Bettina Hoy en toute logique
vendredi 24 avril 2009

lexington9-hoy-ringwood
Bettina Hoy et Ringwood Cockatoo © www.scoopdyga.com

Elle était attendue au tournant. Elle l’a tenu et comment : en signant avec Ringwood Cockatoo le meilleur test de dressage de sa carrière : 28,8 pts ! Bettina Hoy, c’est vrai à l’habitude des pole positions…

Elle l’a admis hier au soir de la première manche du Kentucky Rolex en avouant avec simplicité ne pas savoir combien de fois elle avait mené au score, après le dressage. Mais à quarante six ans, Bettina a gagné en sagesse et en évoquant le cross qui l’attend avec un cheval d’une qualité et d’une fidélité exceptionnelle, qui est aussi le doyen de l’épreuve (18 ans), elle déclarait : « ce cheval m’a tout donné et être encore ici avec lui aujourd’hui c’est ce que j’appellerais un bonus. Alors je veux qu’il ait du plaisir, que nous nous en donnions. Si pour une raison ou une autre ce n’était pas le cas, je n’insisterais pas ». Une déclaration qui n’est certainement pas pour contrarier ses poursuivants immédiats à commencer par l’Australienne Lucinda Fredericks avec Headley Britannia qui ajouterait bien Lexington à Badminton et Burghley et qui, puisque son mari Clayton Fredericks est absent, jouerait bien les remplaçantes et pas seulement de charme. Notons que le podium du jour était composé de trois concurrents dont un conjoint ou un parent avait déjà gagné l’épreuve : Andrew Hoy en 2006 avec Master Monarch, Clayton Fredericks en 2007 avec Ben a long time et Bruce Davidson Sr (puisque son fils Buck occupait la troisième place au provisoire) qui l’a remporté cinq fois (dont le mondial de 1978) et à trois reprises avec Doctor Peaches (84, 88 et 89) ce qui lui vaut d’avoir sa statue sur le terrain.

Le cross c’est évidemment ce qui fera la différence demain. « Il est sérieux, solide, le terrain est fantastique, ça risque d’aller vite mais, avec une fin de tour pour nous rappeler qu’on est sur un quatre étoiles…Bref, le marcher est une chose et le monter une autre » déclarait d’expérience Lucinda Fredericks. C’est le même diagnostic qu’a du faire Nicolas Touzaint, probablement déçu de sa reprise de dressage où visiblement Hildago s’est montré contrarié par les rafales de vent qui soufflèrent et les drapeaux qui claquèrent toute la journée au soleil éclatant. Pour être honnête il ne fut pas le seul dans ce cas. Avec un score correct (44,3pts) et une septième place au classement provisoire il se trouve dans une position d’embuscade qui peut tourner à son avantage s’il trouve le bon fluide sur le cross. Reste qu’au delà du trio de tête évoqué plus haut le leader Français se trouve dans un groupe comprenant le hollandais Tim Lips (4ème) et tout un peloton d’anglais, Lucy Wiesgersma (5 ème), Oliver Townend (8 ème) et surtout William Fox-Pitt qui a placé ses deux montures, Seacokie (6 ème) et Navigator (8 ème) comme sur une grille de départ de GP de Formule 1. A l’exception de Bruce Davidson Jr (Buck) ce sont donc bien les européens qui mènent la danse à Lexington, n’en déplaisent aux vingt cinq américains engagés et avantagés par la connaissance du lieu et de ses caractéristiques.Dans ce contexte la dix septième place de Stanislas de Zuchowitcz (Quirinal de la Bastide) ex-aequo avec Phillip Dutton sur son deuxième cheval Woodburn (9 ème avec Connaught, le vainqueur de l’an passé) et le canadien Mike Winter, est tout à fait honorable –mais- ne préfigure en rien de la suite.

Résultats détaillés sur www.rk3de.org

Photos de Lexington par www.scoopdyga.com