CCI 4*L Saumur : Christopher Burton, jamais trois sans quatre
lundi 27 mai 2019

Lors du test final, l'ancien cheval de saut d'obstacle, Polystar I, habilement piloté par Christopher Burton a démontré tout son talent. © Les Garennes

Jamais trois sans quatre pourrait être le nouvel adage de Christopher Burton ! À l’avant garde de tout un peloton de cavaliers français, le pilote australien allié à son ancien cheval de saut d’obstacles, Polystar 1, a une nouvelle fois remporté le CCI 4*L du Saumur Complet. Le local Jean Lou Bigot et Utrillo du Halage tintent d’argent, tandis que Christopher Six et Totem de Brecey complètent le podium.

L’Australien est décidément indétrônable à Saumur. Lui, qui avait déjà remporté le concours en 2012, 2016 et 2018, s’est adjugé sa quatrième victoire dans le mythique CCI 4*L. Quelques minutes après la remise des prix, le pilote était encore sur un petit nuage : « C’est incroyable. C’est un sentiment très particulier, d’autant que Saumur est un site tellement attachant. Quoi qu’il ait pu se passer ici aujourd’hui, j’aurais gardé d’exceptionnels souvenirs de Saumur. J’adore venir ici et lorsque je suis arrivé mardi, j’avais un large sourire sur les lèvres. Le cheval a été exceptionnel aujourd’hui : j’ai du mal à croire qu’on me paie pour monter un cheval si extraordinaire (rires). Il est désormais qualifié pour Tokyo, donc nous n’avons plus qu’à penser à la direction que nous souhaitons donner à sa préparation, et à avancer ! » Juché sur son aérien Polystar 1, Christopher Burton, méticuleux dans la préparation de chacun de ses sauts, a offert au public saumurois une véritable démonstration de sang-froid face à un parcours qui avait pourtant poussé à la faute bon nombre de candidats avant lui.  En cause notamment, le vertical numéro 2, trompeur le long de la lice, la combinaison 4 oxer-vertical à deux foulées, à l’abord exigeant en fin de ligne courbe et succédant au vertical numéro 3, ou encore l’entrée du triple, composé d’un vertical suivi à une foulée d’un oxer puis à deux foulées d’un second vertical pour la sortie. Le premier espoir français, Nicolas Touzaint, classé deuxième au provisoire après le cross hier en a notamment fait les frais. Alors qu’il s’était joué de toutes les difficultés avec son autre monture, Vendée Globe’JAC HDC - qui malgré ce bon sans-faute était trop loin dans le classement après son refus sur le cross, hier, pour rattraper le peloton de tête — le multi médaillé s’est fait piéger à deux reprises, à l’entrée du double puis sur celle du triple, avec Absolut Gold HDC. Il terminera finalement sixième avec ce dernier. 

Jean Lou Bigot au sprint 

Le local Jean Lou Bigot, également vainqueur du CCI 3*L, et Christopher Six ont, quant à eux, réussi à trouver la clef du parcours parfait et peuvent donc se féliciter de truster respectivement la deuxième et troisième marche du podium. Le premier, en selle sur Utrillo du Halage a conservé sa place acquise lors du deuxième test, la veille, tandis que le second, comptant sur son fils de Mylord Carthago, Totem de Brecey, a progressé de deux rangs. «  Le cheval était prêt, c’était un objectif important de sa saison. Je travaillais sa condition physique depuis le début de l’année en vue de ce CCI 4*L. Le point fort de ce cheval, c’est sa galopade. Il sait être rapide sur le cross. Son point faible, qui reste à améliorer, ce serait le travail sur le plat, donc le dressage. Mais il progresse en continu, et je grappille des points sur chaque concours. Je l’ai depuis l’âge de cinq ans, nous aurions pu arrêter à un moment tant c’était compliqué entre nous, mais Nicolas Touzaint m’a donné de précieux conseils sur le dressage. Du coup, désormais, nous prenons notre temps, nous ne chercherons pas à griller les étapes. » s’est confié Jean Lou Bigot.  

Si leur sans-faute très appliqué a beaucoup joué dans leur succès, Christopher Six et Totem de Brecey, ont également profité des déconvenues du prétendant numéro trois, Victor Levecque. Deuxième du dressage vendredi et auteur d’un cross remarquable de fluidité hier, ce dernier a encore une fois fait preuve de toute sa maturité sur le test final. En effet, si le champion d’Europe Jeunes cavaliers en titre, aux commandes du généreux, RNH MC Ustinov, a malheureusement laissé choir une barre sur le redoutable vertical numéro 2, il ne s’est pas pour autant laissé émouvoir et a conclut son tour proprement. Alourdit de quatre points de pénalité, le tricolore de vingt ans, doit se contenter du pied de podium. Il devance de seulement quatre dixième de points, Julien Guillot et Elvis, qui après avoir occupé le sixième rang tout le long de la compétition ont réussi à grappiller une place de mieux en passant la cellule sans avoir renverser la moindre barre. Camille Lejeune a pris son temps pour s’offrir, tout en finesse et mesure, un très beau sans faute avec Uster de Chanay. La paire décroche une honorable septième place. Partit juste derrière son compatriote, Mathieu Lemoine, associé à Tzinga d’Auzay, a jouit de moins de réussite. Le champion olympique par équipe des Jeux de Rio, s’est laissé piégé par le vertical numéro 2, par l’oxer de sortie du double placé en numéro quatre et enfin à l’entrée du triple. Écopant de douze points supplémentaires, le couple, termine ce CCI 4*L à la huitième position. 

Tous les résultats : ICI.