Mondial du Lion : Golden de Béliard AA et Thomas Carlile, un duo en or
dimanche 23 octobre 2022

Golden de Béliard AA et Thomas Carlile, ici au Mondial du Lion
Golden de Béliard AA et Thomas Carlile, ici au Mondial du Lion © Emilie Dupont

On ne cessera jamais de le dire : en concours complet, avant l'ultime test, rien n'est jamais joué. Et ce championnat du monde réservé aux chevaux de six ans en est encore la preuve. En tête à l'issue du dressage et du cross, HSH Connor et Caroline Martin ont finalement, sur ce test d'hippique, vu le titre tant convoité leur glisser des mains... Pour atterrir dans celles de Thomas Carlile et Golden de Béliard AA, qui continuent ainsi d'écrire la belle histoire dont ils sont tous les deux le produit.

Le Lion d'Angers, 9 heures du matin. Après la visite la vétérinaire, lors de laquelle tous les chevaux qui ont été présentés ont également été acceptés, les couples engagés dans le championnat du monde réservé aux chevaux de six ans avaient de nouveau rendez-vous sur le terrain d'honneur pour l'ultime épreuve de cette importante échéance, l'hippique. Une épreuve qui, tous les amateurs de concours complet le savent, peut chambouler tout un classement et, surtout, faire mentir tous les pronostics. Car qui, ce dimanche matin, n'aurait pas misé sur une victoire de HSH Connor (Connor, Holst, et Galwaybay Merstona, ISH, par Mermus R, KWPN) et l'Américaine Caroline Martin, duo en tête du classement provisoire depuis trois jours et auteurs de performances impressionnantes de facilité ? Sûrement peu de gens. Excepté, peut-être, ceux qui espéraient entendre de nouveau la Marseillaise résonner. Et ces derniers avaient deux argument solides. Premièrement, avant le début de l'épreuve, l'énergique Golden de Béliard AA (Upsilon et Vieusinge du Maury, AA, par Jalienny, AA) et Thomas Carlile pointaient au troisième rang du classement provisoire, à moins de trois points de la tête. Un sans-faute du duo tricolore et quatre points des deux autres devant lui, et la victoire était sienne. Et puis, comme l'avez confié le cavalier la veille, la fille d'Uspilon « est une très bonne sauteuse, très endurante, très rapide et n’aime pas toucher les barres ». Ne restait plus qu'à connaître et dérouler le parcours.

Au bout du suspens, le duo tricolore s'impose

Qu'on se le dise, du début à la fin de ce test d'hippique, le suspens a été de mise. Les couples s'enchaînaient, les barres continuaient de tomber alors même que les couples situés en haut du classement provisoire entraient en piste, certains (peu nombreux) réussissaient à boucler leur tour sans aucune pénalité... Il faut dire que le parcours n'était pas de tout repos et demandait une agilité ainsi qu'un pilotage certains. Avec deux doubles, un mur, quelques obstacles très proches du public et un temps accordé de seulement soixante-quinze secondes, il ne fallait ni laisser traîner les antérieurs ni les postérieurs, pour ne pas faire tomber de barre et garder un rythme soutenu. Les difficultés étaient donc bien présentes et, sur quarante-quatre couples au départ de cet ultime test, seuls onze sont parvenus à réaliser l'exploit de boucler un tour sans faute. Parmi eux, le Britannique Tom Jackson et Midnight Endeavour ou encore l'Américaine Cornelia Dorr et DHI Qyaracolle Z qui, grâce à cela, ont tous les deux pu gagner six places au classement.

