Pratoni 2022 : Boyd Exell mène la danse en individuel, tandis que la Mannschaft prend la tête en équipe
vendredi 23 septembre 2022

Boyd Exell, ici lors des championnats du monde de Pratoni del Vivaro
Boyd Exell, ici lors des championnats du monde de Pratoni del Vivaro © FEI/Christophe Tanière

Deuxième journée de compétition à Pratoni del Vivaro, à l'occasion des championnats du monde d'attelage à quatre chevaux. Ce vendredi, place à la conclusion du test de dressage, avec le passage des derniers concurrents en lice pour un titre mondial. Sans grande surprise, le champion du monde en titre, Boyd Exell, a pris les commandes de la compétition individuelle en remportant cette première épreuve avec une large avance sur ses concurrents. Du côté du championnats par équipes, l'Allemagne conserve la tête du classement provisoire, mais est suivie de près par les Pays-Bas et l'Australie.

Vainqueur lors des Jeux équestres mondiaux de Lexington, Caen et Tryon, des championnats du monde de Riesenbeck et Breda, de huit finales du circuit Coupe du monde, invaincu lors de toutes les compétitions auxquelles il a pris part depuis la mi-avril 2022... À Pratoni del Vivaro, Boyd Exell ne venait pas (encore) en terrain conquis, mais sans aucun doute avec le statut de grand favori. Très attendus, c'est ce vendredi que le meneur australien et son team ont déroulé leur reprise de dressage... Et ébloui aussi bien les juges que le public. Avec la superbe moyenne de 78.750% (34.13 points) - dont le champion du monde en titre s'est dit « un peu déçu » car il espérait plutôt atteindre la barre des 32 - c'est, sans grande surprise, qu'il s'est emparé de la tête du classement provisoire et n'a pas été détrôné. Une chose est sûre : le ton de ces championnats du monde est donné. C'est même avec trois points d'avance que l'Australien s'impose dans cette épreuve de dressage, face à l'Allemande Mareike Harm, dont la reprise a été notée à 75.792% (38.85). « Je suis vraiment très heureuse ! J'avais un peu de pression car mon score allait compter pour l'équipe. La manière d'appréhender la compétition n'est pas du tout la même que lorsque l'on court uniquement pour soi. En 2010, j'étais déjà venue ici pour le championnat du monde en simple et j'ai remporté la médaille d'or avec l'équipe allemande. Cet endroit me met donc en confiance », soulignait la meneuse après sa reprise. En tête à l'issue de la première journée de dressage hier, l'Américain Chester Weber a, lui, réussi à conserver sa place sur le podium et se classe troisième. Designés comme faisant partie des favoris de ces championnats du monde, le Néerlandais Ijsbrand Chardon, le Hongrois Zoltán Lázár et l'autre représentant des Pays-Bas, Bram Chardon, se classent respectivement cinquième, sixième et septième à l'issue de ce premier test. « Je suis pour le moment en tête mais c'est une compétition sur trois jours et il peut se passer beaucoup de choses. Rien n'est joué avant dimanche après-midi », rappelait Boyd Exell.

L'Allemagne affirme ses ambitions par équipe

Faute d'avoir pu détrôner Boyd Exell dans le championnat individuel, l'Allemagne peut se réjouir de sa position dans le classement provisoire par équipes. Grâce aux performances de Mareike Harm (38.85), Michael Brauchle (49.18), Georg von Stein (49.44) et leurs chevaux, la Mannschaft mène - pour le moment - la danse avec un total de 88.03. Mais attention, l'avance n'est pas large ! Derrière les Allemands, les Néerlandais - également favoris pour le titre collectif - ne sont pas bien loin, avec un score de 89.23. Tout comme les Australiens qui, à l'issue du dressage, totalisent 91.50 points... Autant dire que les scores sont serrés sur ce podium provisoire et, surtout, que rien n'est encore joué. Il n'est en effet pas impossible que l'épreuve de marathon se jouant demain rabatte quelques cartes, tout comme l'épreuve de maniabilité dimanche.

« Nos meneurs peuvent faire la différence sur ce dernier test »

Du côté des Bleus, après le passage de Sébastien Vincent et ses quatre chevaux hier (62.23), Anthony Hordé - vainqueur du test event ici même à Pratoni del Vivaro en mai dernier - a ouvert le bal de cette deuxième journée de compétition en terres italiennes. Le meneur et son quatuor composé de Bicker T, Carino, Fernando, Lancelot ont déroulé une reprise notée à 65.833% (54.77) par les juges. Soit la quinzième meilleure performance de cette épreuve de dressage. « Je suis super content de la reprise et surtout de ma note. C’est mon meilleur score jamais obtenu, donc je suis vraiment heureux que ça arrive en championnat. A chaque concours on a essayé de progresser, de trouver les bons réglages pour chaque cheval et on a gagné quelques points tout au long de l’année. C’est aussi très encourageant pour la saison prochaine », soulignait le Tricolore en sortie de piste. Troisième et dernier meneur courant en équipe pour la France, Benjamin Aillaud, associé à Beene van de Dubelsile, Douwe Fan't Oosterzand, Stal Okkema's Isidor et Sybren P, s'est quant à lui fait une place dans le top 8 de cette épreuve en signant une belle reprise notée à 69.542% (48.84). « Les chevaux ont donné ce qu’ils pouvaient. On est allé chercher le maximum partout sans commettre d’erreur. C’est une satisfaction, même si on aurait aimé une note encore meilleure », déclarait-il à l'issue de ce test. Enfin, Maxime Maricourt, qui défend les couleurs de la France en individuel, obtient la note de 58.542% (66.43) avec Eddy, Endetzky, Firstman Pb et Korporaal. « La reprise a été un peu plus compliquée que d’habitude. Mon cheval de volée droite était un peu regardant, l’environnement est impressionnant, avec le public assez proche et les écrans géants. C’était leur premier championnat et on doit encore gagner en maturité dans ce type d’environnement qui n’est pas habituel le reste de l’année », précisait le meneur.

Avec un total de 103.61, la France se classe pour le moment sixième de ces championnats du monde par équipes. « L’objectif, ce soir, était de coller aux scores de la Belgique et de la Hongrie, c’est chose faite. Demain, le marathon va sans doute être fautif. Le classement provisoire peut bouger, avec des écarts qui devraient s’accentuer. On va essayer d’être très appliqués pour réaliser les trajectoires telles que nous les avons reconnues, tout en ajustant les consignes en fonction des parcours de nos premiers meneurs. On observera également la concurrence pour ajuster notre stratégie si besoin. L’objectif par équipe est d’être demain soir parmi les nations qui joueront la troisième place dimanche à la maniabilité. On sait que nos meneurs peuvent faire la différence sur ce dernier test. Tout est encore jouable, un championnat se joue toujours jusqu’à la dernière épreuve », affirmait quant à lui Quentin Simonet, conseiller technique national en charge de l’attelage. Rendez-vous donc demain dès 10h pour un marathon qui, comme l'ont souligné les meneurs français, s'annonce « très physique et très technique ».

Pour consulter les résultats complets, cliquez ici.