Lucien Gruss dans la magie d'Oman
jeudi 19 janvier 2006

oman-gruss
Ph. Droits réservés

1 500 chevaux, 800 dromadaires, 350 musiciens. Pour ses 35 ans de règne Sa Majesté Qabous Bin Saïd Al-Said, Sultan d’Oman s’est offert et a proposé à ses sujets un spectacle équestre fantastique.

e 1er janvier dernier Oman avait réuni les meilleurs artistes équestres du monde entier. Un spectacle annuel qui prend tous les 5 ans une dimension plus importante encore ! Pour la France le Camarguais Lorenzo et Lucien Gruss avaient fait le voyage afin de vivre une soirée hors du commun. A Muscat, la capitale, le spectacle se devait d’être parfait alors rien n’a été laissé au hasard. Les deux hommes et leurs cavaleries ont pris l’avion le 17 décembre destination Oman. Un voyage effectué dans les meilleures conditions de confort pour leurs superbes chevaux de gala. Les 4 lusitaniens et les 5 arabo-camargue de Lucien Gruss ont voyagé dans la soute d’un avion spécialement aménagée pour eux. « Ils étaient tellement bien qu’ils ont moins montré de signes d’inquiétudes que lors des déplacements habituels en camion ».

Sur place l’accueil des omanais restera dans les mémoires des participants, « ils sont extraordinairement attentionnés et professionnels ». Les chevaux ont été aussitôt installés dans de spacieux boxes climatisés et ventilés afin d’éviter que l’air frais ne tombe directement sur eux.Tous les soirs Lucien Gruss et sa compagne Marie-Dominique vont répéter aux côtés des nombreux participants leur numéro. Il leur aura fallu en tirer la quintessence puisque des 40 minutes habituelles il ne leur sera resté que 6 minutes de prestation. Un timing des plus pointus qui ne laisse absolument pas la place ni à l’à peu près ni aux infimes erreurs. Chaque saut, chaque figure se doit d’être absolument parfaits. Jour après jour les séances de travail ont permis de mettre au point le gigantesque show.

Cependant, l’emploi du temps a laissé un peu de temps aux artistes pour découvrir ce pays délicieux où se côtoient la mer et les montagnes. Lucien Gruss connaissait les chevaux des omanais pour avoir travaillé avec une de leur cavalerie à la fin des années 80, mais la découverte du pays ne l’a pas laissé indifférent comme le confirme ses propos « c’est un pays magique de beauté, avec des gens qui sont amoureux des chevaux, l’alchimie est extraordinaire ».Le 1er janvier 2006 tout était fin prêt. Devant le Sultan et ses invités, ont paradé sa garde personnelle à cheval en grande tenue, les régiments de province avec leurs dromadaires et les artistes de chaque pays à l’honneur, avant un immense défilé qui réunissait tous les participants. Une soirée de rêve pour tous. La prochaine est prévue en 2010.