Lucinda Fredericks voit Lexington en rose…
samedi 25 avril 2009

lexington9-fredericks-headley
Lucinda Fredericks et Headley Britannia © www.scoopdyga.com

On a tout simplement rebattu un peu les cartes hier, sur le tapis vert du Kentucky Horse Park ; La cavalière en rose (toque, casaque, gants…), l’Australienne d’adoption Lucinda Frederiks, est passée devant l’Allemande Bettina Hoy qui est d’ordinaire, à l’instar de son cheval, de blanc vêtu.

     Interview de Nicolas Touzaint après son cross

Bruce Davidson junior en rouge comme son père qui, à cinquante neuf ans a bouclé ses deux tours en mouillant moins son polo –rouge aussi- que son fils est resté bien à sa place. Comme le Hollandais Tim Lips dont l’entourage orange, ici comme ailleurs et quelque soit la discipline ne passe pas inaperçu.

Nicolas Touzaint (bleu) a eu beau et bien faire, sans faute et dans le temps ce qui lui permet de gratter deux places (5ème), il était à la merci du bon vouloir de ses adversaires. Car le parcours de cross s’est montré moins sélectif qu’imaginé. On pointe quand même huit parcours sans faute aux obstacles et dans le temps ce qui est assez exceptionnel à ce niveau d’épreuve.

Avec son corollaire, la note de dressage et, pour conclure celle de saut d’obstacles, sera déterminante. A ce jeu Lucinda Fredericks qui s’est battue jusqu’au bout (après avoir préféré par deux fois les options longues sur les premières combinaisons) pour rentrer en 11’02’’ pile avec sa surprenante petite jument pur sang irlandais de seize ans a fait une bonne affaire. Elle possède une barre d’avance sur ses poursuivants, Bettina Hoy et Bruce Davidson Jr et trois exactement sur Nicolas Touzaint… Ce qui rend la victoire pour le Français plus hypothétique que le possible triplé historique Burghley (2006), Badminton (2007) et Lexington (2009…), pour l’épouse du vainqueur 2006, Clayton de son prénom, qui se complaisait hier dans son rôle de groom en chef.On ne s’étonnera pas que Bettina Hoy se soit résignée à la seconde place. Elle avait prévenu. Le plaisir avant tout… Alors c’est d’un train de sénateur qu’elle déroula les 6270 m du parcours, jouissant jusqu’au bout de sa relation avec son merveilleux irlandais de dix huit ans, jusqu’à inquiéter ses supporters sur certains obstacles abordés quasi en roue libre.

Il convient d’insister sur la performance de Nicolas Touzaint et d’Hildago de l’Ile qui ne fut ni avantagé par les distances dans les combinaisons (courtes) ni par le fait qu’il a probablement déferré des deux antérieurs au deux tiers du parcours. A l’inverse, la chute de Stanistlas de Zuchowicz à la réception du contre bas d’entrée du gué (11) est probablement à considérer comme une erreur de jeunesse.

Résultats détaillés sur www.rk3de.org