L’hymne d’un métier
jeudi 22 juin 2006

sagesse-ecuyer
sagesse-ecuyer

Dans la collection La sagesse d’un métier, aux éditions L’œil neuf, Michel Henriquet nous livre un ouvrage théorique et imprégné d’Histoire : La sagesse de l’écuyer.

Le disciple de Nuño Oliveira retrace l’art équestre français, des combats médiévaux aux épreuves de dressage actuelles.

Adoptant comme postulat de départ de présenter le métier d’écuyer sous tous ses angles - historiques, économiques, pratiques et théoriques - Michel Henriquet en profite largement pour louer le maître portugais Nuño Oliveira et mener un combat contre Baucher. « En ce qui me concerne j’ai définitivement opté pour des relations, des échanges aimables avec mes partenaires, suivant ainsi l’héritage des maîtres de Versailles restauré par Oliveira, plutôt que d’imposer « mes forces transmises » selon la pensée bauchériste. » Tout au long de son ouvrage, l’entraineur de dressage fonde l’équitation sur une union corporelle parfaite entre le cavalier et sa monture, critiquant vivement toute action de force et surtout le manque de discernement si courant dans les méthodes d’enseignement. Henriquet réaffirme l’humanité du cheval et s’appuie sur les théories de La Guérinière et Oliveira.De l’Antiquité à nous jours, du destrier de combat au cheval de sport, il nous rappelle les origines du terme « écuyer » , et regrette l’Âge d’or de l’équitation enterrée par « la Révolution française et le bauchérisme » . Henriquet distille sa pédagogie au fil des chapitres, mêlée habillement à un cours d’Histoire exhaustif. L’homme de cheval ou l’art de devenir centaure ?

En vente sur www.cavalivres.com