Evidemment, le suspens est encore monté d'un cran à l'arrivée des trois derniers couples à passer, qui n'étaient autres que ceux qui constituaient le trio de tête de la veille et qui, donc, jouaient leur place sur le podium final. Premier duo à s'élancer, Golden de Béliard et Thomas Carlile déroulent un parcours très propre et, comme à leur habitude, dans un bon tempo. Les obstacles s'enchaînent, la belle baie répète ses sauts avec application, rien ne bouge, ils sont dans les temps... Et signent un superbe sans-faute qui, le cavalier le sait, leur garantit une place sur le podium. Mais laquelle ? Cela restait encore à savoir. Avant-dernier couple à s'élancer, Corimiro (Amiro Z et Lilly Corinne, OS, par Lovis Corinth, Old) et la Britannique Sarah Bullimore ont apporté une première réponse au Français en laissant une barre au sol, permettant ainsi au duo tricolore de conserver la pole position. Inévitablement, l'espoir d'une victoire française n'en a été que plus grand. Et alors que HSH Connor et Caroline Martin entraient en piste, un grand silence - laissant pourtant entendre une certaine tension - s'est installé. Premier obstacle, deuxième obstacle, troisième obstacle... Et puis, alors que la moitié des obstacles était franchie, une barre tombe. Le clan français exulte, Golden de Béliard AA et Thomas Carlile sont champions du monde.

Une belle histoire

Comme n'a pas manqué de le rappeler Thomas Carlile, cette victoire est aussi belle que l'histoire qui l'accompagne. « Ma dernière victoire ici remonte déjà à quelque temps. Ça fait un moment je n’en suis pas loin mais, aujourd'hui, je n’avais pas la pression pour autant. J’ai une super petite jument, idéale pour le concours, donc j’étais plutôt très confiant. Ça me tenait à coeur, après quelques désillusions, de renouer avec la victoire. Je voudrais surtout faire un clin d’oeil à son naisseur et propriétaire, Gérard Brescon, parce que Golden est une sœur utérine de Sirocco du Gers, qui m’avait offert ma première victoire lors de ces championnats du monde, et une fille d’Upsilon. C’est une belle histoire. Comme je le disais à Gérard, on est reparti pour un tour là ! », a tenu à souligner le cavalier, aussi ému qu'heureux. « Ça remet des étoiles dans les yeux. C’est ça aussi les jeunes chevaux. J’adore le haut niveau et je vis pour ça mais c’est vrai que parfois, quand on a un coup dur, on monte sur un jeune cheval on se remet à rêver. Et il y a des rêves qui se réalisent. Ce sont les jeunes chevaux qui nous font rêver, spéculer, c’est agréable. » Et le rêve devrait encore continuer l'année prochaine, comme le pense Thomas Carlile. « L’année prochaine, on va se concentrer sur son année de sept ans, franchir les paliers dans la confiance. C’est elle qui nous dira jusqu’où elle veut bien nous amener. Je pense qu’elle va nous surprendre. »

HSH Connor et Corimiro sur le podium

Malgré leurs quatre points respectifs et, de ce fait, un brin de déception, HSH Connor et Caroline Martin, ainsi que Corimiro et Sarah Bullimore ont conservé leurs places sur le podium. Le duo américain est finalement sacré vice-champion du monde et, comme l'a souligné la cavalière, ressort assurément grandi de cette expérience. « Cela m’a mis un petit coup au moral mais, après réflexion, j’ai passé six mois extraordinaires en Europe, préparer ce Mondial et y participer a été une superbe opportunité. Et puis, j’ai un super cheval sous ma selle. Il a failli être vendu plusieurs fois et, finalement, il est resté avec moi. Globalement, le bilan est donc très positif.» Elle aussi quelque peu déçue d'avoir vu la victoire lui passer sous le nez, Sarah Bullimore n'en reste pas moins très fière de son cheval. « Comme Caroline, je suis un peu déçue. Surtout que c’est la barre du dernier obstacle qui est tombé, c’est dur… Je ne sais pas ce qu’il s’est passé. Je me suis peut-être relâchée un peu trop tôt. Cependant, le cheval a très bien sauté. Je crois beaucoup en lui pour l’avenir. Le meilleur reste à venir. Mais, tout de même, être sur le podium des championnats du monde des chevaux de six ans, c’est magnifique », assurait-elle.

Pour retrouver les résultats complets de ce championnat, cliquez ici.