Mesures sanitaires : l'inconscience des sports équestres ?
samedi 25 juillet 2020

Iluustration saut d'obstacles
Iluustration saut d'obstacles © Eric Knoll

Alors que le monde lutte encore activement contre la propagation du Covid-19, que le nombre de victimes ne cesse d'augmenter à travers les différents continents et que les indicateurs de la France n'ont jamais été aussi mauvais depuis la fin du confinement, les sports équestres semblent avoir du mal à s'imposer les mesures sanitaires de base que sont la distanciation physique et/ou le port du masque.

Dans un long message publié sur sa page Facebook, Eric Lamaze pointe les nombreuses défaillances et incohérences auxquelles il a assisté ses derniers jours en Belgique, alors qu'il concourait à Opglabeek et Lier. Port du masque et des gants obligatoires pour les grooms mais pas pour les cavaliers et leurs élèves lors des reconnaissances, aucune obligation dans les espaces communs type restaurant des cavaliers, organisation de soirée festive interrompue par les forces de l'ordre... Le monde équestre serait-il inconscient ? Si chacun se réjouit de voir les compétitions internationales reprendre, condition sine qua none à la reprise d'une activité économique de la filière sacrément mise à mal ces derniers mois, à quel prix cette dernière doit-elle s'opérer ? Porter un masque n'est certes pas une obligation, mais il semblerait que ce soit le choix le plus judicieux à faire dans l'optique de la reprise des plus gros évènements. "Le bon déroulement des petits étoilés conditionne l'organisation des CSI 5* sur lesquels nous espérons tous pouvoir concourir", rappelle d'ailleurs le cavalier Canadien. Il est vrai que le nombre de CSI 2* et 3* organisés depuis le déconfinement a tendance à le faire oublier, mais avec trois CSI 5* prévus jusqu'à la fin du mois de septembre, la liste est loin d'être aussi remplie que d'habitude ! Sans compter que trois étapes Coupes du monde ont d'ores et déjà été annulées, laissant présager une saison indoor qui devra aussi composer avec les conséquences du Covid-19...

Mais à qui incombe-t-il de prendre les mesures nécessaires ? A la Fédération équestre internationale et aux organisateurs, indéniablement, mais également à toutes les individualités présentes sur les compétitions. Depuis le début de la crise sanitaire, la lutte contre le Covid-19 n'a fonctionné que lorsqu'elle a été menée de manière collective. A chacun donc, de prendre ses responsabilités !