Possible reconfinement : l'alerte de la FFE et du CREIF vis-à-vis du bien-être animal
mercredi 28 octobre 2020

Illustration
Image d'illustration © Eric Koll

Alors que le Président de la République s'exprimera ce soir pour annoncer de nouvelles mesures face à l'accroissement de la seconde vague de Covid-19, Serge Lecomte et Emmanuel Feltesse appellent les élus à prendre en compte le bien-être des chevaux et poneys.

Après une première gestion du confinement vivement critiquée par les propriétaires d'équidés, il semblerait que Serge Lecomte tente cette fois d'assurer ses arrières et d'anticiper les possibles restrictions annoncées ce soir et qui s'appliqueraient aux quelques 9500 structures équestres présentes sur le territoire. 

La FFE et le CREIF viennent de publier un communiqué dans lequel « Serge Lecomte, Président de la Fédération Française d'Equitation et Emmanuel Feltesse, Président du Comité Régional d'Equitation d'Ile-de-France, saisissent en urgence les élus sur le bien-être animal avant les annonces gouvernementales. » Il y est notamment demandé de ne pas interdire « l'accès des cavaliers et des propriétaires aux écuries » par crainte d'un « désastre sanitaire ».

En effet, contrairement au premier confinement, qui avait débuté le 17 mars, la saison ne se prête pas à la mise au pré des chevaux. « Il est impossible à cette période de l’année de mettre l’ensemble de la cavalerie des 9 500 structures équestres françaises au pré. En dehors des conditions climatiques difficiles et hivernales, les pâtures largement utilisées durant le premier confinement ne sont pas prêtes à accueillir les chevaux et poneys dans de bonnes conditions de sécurité.» Les deux entités pointent du doigt l'impossibilité pour les seuls employés des établissements équestres de garantir la sortie quotidienne de l'ensemble des équidés. 

Puisque le discours du Président doit se tenir dans moins de quatre heures et que les mesures sont probablement déjà arrêtées, Serge Lecomte et Emmanuel Feltesse estiment qu'il « conviendrait a minima de pouvoir procéder à des ajustements locaux avec les Préfectures afin de pouvoir répondre de façon pertinente et rapide aux situations d’urgence qui vont se présenter.L’accès des cavaliers et des propriétaires aux écuries est notre seul moyen de tenir durant la période annoncée de confinement.Une organisation a été trouvée pour les animaux de compagnie (chiens, chats…). Il doit en être de même pour les chevaux et les poneys ! »

Reste à voir si le gouvernement entendra cet appel ou si celui-ci ne restera qu'un vain coup d'épée dans l'eau. Réponse dans les prochains jours. 

Pour consulter l'ensemble du communiqué, cliquez ici