Gireg Le Coz : « Aisprit est un vrai guerrier »
mardi 27 août 2019

Gireg Le Coz et Aisprit de la Loge
Nouveau top 10 en ERM pour Gireg Le Coz et Aisprit de la Loge © Eric Knoll

Après une 6e place à Arville et une victoire à Jardy, Gireg Le Coz et Aisprit de la Loge ont cette fois-ci pris la 10e place lors du CCI 4*-S de Millstreet. Ce troisième top 10 dans l’Event Rider Masters leur permet de prendre la 3e place du classement général et de se qualifier pour la finale qui aura lieu à Lignières début octobre. Le cavalier revient sur ce week-end de compétition en terres irlandaises.

Pouvez-vous nous parler de l’ERM de Millstreet où vous terminez 10e avec Aisprit de la Loge ?

J’ai fait un dressage qui était très correct, malheureusement j’ai fait une grosse faute au galop. Le cheval était un petit peu tendu donc je n’ai pas fait ma meilleure reprise. C’était quand même une assez bonne prestation mais c’est vrai qu’il y avait une grosse concurrence dans l’épreuve et donc je me suis retrouvé un peu loin dans le classement mais en termes de points ce n’était pas catastrophique (31,1 ndlr). A l’hippique le cheval a extrêmement bien sauté, le temps était assez serré et je suis rentré juste dans le temps, ce qui m’a permis de remonter à la 15e place.

Il y a eu trois non-partants sur le cross donc j’étais 12e avant de partir. Je ne savais pas trop comment Aisprit allait réagir par rapport au terrain parce qu’il n’a jamais couru sur un sol lourd comme celui-là. C’était très gras et très différent de Jardy par exemple ou simplement de ce que l’on a l’habitude de voir en France. Le cheval s’est hyper bien comporté, il a été super sur le cross, très franc, mais juste un petit peu moins rapide sur le terrain lourd.

Il a effectivement plu quelques jours avant le début de la compétition, cela a-t-il joué sur votre performance ?

Entre chaque épreuve les organisateurs ont déplacé les obstacles de détente et ouvert les ficelles pour qu’il y ait à chaque fois du nouveau terrain mais c’est vrai qu’avant l’ERM il y a eu le 4*-L donc l’abord restait très lourd. Les chevaux français n’ont quand même pas trop l’habitude de cela, en tout cas moins que les chevaux anglais ou irlandais. Je pense que c’est juste ça qui a fait un peu la différence et qui explique que j’aie fait un peu de temps.

Etait-ce votre objectif en début de saison d’aussi bien figurer sur ce circuit ?

Ce n’était pas du tout un objectif que d’être dans le haut du classement général de l’ERM. J’ai fait une première étape à Arville comme ça, je me suis dit que si j’avais la chance de participer à l’ERM, pourquoi ne pas le faire. Ensuite j’ai fait Jardy et en y ayant gagné, je me suis dit que je pouvais aller à Millstreet, donc tout s’est fait au fur et à mesure. Il est évident que maintenant que j’ai la chance de bien figurer dans le classement, je vais aller à la finale à Lignières. Ce n’était pas du tout mon objectif à la base mais c’est une chance de pouvoir faire cela et profiter de la médiatisation du circuit.

Que pensez-vous du circuit ERM ?

Je trouve que c’est vraiment un circuit génial et c’est une chance de pouvoir participer à ces épreuves. Il faudrait que cela touche un public encore plus large, c’est en train de venir mais j’espère que ça va continuer avant que ça ne s’essouffle. Toutefois en termes d’organisation et de médiatisation, c’est le top.

Aisprit semble avoir passé un cap cette année au vu de ses performances.

Il a toujours été un très bon cheval, l’année dernière j’ai fait la transition à 8 ans parce que je ne voulais pas aller plus vite que la musique. J’ai fait un ancien CIC 3* à Blenheim et cette année l’objectif était de faire les 4* courts et un format long en fin de saison. On pourrait dire que oui, le cheval a passé un vrai cap, mais surtout il est de plus en plus serein. Il répète mais d’une fois sur l’autre il prend de l’expérience et c’est constamment positif. Je m’inquiète toujours un peu de ses réactions sur le cross, par exemple là à Millstreet avec des profils assez différents, mais le cheval est hyper allant et il a envie de faire le mieux possible. Il a toujours été très franc sur le cross, Aisprit est un vrai guerrier et il ne se pose aucune question, il saute très bien et il est très maniable.

Que va-t-il se passer pour lui pour la suite ?

Il ne va rien faire pendant le mois de septembre : il ne va pas recourir avant de faire la finale à Lignières, juste réaliser un petit travail régulier. L’objectif de base était le CCI Boekelo mais en étant 3e du circuit ERM, je vais plutôt faire la finale. Je pense quand même faire un format long avec en Italie fin octobre ou en novembre.