Sylvie Robert : "Il est impératif que les filières sportives et évènementielles redémarrent"
mardi 09 juin 2020

Sylvie Robert
Sylvie Robert © Eric Knoll

Alors que depuis mars, les annulations de compétitions équestres et de salons s'enchainent, Equita Lyon, maintenu du 28 octobre au 1er novembre 2020, est pour l'instant l'un des rares gros évènement à l'horizon. Le point avec son organisatrice, Sylvie Robert.

La crise sanitaire a eu raison de bien des évènements équestres en Europe jusque tard dans la saison : la Madrid Horse Week et le Helsinki Horse Show, chacun support d'étapes Coupes du monde et prévus en novembre et octobre 2020, ont déjà annoncé leur annulation. Dans ce cadre, Equita Lyon, qui a ouvert ses réservations aux exposants et sa billetterie pour l'évènement qui se tiendra du 28 octobre au 1er novembre 2020, est pour l'instant le seul gros évènement équestre à l'horizon. "La filière évènementielle et la filière sportive équestre ont été durement touchées puisque tous les concours ont été annulés. Nous risquons effectivement d'être un des premiers gros rendez-vous réorganisé en Europe. Mais pour faire cet évènement, il faut que l'on avance", explique Sylvie Robert, à la tête de GL Events Equestrian Sport, organisateur entre autres du rendez-vous équestre et sportif lyonnais et qui a subi de plein fouet la crise sanitaire avec l'annulation de nombreux évènements à travers le monde, dont le CSI 5* parisien du Saut Hermès en mars denrier. Après s'être demandé si il ne valait pas mieux retarder encore l'ouverture de la billetterie pour le salon et le compétitions d'Equita Lyon, Sylvie et ses équipes ont finalement fait le choix de se lancer. "Les chiffres exposants et billetterie sont bons alors que l'on a ouvert plus tard que l'année dernière", commente-t-elle. Le parti pris de geler les tarifs sur la base de 2019, associé au fait qu'Equita Lyon est pour l'instant le seul évènement programmé d'ici la fin de l'année, n'est surement pas étranger à cet engouement. 

Le manque de visibilité sur les mesures sanitaires qu'il faudra appliquer dans six mois pour ce genre de manifestation n'inquiète pas l'organisatrice. "Nous avons, sur tous nos sites, une politique d'hygiène très strict concernant l'accueil du public", rappelle-t-elle en premier lieu. "On voit aujourd'hui que les bars/restaurant rouvrent, que les TGV roulent presque normalement... Il est difficile de prévoir ce qui sera à mettre en place en octobre. Mise à disposition de gel, prise de température, port du masque, sens de circulation, élargissement des allées du salon : nous étudions et nous tenons prêts pour toutes les éventualités, et nous serons en mesure d'appliquer toutes les recommandations". Pour le moment, seules les ventes des places en tribunes de la grande piste (sur laquelle se courent notamment les étapes Coupes du monde de dressage et de saut d'obstacles) sont limitées dans l'hypothèse de distanciation physique à appliquer entre les spectateurs. "Nous avons décidé de ne vendre des billets que pour une tribune sur deux. Si des mesures de distanciation sont à mettre en place, nous écarterons les spectateurs en les répartissant sur le reste des tribunes. Si ce n'est pas le cas, nous ouvrirons la billetterie pour vendre les places dans la tribune restante", commente Sylvie Robert. 

"Actuellement, nos sites à Lyon redémarrent tranquillement avec l'organisation de concours étudiants. Cette reprise est primordiale. Nous avons vécu un véritable cataclysme, aujourd'hui nous devons redémarrer les filières sport et événementielle", insiste Sylvie Robert qui rassure également sur le programme sportif. "Les annulations des étapes Coupes du monde d'Helsinki et Madrid ne remettent pas en cause le circuit." Et la crise sanitaire n'empêchera pas les équipes d'Equita de proposer quelques nouveautés, avec notamment l'apparition du Horse-Ball parmi les nombreuses disciplines équestres mises en avant et la venue de la famille Gruss dans le cadre des spectacles proposés à la suite des épreuves 5* les vendredi et samedi soir.