Pratoni 2022 : La France quatrième au provisoire d'une compétition dominée par les Britanniques
jeudi 15 septembre 2022

Thomas Carlile et Darmagnac de Béliard
Thomas Carlile et Darmagnac de Béliard © FFE/PSV

Sans surprise, après la première journée de dressage des championnats du monde de concours complet, à Pratoni del Vivaro (ITA), la Grande-Bretagne pointe en tête du classement encore très provisoire, avec 45.5 points. Derrière, les scores sont plus serrés et trois équipes se tiennent en moins de cinq points : la Nouvelle-Zélande, les Etats-Unis et… la France, qui pointe ce soir au quatrième rang (57.1 points).

Suite au tirage au sort, c’est l’Allemagne qui ouvrait le bal de ces deux journées de dressage. Sur Carjatan S (Clearway), Christoph Wahler connait un début de reprise compliqué avec des changements d’allures imprévus à l’entrée et pendant les allongements au trot. Sur ces deux figures, les notes s’échelonnent de 2 à 5, mais le reste de la reprise, beaucoup plus stable, lui fait totaliser 32.9 points. Sandra Auffarth, la deuxième membre de l’équipe, fait un peu mieux, mais un écart dans un coin du rectangle, un changement de pied manqué et un Viamant du Matz (Diamant de Semilly) en défense dans le reculer ne permet pas de passer sous la barre symbolique des 30 points puisque les juges leur accordent un total de 31.3 points. Ce soir, l’Allemagne est loin, au septième rang, mais il y a très fort à parier que Julia Krajewski et Michael Jung fasse remonter leur nation de quelques places. 

Un top 4, et trois Britanniques

Qui s’étonnera en lisant que, ce soir, les Britanniques figurent (facilement) en tête du classement ? Probablement personne. Nos voisins d’Outre-Manche ont d’ailleurs le culot de placer leurs trois couples passés ce jeudi dans le top 4 du classement provisoire. Ouvreuse de l’équipe, la championne du monde en titre, Rosalind Canter affiche un score de 26.2 points avec son hongre de dix ans, Lordships Graffalo (Grafenstolz). « Je suis absolument ravie de Walter (le surnom de son cheval, ndlr), il n’a que dix ans alors venir ici est une opportunité incroyable pour lui. On n’en est qu’à nos débuts à ce niveau et je pense vraiment que dans les années à venir, il peut aisément devenir encore meilleur. Il s’est parfaitement comporté pour un cheval de son âge. Il a pas mal confiance en lui, il est bien dans sa tête et il adore être au centre de l’attention, par exemple, il se moque des gens qui applaudissent, au contraire, ça le bonifie », faisait savoir la cavalière. Mais aujourd’hui, ce sont bien les derniers vainqueurs du CCI5*-L de Badminton qui ont frappé fort. Laura Collett et London 52 (Landos) étaient attendus au tournant et n’ont pas déçu. Il n’y a pas grand chose à reprocher à leur reprise, fluide et sans accroc, qui leur permet d’obtenir le meilleur score jamais atteint depuis les Jeux équestres mondiaux de Jerez, en 2002 : 19.3 points. Difficile pour la Britannique de cacher sa joie et son émotion en sortie de piste, qui a définitivement une revanche à prendre sur la dernière olympiade, où elle avait manqué une médaille individuelle. 

Enfin, la Grande-Bretagne envoyait également aujourd’hui sur le rectangle sa cartouche individuelle : Yasmin Ingham et le Selle Français Banzai du Loir (Nouma d’Auzay). À seulement vingt-cinq ans, l’amazone, accompagnée de son alezan, a livré une prestation remarquable, saluée par les juges de seulement 22 points de pénalité. Un exploit pour un premier championnat senior, que même elle avait du mal à réaliser, mais qui n’est pas dû au hasard selon elle : « On a un peu plus d’expérience maintenant en termes d’ambiance et d'atmosphère particulière, on a notamment fait le CCI5-L* de Lexington et le CCI4*-L de Blenheim l’année dernière. Avec les entraîneurs, nous avons essayé différentes stratégies pendant les détentes, que ce soit sur leur durée, ce qu’on y fait, les points plus travaillés que les autres et je pense avoir trouvé ce qui convient à Banzai. » La pression de la performance par équipe en moins, la jeune cavalière peut pleinement se concentrer sur sa propre prise d’expérience, même si elle n’est évidemment pas contre une médaille individuelle. 

