Le confinement : quels effets sur la gestion des chevaux au quotidien après ? (5/5)
dimanche 10 mai 2020

Galop. à la plage
Si de nombreux chevaux ont été mis au repos, ceux qui ont continué à suivre un entraînement durant le confinement ont du s'adapter aux contraintes et faire une croix, entre autres, sur les sorties à la plage © Eric Knoll

La crise sanitaire humaine que la France et le monde entier traversent a des répercussions sur l’organisation de nos vies mais aussi sur celles de nos chevaux. A l'approche du déconfinement, L'Eperon propose de revenir sur les bases du bien-être équin via une nouvelle série d'articles. Ce volet est consacré

De manière générale, comme chez le sportif humain de haut niveau, il convient d’adapter l’intensité du travail du cheval à chaque individu. L’entraînement est un équilibre entre les phases de travail et les phases de repos. Durant les phases de travail, il convient de respecter un équilibre entre le travail « physiologique » permettant de développer l’aptitude physique du cheval et le travail « technique » dont il a besoin selon la discipline qu’il pratique. L’entraînement nécessite une réflexion globale en amont d’une saison en définissant des objectifs de compétition et en alternant des exercices différents. Toutefois, dans le cadre du confinement, il est difficile voire impossible de définir des objectifs de compétition, les concours étant annulés. Puisqu’il n’existe aucune certitude quant au moment de la reprise des compétitions, il est impossible d’établir un programme. De plus, du fait du confinement, certains chevaux n’ont plus accès à un circuit en extérieur pour pouvoir effectuer un travail de fond qui permette de développer une certaine résistance mais également un travail de vitesse qui permette une adaptation aux efforts intenses (préparation au saut d’obstacle, au cross, …). Comment gérer la préparation physique de son cheval si l’accès à la piste ou la plage où il est possible de le galoper habituellement est interdit ? Comment gérer la reprise des concours, le moment venu, avec un cheval en forme et présentant une aptitude physique adéquate ?

Quel processus à l’arrêt de l’entrainement ?

Chez le cheval, un certain nombre de systèmes vont s’adapter lors de l’exercice et de l’entraînement pour privilégier l’utilisation d’oxygène pour produire de l’énergie et permettre au cheval d’avancer (voir article Santé dans le numéro de l’Eperon n°383). L’arrêt de l’entraînement va provoquer une diminution significative de l’adaptation de ces différents systèmes. Le premier effet va concerner le débit cardiaque. Chez l’homme, ce paramètre revient au niveau d’avant l’entraînement en 2 semaines. Chez le cheval, cela prend un peu plus longtemps : entre 4 et 12 semaines. De même, en l’absence de sollicitation les adaptations métaboliques reviendront à un niveau «pré-entraînement ». La consommation maximale en oxygène, par exemple, va diminuer de manière significative : en 2 à 3 semaines chez l’homme et en 10 à 12 semaines chez le cheval. Si le cheval est moins impacté que l’homme par des périodes de désentraînement, on mesure bien qu’une période de repos inférieure à 4 semaines permet de ne pas perdre les bénéfices de la période d’entraînement précédente alors qu’une période de repos supérieure à 4 semaines aura pour conséquence une période de reprise plus longue. En tout état de cause, lors du déconfinement, il conviendra d’adapter le travail des chevaux en fonction de l’activité ou du manque d’activité qu’ils auront connu ces deux derniers mois. Cette reprise devra évidemment être progressive.

En conclusion, le confinement a engendré des changements pour un certain nombre de chevaux athlètes d’un point de vue exercice et entraînement mais également alimentaire. De plus, les soins d’entretien, non urgents, n’ont pas toujours pu être effectués et il conviendra, à la levée du confinement de reprendre des protocoles de vaccination interrompus et des soins de médecine préventive et de médecine sportive non effectués au cours de cette période. Nul doute que les professionnels autour des chevaux auront du « pain sur la planche » pour remettre les chevaux à niveau pour les compétitions à venir !

Le premier volet de cette saga consacré à l'hébergement des chevaux est à retrouver : ICI.

Le deuxième était consacré à l'alimentation, il est à retrouver : ICI.

Le troisième sur la médecine préventive (vermifugation et vaccination) est à retrouver : ICI.

Le quatrième volet sur le suivi médico-légal-sportif est à retrouver : ICI.