Le domaine de Chantilly a besoin d'une aide urgente de l'Etat
jeudi 11 mars 2021

Christophe Tardieu
Christophe Tardieu © Coll.

Privé de ressources par la crise sanitaire et l'absence de visiteurs, le domaine demande une aide exceptionnelle à Bercy. Le point avec avec Christophe Tardieu, adminsitrateur général du domaine de Chantilly.

Pourquoi le domaine de Chantilly est-il privé des aides que l'Etat a mis en place?

On n'a pas droit aux prêts garantis par l'Etat car ils sont réservés aux entreprises et nous sommes une fondation de droit public. Nos agents sont donc contractuels de droit public, ce qui les prive du chômage partiel. Mais de toute façon, ce statut était une obligation puisque nous sommes abrités à l'Institut de France. 

D'habitude, nous accueillons du public au château ou dans le parc pour voir les expositions et les Grandes écuries ou le musée du cheval ... Or l'absence de visiteurs pendant une bonne partie de l'année 2020 nous a fait perdre pas loin de 5 millions d'euros ; comme notre trésorerie n'est pas énorme elle sera malheureusement épuisée en avril.

Quelles sont les autres ressources du Domaine?

Bien sûr nous continuons à percevoir le loyer des fermes et des bâtiments, nous vendons du bois, mais la billetterie est notre principale ressource car elle correspond à l'entrée de 450 000 visiteurs à l'année, ce qui est considérable. Ensuite vient l'événementiel -qui nous rapporte entre 1,5 et 2 millions par an- mais il est aussi en panne. Pas de mariages, ni de cérémonies, ni de tournages de films; tous les projets 2020 ont été reportés et nous n'avons malheureusement pas de perspectives pour cette année, il n'y a aucune réservation pour le moment... En année normale, si nous gérons bien l'ensemble, nous sommes à l'équilibre avec un budget de 12 millions et nous pouvons investir entre 3 et 5 millions par an.

Combien avez-vous d'employés ?

L'essentiel des dépenses est lié au personnel car nous employons 130 personnes, dans des métiers extrêmement variés, qui vont de l'entretien des jardins à la conservation des oeuvres ou à la sécurité. Et naturellement, la plupart des frais constants reste incompressible, nous continuons à chauffer les bâtiments, à nourrir et à soigner les chevaux (et les kangourous), à assurer la maintenance et la sécurité des lieux, on ne peut donc pas faire d'économies importantes.

Vous avez lancé une cagnotte sur internet, a-t-elle été fructueuse?

Tout-à-fait, elle a déjà apporté 250 000 euros, ce qui est formidable mais ne comble malheureusement pas nos pertes! Mais d'ores et déjà je tiens à remercier tous les donateurs, ainsi qu'à saluer la gentillesse de leurs messages qui font chaud au coeur et montrent bien l'attachement de la population à Chantilly. Rappelons qu'il est facile de contribuer à cette cagnottte, on peut le faire en deux clics sur notre site.

Que demandez-vous à l'Etat?

Le président de la République étant le protecteur de l'Institut de France, nous avons saisi l'Elysée ainsi que le cabinet du ministre des Finances pour demander une aide exceptionnelle pour compenser nos pertes. Il est clair que cette demande est exceptionnelle, elle vise juste à nous mettre à égalité avec d'autres domaines comme Versailles ou Chambord que l'Etat a pu aider. Franchement nous avons reçu un accueil chaleureux et nous sommes optimistes concernant la bienveillance de l'Etat, nous attendons d'ailleurs une réponse imminente.

Il s'agit d'une aide exceptionnelle mais si la pandémie continue, qu'allez-vous faire?

Nous serions prêts à ouvrir le château et les musées immédiatement car nous avons mis en place un protocole trés strict avec des mesures de protection efficaces, avec un parcours de visite réglé suivant un itinéraire obligatoire sans croisement de flux, en calculant une jauge maximum. Mais il est clair que si nous ne sommes pas autorisés à ouvrir rapidement, il faudra revoir Bercy à la fin de l'année car, en sus des pertes de 2020 il y aura celles de 2021 à venir. 

NB : Suivant le testament de son ultime propriétaire, le duc d'Aumale, le domaine de Chantilly appartient à l'Institut de France. Il couvre 7 800 hectares et comprend le châteuu et ses collections d'art, les Grandes écuries avec le musée et ses spectacles équestres, les jardins dessinés par Le Nôtre, le parc, le hameau, la forêt, l'hippodrome géré par un GIP, divers bâtiments et des terres comme la ferme d'Apremont où se situe le polo club ...

www.domainedechantilly.com