Prix de saillies 2012 en France : la carte au crible
mardi 10 janvier 2012

Elusive City
Elusive City © www.scoopdyga.com

Le point culminant de 15.000 euros pour la saillie d’Elusive City, nouvel étalon vedette d’Etreham, n’est pourtant que broutille par rapport au haut du tableau sur les parcs anglais et irlandais, où cette référence est dépassée par des dizaines d’étalons, qui d’ailleurs attirent bon nombre de juments françaises, au grand dam de nos étalonniers...

Au demeurant, l’offre 2012 en France désigne une politiquede tarifs très policée, plus lissée que jamais, et particulièrement réfractaire aux excès, si l’on en juge au nombre plus faible que jamais d’étalons à plus de10.000 euros : ils ne sont que 4 (voir tableau), là où ils étaient une dizaine en 2008, menés par Anabaa, à 27.000 euros (et en l’occurrence en très net recul sur les 45.000 euros qui étaient requis trois ans plus tôt). Quelques rabais, beaucoup de statu quo, une poignée de prix en hausse. Il est vrai que la belle hausse des cours de yearlings à Deauville a dû la plus large part desa teneur aux produits d’étalons étrangers, essentiellement britanniques.

 Chaque année, grosso modo, une vingtaine de recrues nouvelles arrive sur le marché, qui en aura évacué autant (décès, réformes,exportations). Pour 2012, le relève se prévaut principalement des débutants WoottonBassett à 6.000 euros, Dalghar, Loup Breton, Never On Sunday, Cat Junior,Lucarno, Yellowstone, etc., auxquels il faut ajouter, au titre de nouveaux en France mais déjà exploités antérieurement à l’étranger, les notables Refuse ToBend et Myboycharlie.

 Dans le profil d’exploitation commerciale de tout étalon,les tarifs s’exposent nécessairement à révision, et souvent après leur quatrième année de monte : c’est l’instant-vérité, car ils seront parvenus à deux générations en âge de courir (premiers 2 ans, devenus 3 ans), verdict de l’hippodrome à la clé, du (très) positif au (trop) stagnant ou carrément inexistant. Il y aura cependant eu entre temps le verdict des cours de leurs premiers yearlings sur les marchés, pour mesurer l’adéquation du prix de saillie.

 Un parc étalon se doit d’être jeune, ne serait-ce que pour alimenter l’espoir – et ce, de préférence bien au-delà du cap des quatre premières années de monte et du sursis des trois, quatre ou cinq années qui suivent (à accorder notamment aux producteurs de sauteurs). Il apparait ainsique la moitié des étalons à 5.000 euros réunit des reproducteurs crédités deproductions âgées de 3 ans tout au plus - en-deçà donc du fameux cap de la quatrième saison.

 Au sein de cet échantillon, l’année 2012 va voir les premiers yearlings de Soldier of Fortune (conçus au prix de 10.000 euros), de Le Havre (5.000), de Naaqoos (5.000) et de Mr Sidney (5.000).

Sur la piste, elle va attendre les premiers 2 ans de Falco (qui ont mobilisé 7.000 euros),d’Astronomer Royal (5.000), de Linngari (5.000), de Literato (4.000) et deMontmartre (4.000).

Lire la suite et plus d'infos sur www.paris-turf.com