Quand les enfants touchés par des maladies rares ornent les chevaux des Grandes Écuries de Chantilly
vendredi 05 novembre 2021

Avant de poser les caparaçons sur les chevaux des Grandes Ecuries, les enfants ont pu faire des essayages sur Osie, cheval prêté par le club hipp...
Avant de poser les caparaçons sur les chevaux des Grandes Ecuries, les enfants ont pu faire des essayages sur Osie, cheval prêté par le club hippique de Villiers-Adam qui a rendu visite aux enfants à l'hôpital © Fabrice Gaboriau

C’est une collaboration peu commune qui s’est tissée entre l’Hôpital d'Enfants Margency et le Château de Chantilly. Le 17 novembre prochain, les chevaux des Grandes Écuries défileront avec des caparaçons confectionnés par les enfants atteints de maladies rares.

Si le cheval fascine, impressionne et émerveille, il est aussi très souvent perçu comme un thérapeute exceptionnel, un miroir, voire même un moyen de s’évader d’un quotidien parfois pesant. C’est dans cet objectif d’évasion, mais également pour « les embarquer dans une aventure artistique autour du cheval » que le projet HIPPOSANTE, dispositif artistique mené par Caroline Desnoëttes, a vu le jour, comme mentionné dans un communiqué. Ce projet, soutenu par la Direction régionale des affaires culturelles (DRAC) et l’Agence régionale de santé (ARS), a pour but d’aider les jeunes patients de l’Hôpital d’Enfants Margency (HEM) dans leur lutte contre les maladies rares. 

Tout au long de ce projet, les enfants ont eu l’occasion de se plonger dans la culture équestre en visitant plusieurs lieu emblématiques. Au musée du Cheval et du Château de Chantilly, ils ont notamment découvert l’univers du spectacle tandis qu’ils sont partis à la rencontre des acteurs des courses hippiques à l’écurie Bucéphale et sur l’hippodrome d’Enghein. Au musée de l’Armée, ils ont pris conscience de l’importance du cheval en tant que compagnon de bataille grâce à une visite guidée sur le thème des chevaux et des caparaçons, ces housses d’ornement qui protégeaient les chevaux lors des guerres. Enfin, ils ont touché l’art du bout des doigts grâce à une visite des ateliers de la maison Hermès, reconnue pour son excellence et son savoir-faire en sellerie et bourrellerie. 

Grâce à toutes ces activités, la centaine d’enfants qui a participé à ce projet a pu trouver l’inspiration pour « créer des caparaçons/tapis de selle, couvertures de chevaux, avec du matériel de soin périmé » qu’ils ont récupéré à l’hôpital. Ces couvertures d'apparat seront portées par les chevaux le 17 novembre, à l’occasion d’un défilé des cavalières de la Compagnie équestre des Grandes Écuries de Chantilly accompagnées des enfants, qui auront d’ailleurs l’occasion de faire un tour de piste (en présence d'un adulte) avec les chevaux des Grandes Écuries caparaçonnés aux couleurs de l'HEM. Les caparaçons seront ensuite exposés jusqu’au 2 janvier 2022 dans deux salles du musée du Cheval de Chantilly. Ces ornements « racontent l'histoire singulière des enfants hospitalisés qui, avec force et endurance, font face à la maladie dans une course acharnée pour la vaincre », apprend-on dans le communiqué.