Au coude à coude

Derrière les (presque) intouchables britanniques, deux nations se tiennent dans un mouchoir de poche : la Nouvelle-Zélande et les Etats-Unis. Avantage aux Kiwis, pour seulement 0.5 point, grâce à Monica Spencer et Clarke Johnstone, respectivement associés à Artist (Guillotine) et Menlo Park (Berlin). Passée lors de la première rotation, Monica Spencer réalisait une très bonne reprise gratifiée de 25.6 points, tandis que son compatriote en compte 27.4. Du côté des Américains, la performance est à mettre au compte de William Coleman, avec 26.4 points sur Off The Record (Arkansas), et Lauren Nicholson, en 27.1 points accompagnée de Vermiculus (Sazeram). « Ils sont meilleurs que d’habitude », nous confiait le DTN français Michel Asseray autour de la carrière des dix minutes, qui estime qu’ils sont tout à faire en mesure de prendre l’une des trois places disponibles sur le podium. 

Thomas Carlile contre vents et marées

Chez les Bleus, Thierry Touzaint souhaitait « mettre en n°1 un cheval qui dresse bien - et qui soit fiable sur le cross, parce que c’est le rôle d’un ouvreur - pour redorer un peu le blason français, qui est un peu terne en ce moment sur le dressage » soulignait Astier Nicolas, à qui il incombe de jouer ce rôle d’ouvreur. Malheureusement, la reprise déroulée n’était pas celle attendue par le clan français puisqu’entachée de plusieurs fautes. La première est survenue en tout début d’épreuve, lorsqu’Alertamalib’Or (Yarlands Summer Song) prend le galop dans le premier appuyer au trot, avant de passer le premier changement de pied en deux temps et le deuxième avec un pied joint des postérieurs. Forcément, les autres notes peinent à s’envoler mais le couple récolte quand même un total de 30.8 points, soit 69.20%. Thomas Carlile et Darmagnac de Béliard (Canturo) sont les deuxièmes à faire entrer le drapeau tricolore sur le rectangle. Et quelle reprise ils ont livrée ! Pourtant, tout était réuni pour déconcentrer le sensible Darmagnac. Ni les barrières qui tombaient à la détente sous la force du vent, ni les fleurs qui s’envolaient autour du rectangle ne sont parvenues à altérer la connexion entre cheval et cavalier. À sa sortie de piste, le clan français exulte : 25.3 points et la deuxième place provisoire. Mais quelques minutes plus tard, un « R » apparait à côté de son score. Celui-ci doit être révisé. La cause ? Un écart de note trop important dans un changement de pied. Deux juges accordent un 7.5, mais le troisième dévoile un 4. C’est pourtant ce dernier qui a raison, puisque Tom et Darmagnac ont passé le mouvement en deux temps. Les deux autres juges s’alignent sur leur collègue et le total du couple est élevé à 26.4 points, soit une tout de même belle cinquième place provisoire. Avec 57.1 points, la France s’affiche ce soir au pied du podium. 

Cyrielle Lefèvre clôturait cette première journée de compétition sur la selle d’Armanjo Serosah (Romando de l’Abbaye). Déçue de sa note (35.6 points, trentième), la cavalière salue en revanche le comportement de son partenaire. « Le cheval progresse à chaque fois, notamment sur notre point faible : les changements de pied. Là, il en a fait trois sur quatre en un temps. Ce n’est pas une mécanique de dressage comme en ont certains autres chevaux mais il progresse à chaque fois et j’aimerais que les notes montent un peu. Mais bon, on est aux championnats du monde, c’est le plus haut niveau. Il faut encore beaucoup travailler et ne pas baisser les bras. Même si son galop reste toujours difficile, il est resté calme, pratiquement en ligne dans ses changements de pied. Dans mon ressenti dans le travail du cheval, c’est du positif. Maintenant, il faut encore se battre pour prendre des points à droite et à gauche. C’est positif, malgré la déception de la note. Il faut passer outre pour le moment. Il reste son point fort, donc on aura encore plus la rage samedi. » Mais avant l’épreuve reine du concours complet, il reste encore une journée de dressage, demain, vendredi. 

Rendez-vous à 9h30 pour le début des épreuves. Côté France, Gaspard Maksud et Zaragoza feront leur entrée sur le rectangle à 10h49, tandis que Nicolas Touzaint et Absolut Gold*HDC fermeront la marche à 15h27. 

Pour consulter les résultats par équipes provisoires, cliquez ici.
Pour consulter les résultats individuels provisoires, cliquez ici