Le Mondial du Lion 2020, contre vents et marées
jeudi 15 octobre 2020

Sophie Leube et Sweetwaters Ziethen TSF
L'Allemande Sophie Leube et Sweetwaters Ziethen TSF dominent les 7 ans à l'issue de la première journée © Solène Bailly

Organiser un concours complet international est un véritable challenge par les temps qui courent. Après des semaines de réflexion, l’association Le Lion équestre a décidé de relever les manches pour soutenir la filière et veiller au bon déroulement des championnats du Monde des jeunes chevaux de 6 et 7 ans. Aux prémices d'un beau week-end sportif, L'Eperon a rencontré les organisateurs.

La 35 édition du Mondial du Lion a débuté ce matin avec le test de dressage sur la toute nouvelle piste en sable. Ce sont pas moins de 80 chevaux qui courent pour les titres de champion du Monde des 6 et 7 ans de complet, pas si mal au vu de la saison quelque peu écourtée ! La vraie particularité de cette édition, c’est qu’elle se déroule à huis-clos. « Le Conseil d’Administration de l’association a attendu la dernière minute pour se décider. On pensait y arriver en séparant les flux, en organisant la circulation, en rendant obligatoire le port du masque… C’est fin août lorsque l’épidémie est repartie et que le préfet nous a indiqués qu’il n’y aurait que 5000 personnes maximum sur le site que nous avons décidé que ce n’était pas jouable », confiaient Sophie Cellier et Jean François Arthuis, qui sont respectivement la directrice technique et le président de l’association Le Lion équestre. Comme se plait à dire Sophie, le maître mot de l’événementiel c'est l’adaptabilité. À défaut de réel, la compétition peut être suivie en direct sur le site de ClipMyHorse notamment. 

Cette absence est pour autant lourde de conséquences, non seulement parce que le Mondial est habituellement une grande fête populaire qui regroupe près de 40 000 visiteurs, mais aussi parce que le public contribue grandement à l’équilibre financier de l’événement. De fait, le budget de l’édition 2020 est passé de 800 000 à 300 000 euros mais pour autant, le sport n’en est pas impacté. « Les standards ne changent pas, le cross sera aussi beau que d’habitude. On a décidé qu’on allait faire quelque chose qui tienne vraiment la route, c’est l’image de marque du Mondial. On a pas envie de décevoir les gens avec un sport moins chouette. Par contre on ne monte pas de structure, de village ou de loge, il n’y a pas non plus de sécurité et ce sont des petites économies. Les championnats du Monde se déroulent comme d’habitude. Si on a pris ce risque, c’est aussi pour soutenir les sportifs et la filière équestre. » A ce titre, le niveau des dotations a été maintenu, même si l’association a du puiser dans ses réserves pour pouvoir le réaliser. 

Heureusement, l’événement est soutenu par des partenaires publiques (le département, la région, la ville du Lion d’Angers et la communauté de commune), quelques sponsors fidèles comme le Crédit Mutuel et puis le public ! L’organisation a lancé il y a quelques jours une cagnotte Leetchi pour récolter des fonds, elle cumule aujourd'hui 2780 euros (voir ici). « Quand on a annoncé le huis-clos, des gens se sont manifestés très gentiment et nous ont demandé comment ils pouvaient nous aider financièrement. Plutôt que de leur dire « donnez nous de l’argent ! » on a trouvé cette idée de cagnotte qui est assez sympa. Ceux qui participent auront leur nom inscrit sur un obstacle du cross l’année prochaine. Il y aura aussi un cocktail où toutes les personnes qui ont participé seront conviées. On va jusqu’à offrir un cours avec un cavalier de haut-niveau. L’idée c’est que les gens se rencontrent et que l’on forme une communauté, en espérant que le Covid soit derrière nous, du moins en partie ! »

Le complet a beau être une discipline emplie de belles valeurs axées sur le respect et l'amour du cheval en pleine nature, il n'en reste pas moins qu'il doit repenser un modèle qui puisse permettre à ses différents acteurs (cavaliers, organisateurs, éleveurs...) de poursuivre leur activité de manière pérenne. Vu la qualité des jeunes montures présentes ce week-end, il serait dommage de ne pas être en mesure de les voir évoluer au plus haut-niveau dans le futur.