombreux équidés. Des travaux de recherche, conduits par Lab To Field avec le producteur de luzerne déshydratée Désialis et la coopérative Luzerne de France tendent à défaire ces aprioris : utilisée à bon escient, elle pourrait permettre d’améliorer la santé digestive et la performance sportive des chevaux.

Destinée à l'ensemble des animaux d'élevage, "la luzerne est un aliment sûr, de proximité, sans OGM ni intrants chimiques. Riche en fibres et en protéines, sa production et sa transformation sont tracées, son bilan carbone est positif." Voilà pour le plaidoyer d'Eric Guillemot, directeur de la coopérative Luzerne de France, le 1er juillet, à la presse.

Quels intérêts dans l'alimentation équine ?

Les premiers résultats des travaux de recherche réalisés par l’équipe de Lab To Field depuis trois ans sont favorables. Spécialisée dans l’étude de la relation entre alimentation, digestion, comportement et performance chez le cheval, l'équipe de chercheurs souligne que la luzerne est appétente pour les chevaux. Contrairement aux céréales, les fibres constituent la principale source d'énergie de la luzerne, qui ne contient en revanche quasiment pas d’amidon. La haute teneur de la luzerne en matières minérales et en protéines lui confère un fort pouvoir tampon, ce qui peut être bénéfique pour la santé digestive. Ceci pourrait notamment permettre de lutter contre les ulcères gastriques, comme ceci a été observé dans de premières études conduites aux Etats-Unis et en Nouvelle Zélande. Sous la responsabilité de Samy Julliand, directeur de Lab To Field, un essai incluant plus de 60 chevaux atteints d’ulcères gastriques vient d’être conduit en France pour quantifier le bénéfice de la luzerne dans une situation à risque : la période d’entraînement intense. Le manque d’eau à disposition, l’accès limité à l’extérieur, le jeûne supérieur à 6h, l’excès d’amidon dans les rations, la consommation de paille comme seul fourrage sont d’autres facteurs de risque cités. Les résultats de ces travaux seront publiés prochainement.

En parallèle de son intérêt pour la santé digestive, la luzerne pourrait également être bénéfique pour améliorer la performance sportive. Ainsi, un autre essai conduit par Lab To Field en 2020 vise à mesurer si le remplacement d’une partie des céréales par de la luzerne plus riche en protéines permettrait d’augmenter la vitesse de progression du cheval à l'entraînement, puis ensuite de maintenir un niveau de forme plus élevé en période de repos. L'équipe doit poursuivre ces recherches sur la relation luzerne-santé-performance jusqu'à fin 2021.

Autrefois pâturée directement par les animaux, la luzerne est maintenant conditionnée sous forme déshydratée, en brins longs ou en granulés, pour être disponible en permanence. Désialis, leader français de la production de luzerne déshydratée, souligne que son process de fabrication permet de conserver les qualités nutritives de la plante entière.