Pratoni del Vivaro : qui peut battre les Britanniques ?
jeudi 15 septembre 2022

Oliver Townend, Tom McEwen et Laura Collett, ici lors des Jeux olympiques de Tokyo
Oliver Townend, Tom McEwen et Laura Collett, ici lors des Jeux olympiques de Tokyo © Scoopdyga

Après le saut d’obstacles, le dressage, le para-dressage et la voltige, place aux championnats du monde de concours complet, qui se tiennent cette fin de semaine en Italie, sur le site vallonné de Pratoni del Vivaro. Forces en puissances, couples à surveiller et chances françaises, découvrez qui - sur le papier - semble le mieux placé pour en revenir médaillé.

Inutile de tourner autour du pot, allons droit au but. S’il est bien une équipe qu’on peut qualifier d’archi-favorite pour ces championnats du monde édition 2022, c’est celle de Grande-Bretagne. Pas besoin d’être un grand gourou de la discipline pour se rendre compte, chiffres et statistiques à l’appui, que nos voisins d’Outre-Manche sont au-dessus du lot. L’équipe britannique est d’ailleurs championne du monde, d’Europe et olympique en titre. Rien que ça. Les couples encadrés par Chris Bartle, l’un des entraîneurs de l’équipe, seront presque les mêmes que ceux qui étaient du voyage à Tokyo. On retrouve donc Tom McEwen et Toledo de Kerser (Diamant de Semilly), qui avaient - en plus de l’or par équipe - décroché l’argent olympique individuel. Si, cette année, le couple a écopé d’une chute sur le cross de Badminton, il est revenu en pleine forme à Aix-la-Chapelle, où il montait sur la troisième marche du podium. Très bon crosseur, Toledo est également un excellent sauteur puisqu’il n’a pas mis la moindre barre à terre sur un CCI depuis les championnats du monde de Tryon, il y a quatre ans. Bien évidemment, Oliver Townend, le numéro un mondial, et Ballaghmor Class (Courage II, Holst) seront aussi du voyage. À Tokyo, le podium individuel leur était passé sous le nez à cause d’une barre sur l’hippique. Mais parmi ses nombreux succès, le couple est monté à trois reprises (en trois participations) sur le podium du CCI5*-L de Burghley (dont une victoire en 2017) et a remporté l’année dernière le CCI5*-L de Lexington. De l’expérience, Laura Collett et London 52 (Landos, Holst) n’en manquent pas non plus et ont remporté, entre autres, deux CCI5*-L : Pau en 2020 et Badminton il y a quelques mois. Si le couple est un peu moins fiable sur l’hippique que certains de ses équipiers, il fait partie des meilleurs sur le dressage, avec des scores avoisinant régulièrement les 80%. La championne du monde individuelle en titre, Rosalind Canter, sera elle aussi du voyage. Titrée avec le regretté Allstar B (Ephebe For Ever), elle défendra sa médaille d’or avec Lordships Graffalo (Grafenstolz, Trak), avec qui elle terminait cette année deuxième du CCI5*-L de Badminton et du CCI4*-S de Hartpury. Enfin, une petite nouvelle s’est frayée un chemin au milieu de ces ténors britanniques. À Pratoni, Yasmin Ingham, vingt-cinq ans, vivra ses premiers championnats parmi les Seniors avec le Selle Français Banzai du Loir (Nouma d’Auzay). À Lexington, en avril dernier, le duo avait terminé deuxième du CCI5*-L. Il faut dire qu’il a, depuis juin 2021, toujours terminé dans le top 5 du classement en compétition internationale et n’a pas renversé la moindre barre sur l’hippique depuis un an et demi. Le tout, avec des dressages aux scores inférieurs à 30 points. 

La suite de cet article est à découvrir dans le numéro 435 de L'Eperon Hebdo (paru le 14 septembre 2022), disponible sur notre boutique en ligne.