Bilan de l’Equirando et avenir des Bréviaires
mardi 03 décembre 2019

Equirando 2019
Les acteurs de la filière impliqués dans l’Equirando 2019 et les élus locaux présents au château du Haras des Bréviaires. © Claude Bigeon

Vendredi 29 novembre, le CREIF, avec à sa tête Emmanuel Feltesse, organisait une soirée autour du bilan de l’Equirando, pour mettre à l’honneur les bénévoles et remercier les partenaires financiers comme le département des Yvelines (subvention de 15 000 euros) et la région Ile-de-France (subvention de 55 000 euros).

Chapeauté par François Lejour, cet Equirando 2019 qui s’était déroulé du 1et au 4 août 2019 a rassemblé 586 cavaliers, 157 accompagnateurs et 65 kids. 650 équidés ont avalé au total 23698 kilomètres. Quand on regarde les régions les plus représentées, c’est l’Ile-de-France qui arrive en tête avec 202 équirandins puis la Normandie avec 119 et les Hauts-de-France avec 96. Du côté des départements franciliens, c’est l’Essonne qui monte sur la plus haute marche du podium par son nombre de participants avec 60 puis les Yvelines 46 et la Seine-et-Marne 41. Au-delà de l’Ile-de-France, cet Equirando 2019 a rassemblé onze régions et huit nations. Une organisation qui a mobilisé 50 bénévoles et 10 personnes du comité d’organisation. Un événement qui a impacté de manière positive l’économie locale le temps du cheminement des équirandins jusqu’au Haras national des Bréviaires qui servait de camp de base. Cette soirée du 29 novembre dernier a été aussi l’occasion de rappeler le souhait de voir perdurer l’activité cheval au Haras des Bréviaires, comme une maison du cheval, comme base pour l’équitation d’extérieur dans le Sud Yvelines et dans la perspective des J.O. de 2024.

Parmi les personnalités présentes lors de cette soirée, nous avons sollicités Xavier Caris, conseiller départemental LR du Canton de Rambouillet, pour savoir où en était la question du Haras des Bréviaires au sein du Conseil départemental des Yvelines. « En ce moment, le département annonce que le Haras des Bréviaires est toujours à vendre, explique Xavier Caris. En parallèle de cela, on étudie un certain nombre d’autres projets pour voir si on peut mutualiser une maison du cheval, le tourisme équestre, d’autres activités autour du cheval, pour voir si on peut proposer un projet au futur acquéreur du site. En fait, avec Florian Lefèvre, nous sommes en train de regrouper toutes les informations de toutes les associations, tous les professionnels qui voudraient s’implanter sur le site. Mais officiellement le site est toujours à vendre. Il y a des acheteurs qui se présentent, mais si cela ne s’est pas fait, c’est parce que les projets ne sont pas tout à fait finalisés. Un des axes qui nous intéressent pour l’avenir de ce site est le tourisme. On ne peut pas développer sur le site une activité équine sur le site sans impliquer le tourisme. Aujourd’hui, l’idée c’est d’arriver à une solution assez rapidement pour ce site d’ici à la fin de l’année 2019 voire le premier semestre 2020. Personnellement comme élu du Sud Yvelines, j’aimerai que le site reste dans le domaine du cheval » Même s’il est novice dans l’univers du cheval, Xavier Caris a bien ressenti les dissensions des différents acteurs de la filière qui font que l’avenir du Haras des Bréviaires reste toujours incertain.