Caramel d’Orchis, le futur atout de Gireg Le Coz ?
lundi 21 septembre 2020

Caramel d'Orchis et Gireg Le Coz
Caramel d'Orchis et Gireg Le Coz, ici au haras de Jardy en 2019 © Eric Knoll

À Avenches, Caramel d’Orchis, 8 ans, faisait ses premiers pas dans la cour des grands en prenant part à son premier CCI 4*. Ce gentil géant d’1,83m ne s’est pas laissé impressionner et a conclu son épreuve au 9ème rang. Pour son cavalier et propriétaire, Gireg Le Coz, il a tout ce qu’il faut pour aller jouer d’ici quelques années sur les plus belles pistes de la discipline.

« Avec lui, tout paraît toujours assez facile », affirme Gireg Le Coz. Le cavalier installé au Lion d’Angers ne tarit pas d’éloges sur son Caramel d’Orchis. Le week-end dernier, le hongre alezan effectuait à 8 ans sa première apparition sur un CCI 4*. À Avenches, en Suisse, il n’a pas déçu : « Je suis ravi de son comportement ! En même temps, je n’avais pas vraiment de doutes sur sa capacité à bien faire ». Son cavalier et propriétaire souligne « une bonne reprise de dressage, où il ne s’est pas du tout ému des changements de pied qu’il faisait pour la première fois » et un cross adapté à son statut de débutant à ce niveau, car « massif, mais pas très technique ». S’il fallait trouver un bémol à ce week-end presque parfait, ce serait sa petite faute à l’hippique en sortie de triple. Qu’à cela ne tienne, son cavalier lui pardonne. Avec ses 1,83m, difficile pour Caramel d’Orchis de trouver systématiquement sa place dans les combinaisons. « Il faut travailler pour qu’il raccourcisse ses foulées et qu’elles soient plus rapides. La difficulté que j’ai avec lui et que j’aurais encore sans doute pendant un moment… c’est de le rendre plus compact ». 

Un parcours atypique

Si la voie de la réussite en complet semble se dessiner pour l’alezan, la majeure partie de sa formation ne s’est pas faite sur les terrains de cross. « Il a commencé à 5 ans à faire quelques épreuves en complet, mais c’est vrai que c’est un si grand cheval qu’il a fallu lui laisser le temps de grandir », explique son cavalier. Pour lui faire prendre de l’expérience sans le mettre en difficulté, il a notamment choisi de l’orienter vers… le hunter ! « Il a naturellement une très bonne cadence au trot et au galop, assez lente et avec beaucoup d’amplitude. Donc c’était assez adapté pour cette discipline », fait remarquer Gireg, qui n’hésite jamais à sortir des sentiers battus pour offrir à ses chevaux la possibilité d’évoluer le plus confortablement. 
Il faut dire que de prime abord, le concours complet ne paraissait pas être la discipline de prédilection du gentil géant. « Ce n’était pas un cheval qui avait tendance à aller lui-même de l’avant,se souvient Gireg.Quand je l’emmenais en extérieur, il pouvait faire dix pas en avant et onze en arrière (rires), mais c’était plus un cheval peureux de nature, ce n’est pas du tout de la mauvaise volonté. Au fur et à mesure, il a pris confiance et d’ailleurs il ne regarde rien sur le cross. » 

Objectif 5*

Gireg Le Coz ne s’en cache pas, il voit en Caramel d’Orchis un cheval d’avenir, capable de l’emmener sur les plus belles épreuves de la discipline : « Je le verrais bien surtout - et j’espère - sur les gros formats longs comme Burghley ou Badminton. » Les moyens, le mental… il a tout ce qu’il faut selon son cavalier. Celui-ci souligne que même si la question de l’influx et du sang a son importance dans les capacités d’un cheval à courir de telles épreuves, il pense qu’une bonne préparation lui permettra « de s’endurcir » et de palier à ses petites failles. « Il n’a que 8 ans », précise-t-il.
En attendant de représenter la France sur les plus grosses échéances, Caramel et Gireg ont rendez-vous « au Pouget au mois de novembre. L’année prochaine, il fera un peu de Grand National avant normalement d’aller courir le 4* de Brahmam. » Son cavalier estime que si tout se passe comme prévu, il devrait arriver sur les 5* l’année de ses 10 ans. « Ça serait vraiment génial », conclut-il dans un sourire.