Récital en 5* pour Luc Château et son Troubadour
jeudi 30 décembre 2021

Luc Château et Troubadour Camphoux
Luc Château et Troubadour Camphoux © Eric Knoll

Dans son dernier numéro, L'Eperon Hebdo vous emmène à la rencontre des leaders du classement permanent FFE en concours complet et par couple, Luc Château et Troubadour Camphoux, qui se sont révélés en CCI5* cette année avec une quatrième place à Luhmühlen et une douzième lors des derniers championnats d’Europe. Une belle progression pour ce couple qui compte bien ne pas s’arrêter là.

Natif de la région, Luc Château est installé à Cour-Cheverny, en Sologne. « Depuis 2016, je me suis installée avec ma femme Caroline Queval sur la propriété où mes parents ont créé un petit élevage. Ma mère était cavalière amateur et nous a transmis sa passion, à mon frère aîné et moi. Mes parents ont commencé à élever des Connemara et puis, quand nous sommes passés à cheval, ils ont fait naître des chevaux. Aujourd’hui, nous produisons deux ou trois poulains par an. Mais l’activité essentielle se partage entre un poney club qui accueille cent-cinquante licenciés et l’écurie de valorisation. Caroline est instructrice et s’occupe plus spécialement du poney club, mais j’ai aussi deux salariés qui sont également instructeurs, dont Elora de Artola ma co-équipière sur le Grand National, plus un chef d’écurie. » Luc Château se distingue en piste avec les produits de l’élevage familial comme son étalon Propriano de l’Ebat (Clown du Chesnay), et maintenant sa descendance : Bastia de L’Ebat et Cocorico de l’Ebat, quatrième du CCI4*-L de Lignières en octobre dernier. Mais l’année 2021 restera associée à sa progression avec Troubadour Camphoux, un fils du Selle Français Idem de B’Neville et d’une mère Anglo, né chez Yves Peurière (84). Ensemble, ils terminent l’année en tête du classement permanent FFECompet par couple en concours complet. Après des classements sur le circuit du Grand National avec une septième place lors du championnat de France à Pompadour, Luc Château et Troubadour Camphoux se sont classés quatrièmes du très difficile CCI5* de Luhmuhlen, mi-juin. Leur onzième place lors du CCIO4*-S du Haras du Pin deux mois plus tard confirmait la bonne forme du couple et lui donnait son ticket d’entrée pour le rendez-vous européen d’Avenches. Partant en individuel dans cette échéance qu’il courrait pour la première fois, il signe la deuxième meilleure performance française en se classant douzième après avoir bouclé le cross avec juste un peu de temps dépassé, et un hippique sans pénalité.

Une destinée inattendue

Une belle histoire, d’autant plus qu’à son arrivée dans les écuries de Luc Château, les clignotants étaient loin d’être au vert pour la suite de la carrière de Troubadour Camphoux ! « Il y a quatre ans, lorsqu’il est arrivé, il venait d’avoir une fracture d’une cervicale et on ne savait pas si l’on allait devoir faire un travail de rééducation en vue d’une pré-retraite, ou s’il pourrait vraiment faire à nouveau de la compétition haut niveau ! » En effet, ce Troubadour a eu un itinéraire complexe avant de trouver le cavalier avec qui il s’exprime en toute confiance.

La suite de cet article est à découvrir dans le numéro 398 de L'Eperon Hebdo (paru le 29 décembre 2021), disponible sur notre boutique en ligne.