Channel offre un premier Diane à son entourage
lundi 17 juin 2019

Channel Francis-Henri Graffard Prix de Diane 2019
Channel offre soin premier Prix de Diane à Francis Henri Graffard © Scoopdyga

Channel s'est imposée hier dans la 170e édition du Prix de Diane. La fille de Natahniel offre ainsi une première victoire dans ce groupe 1 réservée aux pouliches de 3 ans à son entraineur, son jockey et son propriétaire : l'émotion était au rendez-vous hier à Chantilly !

 "C'est pour ce genre de moments que l'on entraîne. Pour gagner un classique. C'est un rêve qui se réalise, moi qui voulais tant m'installer à Chantilly (il y est installé depuis 2011, ndlr)." Francis-Henri Graffard n'imaginait pas que sa protégée Channel irait "aussi haut, aussi vite". Pourtant hier, la jument, propriété de Samuel Barros, montée par Pierre-Charles Boudot, a résisté jusqu’au bout à l’attaque de Commes (Le Havre), l’une des quatre représentantes de l’entraîneur Jean-Claude Rouget. "Channel a bien débuté, même si elle a eu besoin de temps pour sortir de son hiver. J'aime bien faire gagner les pouliches rapidement pour pouvoir bâtir un programme et j'ai trouvé un maiden à Lyon-Parilly, une belle piste sélective, où j'ai fait aussi débuter Erupt. A Lyon, elle avait très bien accéléré en remportant son maiden. Elle n'est pas très grande mais elle a énormément de cœur. Quand elle a vraiment accéléré dans le Diane, je n'ai pas vu les autres arriver", poursuit encore sous le coup de l'émotion l'entraineur. 

Une émotion partagée avec le reste de l'entourage de la jument, puisque c'est également une première victoire dans ce symbolique Groupe 1 pour le propriétaire Samuel Barros, que rien ne prédestinait à entrer dans le monde des chevaux un jour. "Mon parcours est atypique. L'amour m'a fait découvrir ce milieu. J'avais une vie très établie et confortable à Paris. J'ai rencontré ma future épouse qui était déjà dans les chevaux. Elle m'a presque forcé à venir au Prix du Président de la République à Vincennes. Ce fut un moment extraordinaire, rempli d'émotions. Mais jamais je n'aurais imaginé remporter le Prix de Diane une décennie plus tard", livre-t-il. "C'est une belle histoire et elle ne va sûrement pas s'arrêter là. Mon épouse se distingue au trot où elle a une grande réussite. Je préfère le galop dont l'aspect international est très attrayant." Samuel Barros, qui qui n'a pour l'instant que deux galopeurs à l'entrainement, pourrait bien penser à gonfler ses effectifs après un tel succès ! 

Enfin, la joie était communicative du côté de Pierre-Charles Boudot également. Le jockey, Cravache d'Or en 2015 et 2016, avait le sentiment d'avoir manqué d'un peu de réussite dans ses précédentes tentatives en classique. Voilà les pendules remises à l'heure ! "Je n’ai pas toujours eu beaucoup de chance dans les courses comme le Prix de Diane Longines. Mais aujourd’hui, tout s’est passé comme dans un rêve." Il présente Channel comme une pouliche très maniable. "Francis-Henri Graffard m’a mis en confiance au moment des ordres. J’ai pu la monter près de la tête, et comme le rythme n’était pas très soutenu, il était important d’être bien placé. Channel n’a pas beaucoup d’expérience, mais elle a un super mental, et elle apprend tout très vite."

Et maintenant, cap sur l'Arc de Triomphe ? "Il n'était pas évident de l'engager dans l'Arc. Il faut voir comment elle récupère. Nous avons le problème de ceux qui ont des bons chevaux !", analyse l'entraineur. Wait and see donc...