Grandiose Aix-la-Chapelle
jeudi 07 juillet 2022

Stade de la Soers - Aix-la-Chapelle
Stade de la Soers - Aix-la-Chapelle © Eric Knoll

Aix-la-Chapelle, c’est un peu le temple des sports équestres. Saut d’obstacles évidemment, mais aussi concours complet, dressage, attelage et voltige sont autant de disciplines qui se retrouvent dans cette petite ville de 250 000 habitants, à la frontière de la Belgique et des Pays-Bas, pour dix jours de grand sport. Cette semaine, la rédaction de L'Eperon Hebdo vous fait revivre cet événement hors du commun.

Mythique. Tel est le qualificatif souvent employé lorsqu’on parle du CHIO d’Aix-la-Chapelle. Et à juste titre. L’ensemble de la ville semble tourné vers l’évènement. À la sortie de la gare, personne ne peut manquer la statue représentant le logo du CHIO, où on retrouve les horaires des navettes et autres bus mis à disposition. D’ailleurs, si vous choisissez de vous rendre sur le site via les transports en commun, ils sont gratuits sur présentation de votre billet ou votre accréditation. Au fur et à mesure que l’on se rapproche de l’enceinte, le nombre de drapeaux et d’affiches aux couleurs de l’évènement s'accroît. Impossible de rater son arrêt de bus tant les infrastructures sont impressionnantes et bien visibles. Et en franchissant l’entrée, on comprend très vite pourquoi cet événement se fait appeler le festival mondial des sports équestres (World Equestrian Festival) et pourquoi chaque personne y étant allée au moins une fois en parle avec des étoiles dans les yeux.

Aix-la-Chapelle, la démesure

Démesuré. Grandiose. Exceptionnel. Une chose est sûre, en arrivant sur le site du CHIO d’Aix-la-Chapelle, les adjectifs manquent. On en prend plein les yeux et on en perd ses mots. Et encore, il ne s’agit là que de l’entrée. Que dire lorsque l’on entre sur l’immense et mythique piste en herbe du Hauptstadion, la piste principale ? Grand comme deux terrains de football et bordé de gradins - pour l’immense majorité couverts - d’une capacité de 40 000 spectateurs, le stade d’Aix-la-Chapelle est, pour les amateurs de foot, l’équivalent du stade de la Beaujoire à Nantes ou du Geoffroy Guichard de Saint-Étienne. Si, lorsque les tribunes sont pleines à craquer - comme lors de la Coupe des nations et du Grand Prix - cela rend l’endroit encore plus impressionnant, Jeanne Hirel nous l’a assuré, même vide, le stade dégage quelque chose de presque indescriptible. « C’est spectaculaire d’être ici. Monter dans un tel endroit, avec les meilleurs cavaliers et chevaux du monde… Lorsque j’ai foulé la piste en herbe du stade pour la première fois, les tribunes étaient presque vides mais c’était déjà tellement… Wow ! » Une impression confirmée par Pierre-Marie Friant qui, lui, a eu l’occasion de monter au milieu de tribunes archi complètes lors de la Coupe des nations du jeudi soir. « C'est magique de rentrer dans ce stade. C'est une ambiance que l'on ne trouve qu'ici. Même si à La Baule l’ambiance était également magnifique, ce n'est quand même pas le même nombre de personnes. »

La suite de cet article est à découvrir dans le numéro 425 de L'Eperon Hebdo (paru le 6 juillet 2022), disponible sur notre boutique en ligne.