L'EquiPsy par la cavalière et psychologue Elodie Von Roth
mardi 12 mai 2020

L'EquiPsy
L'EquiPsy © coll.

Comment la présence du cheval facilite le travail du psychologue du sport et du travail : détente, concentration, gestion des émotions, motivation des équipes... Elodie Von Roth montre comment le cheval nous recentre sur le présent, sur notre corps et révèle nos capacités dans son nouvel ouvrage, L'EquiPsy.

Après l'équicoaching et l'équithérapie, voici « L'EquiPsy ». Le petit livre, que vient de faire paraître la cavalière et psychologue Elodie Von Roth, part d'un constat: le cheval exprime ce qu'il ressent, instantanément (émotion, contrariété, peur...). Elle expose ses succès en tant que thérapeute travaillant en compagnie de sa jument. Voici les 5 règles de base: le cheval n'a pas besoin de nous car il peut survivre sans notre intervention, le cheval est une proie, il utilise un langage universel, il faut donc instaurer la confiance, la constance, le respect mutuel pour réussir avec lui. Enfin, tout est pour le mieux. Tout est pour le mieux si le cheval mène la séance, tenu au licol ou laissé en liberté dans un lieu clos où il se sent plutôt en sécurité. L'objectif étant d'arriver à vivre un moment purement instinctif, en faisant confiance à l'animal. 

Le cheval nous enseigne à nous concentrer et -comme lui- à vivre l'instant présent. Qu'il s'agisse d'une équipe professionnelle ou sportive, elle doit d’abord prendre conscience de la situation et apprendre à décrypter les attitudes que le cheval va avoir : décontraction, concentration… et la réalité de la détente humaine en présence de l’animal, la qualité de sa préparation mentale, de sa concentration. Si l'homme énonce des ordres et que le cheval reste aux aguets et s'agite, il démontre que l'homme est tendu, qu’il est "ailleurs", qu'il réfléchit au lieu d'écouter son corps. Or il est essentiel d'être attentif à l'énergie dégagée par son corps et qui se relie à son intention, à sa projection. Comme le cheval est dépourvu de malveillance l'homme doit alors se remettre en question puisqu’il voit l'équidé démentir ses paroles.

"Le cheval n'a pas besoin de nous, il ne cherche pas notre considération, il reste libre et imprévisible. Son obéissance doit donc être comprise comme une victoire, assure Elodie. D'autant qu'il est apaisant et nous entraîne hors du temps. Il faut donc se persuader qu'on ne domine pas un équidé, on collabore avec lui." Du coup, il existe autant de séances différentes et de réactions que de personnes et de chevaux. La méthode de travail d'Elodie est constituée de séances de 45 minutes à une heure, où il est question d'observer, de ressentir, de faire venir à soi le cheval ou de le faire tourner autour d'un antérieur ou qu'il réalise un autre exercice choisi par la personne. Ensuite on discute, on débriefe ...

L'ouvrage présente également une série de témoignages d'êtres ayant consulté Elodie et sa jument, avec leur lot d'émotions, de surprises, de remises en questions et de joies. 

L'Equipsy, Elodie Von Roth ou lorsque le cheval devient co-thérapeute pour la psychologue. Editions Baudelaire.