Sébastien Vincent: "Je me vois déjà habillé en tenue pour la cérémonie d’ouverture."
mardi 12 août 2014

Vincent Sebastien
Sébastien Vincent © Claude Bigeon

La sélection définitive n’est pas encore tombée, mais Sébastien Vincent le plus jeune de la liste des meneurs français potentiels pour les Jeux équestres mondiaux à Caen devrait faire partie du voyage.

A 27 ans, Sébastien Vincent a grandi et évolué avec les chevaux présents dans sa famille à Sacy dans l’Oise. Son père l’a formé à l’attelage, une pratique transmise de génération en génération, mais il a aussi appris toutes les techniques agricoles de travail avec les chevaux de trait. Champion de France d’attelage d’ânes en 1997, vice-champion du monde à 4 chevaux de trait en 2009, 4e du championnat de France (Amateur élite, le plus haut niveau français) à 4 chevaux de sang en 2012. Il évolue peu à peu dans le haut niveau en attelage à 4 chevaux. Professionnel de l’attelage, il a été formé à l’école du Pin par Louis Basty (2006, 2007) où il obtient son BPJEPS attelage. Aujourd’hui il est à la tête des Attelages de Sacy, une société qui propose de la prestation hippomobile et une école d’attelage.

Il a toujours était bien auprès des chevaux et c’est finalement assez naturellement qu’il s’est engouffré dans une voie qui le passionne. Il aime surtout préparer les chevaux. Mais, aujourd’hui, c’est aussi devenu un compétiteur qui s’affûte au fur et à mesure des internationaux en attelage à 4 chevaux avec son team composé de trois Polonais  (Ali Baba, Klon et Queen) et trois KWPN (Diablo, Bon cœur et Alioth S) tous propriétés de sponsors, amis ou de lui-même. « Avec la compétition de haut niveau, il ne faut rien laisser de côté, explique Sébastien. Avec ma première participation à Aix-la-Chapelle, j’ai appris à mettre en place une meilleure organisation dans la logistique et le travail. J’ai plus de rigueur qu’avant. » Il a affiné sa préparation. « J’ai beaucoup travaillé le dressage car il fallait faire évoluer le team. Maintenant je travaille la stabilité des trois tests. Je mets les bouchées doubles pour les Jeux. Je me sens assez calme. Je fais pas mal de sport et je fais attention à ce que je mange. Je me suis surestimé avant Aix. Cette expérience a été bénéfique. J’espère faire un dressage à 55 et être dans les quinze. » Bien entouré par un staff de proches et d’amis (une petite dizaine de personnes), Sébastien sera suivi par de nombreuses personnes (famille, amis, élèves…). A partir du 21 août les meneurs tricolores seront en stage à Lisieux. Sébastien Vincent s’y voit déjà. « Je me vois déjà habillé en tenue pour la cérémonie d’ouverture. J’ai hâte d’être avec tous les copains. » Pour l’instant, il reste concentré dans sa préparation et ira sans doute voir d’autres épreuves pour profiter de l’événement, cela se fera avec les autres meneurs.  Pour Sébastien Vincent, cette participation aux Jeux équestres mondiaux sera une première qu’il vivra avec beaucoup d’émotion. Cela ne fait que deux ans qu’il tourne en international à quatre chevaux de sang.