Fibonacci de Lessac*HDC, futur atout de Nicolas Touzaint ?
mardi 02 mars 2021

Championnat des 3 ans Fibonnaci de Lessac St Lô 2018
Fibonacci de Lessac lors de son sacre au championnat des 3 ans à St Lô, en 2018 © Jean Bougie

Après deux saisons passées à fouler les carrières de saut d’obstacles, Fibonacci de Lessac*HDC a fait ses premiers pas en concours complet le week-end dernier, à l’occasion du Grand National de Saumur. Sous la selle de Nicolas Touzaint, le bai s’est comporté de manière exemplaire puisqu’il se classe septième de l’épreuve Pro 4. Focus sur ce petit jeune qui a « toutes les qualités » pour réussir dans la discipline.

À Saumur, Nicolas Touzaint a fait une excellente rentrée 2021. Cinquième de la Pro Elite avec Absolut Gold*HDC, vainqueur et troisième de la Pro 1 avec Eboli et Vendée Globe’Jac*HDC, le cavalier angevin a profité du concours pour engager un petit nouveau : Fibonacci de Lessac*HDC. Pour ses débuts, le hongre de 6 ans a livré une jolie prestation lui permettant de terminer septième de l’épreuve Pro 4 après avoir couru « très tranquillement » selon son cavalier. 

Arrivé dans les écuries de Nicolas Touzaint il y a quelques mois, ce fils de Carinjo 9*HDC, l’un des étalons vedette du Haras des Coudrettes, avait été sacré champion de France des étalons Selle Français de trois ans, en 2018. Déjà à l’époque, il avait tapé dans l’oeil du champion olympique de concours complet. « J’avais flashé dessus pour ses allures et son look », confie le cavalier angevin. Acheté par le Haras des Coudrettes quelques semaines après son sacre, il a d’abord fait ses armes en saut d’obstacles sous la selle de Guillaume Boron à 4 ans, avant d’être castré puis de passer sous la selle d’Alain Behague pour continuer sa formation chez les 5 ans. 

Bourré de qualités

Forcément, Nicolas Touzaint ne peut que se réjouir de s’être vu confier Fibonacci. Pour lui, il présente des qualités évidentes pour la discipline, même s’il n’en est qu’au tout début de sa longue formation. « Il avait déjà un certain bagage en dressage et à l’hippique, ce qui est très bien. J’ai juste eu à le mettre sur le cross cet hiver et il a l’air d’y prendre goût, précise-t-il. C’est un cheval que j’aime beaucoup et je pense qu’il a vraiment tout ce qu’il faut. Avec sa locomotion, il ne sera pas loin d’être un crack en dressage et il a une qualité de saut à l’obstacle, avec du respect… tout y est ! » Si d’un côté, son père a fait ses preuves à l’obstacle, la lignée de sa mère (Noaly de Lessac, SF par le pur-sang Bright Silver) amène le sang nécessaire à la construction d’un bon cheval de concours complet. « Tout est réuni pour que ça fonctionne. Les propriétaires me font confiance et sont derrière moi, souligne Nicolas Touzaint. C’est un cheval en qui je fonde beaucoup d’espoirs. » Le champion olympique envisage de lui faire suivre le circuit des 6 ans en concours complet, dans le but de le qualifier pour la finale de Pompadour, jusqu’à pourquoi pas l’emmener au Mondial du Lion en fin de saison.