Bernard Bosseaux : "Rilkadora est le meilleur cheval que j’ai monté de ma vie"
vendredi 14 août 2020

Bernard Bosseaux
Bernard Bosseaux © Elodie Muller

Après les Pro 3 en fin de matinée ce sont les couples engagés dans le championnat de France Pro 1 qui ont évolué sur la piste principale de la Picardière, à Vierzon. Déjà en tête à l’issue de la première manche avec sa jument de 8 ans, Rilkadora Z, Bernard Bosseaux a confirmé son leadership en remportant la Pro 1 Grand Prix (71,342%) ainsi que le titre de champion de France 2020.

L'Eperon : Quel est le bilan de ces championnats de France Pro 1 avec votre jument Rilkadora ?

Bernard Bosseaux : J’ai trouvé que la jument s’est super bien comportée. Pour seulement 8 ans elle est vraiment fabuleuse et même si elle manque encore de maturité physique et mentale elle a tout pour réussir. C’est le meilleur cheval que j’ai monté de ma vie incontestablement. Je la monte sans forcer, c’est une jument qui progresse tout le temps, elle est déjà très bien mise pour 8 ans. Je l’exploite à son niveau, je ne veux pas lui en demander plus pour le moment et c’est pour cela qu’elle peut faire des fautes dans les deux temps aujourd’hui ou dans les temps hier. Elle peut regarder, perdre l’attention et du coup paniquer un peu mais je la laisse faire car je sais que le temps jouera pour nous. Le passage et le piaffer sont vraiment ses points forts mais elle a une énorme marge de progression. Si je dis qu’elle est à 50% je ne suis pas loin de la vérité.

C’est une jument dont vous êtes le propriétaire. Comment a-t-elle croisé votre route ?

Je l’ai achetée à 5 ans à Victoria Saint Cast. Elle avait fait des épreuves jeunes chevaux mais elle était un peu délicate, avec un comportement à ne pas mettre dans toutes les mains mais en revanche très gentille. Elle pouvait faire demi-tour, elle avait peur de tout, elle n’était pas très pratique mais je sentais que c’était une très bonne jument. Je me suis super bien entendu avec elle, elle s’est dressée toute seule. Je la monte une demi-heure par jour, je fais de la balade, je la travaille dans mes prairies, elle va au paddock tous les jours. 

Quelle a été son évolution entre 5 et 8 ans ?

Je ne l’ai pas sortie à 6 ans puis à 7 ans elle a évolué sur les épreuves réservées à sa catégorie d’âge. Elle a d’ailleurs très bien tournée sur ce niveau. J’avais espéré l’emmener aux championnats du monde à Ermelo puisqu’elle avait toutes ses qualifications mais finalement cela ne s’est pas fait et je l’ai donc engagée dans le championnat Pro 3 ici-même à Vierzon. Nous y avons terminé deuxièmes ! A la suite de ça je l’ai sortie une fois sur le Petit Tour l’année dernière avant d’attaquer la saison 2020 sur le Grand National du Mans dans les Pro 1, dans lesquelles elle terminait deuxième et quatrième. Pendant le confinement je n’ai pas changé ses habitudes puis nous avons réattaqué sur le concours du Mans début juillet sur lequel elle a gagné les épreuves avec plus de 71%.

Avec de tels résultats vous êtes donc arrivé assez serein sur ce championnat de France Pro 1 ?

Je ne suis jamais serein mais je savais que j’avais des chances. On ne sait jamais ce qu’il peut se passer. Il y a dix jours je l’ai engagée dans une épreuve à côté de la maison, au Haras du Pin, pour nous remettre dans le concours, il faisait très chaud et la jument a fait toute la reprise un peu basse avec des grosses fautes. Cela m’a permis de travailler en vue du championnat notamment d’adapter mon temps de détente. Aujourd’hui, sans compter le pas, j’ai fait en gros dix-sept minutes d’activité dans le trot et le galop !

Quels sont vos plans pour Rilkadora dans les mois à venir ?

Elle est vraiment prête pour le Grand Prix mais je vais la laisser sur les Pro 1 encore sur la fin de saison. Je n’ai pas envie d’aller trop vite, je ne veux pas la presser, je veux qu’elle prenne encore de la maturité sur son niveau en la sortant à Auvers sur le championnat de Normandie puis à Saint-Lô en novembre. Puis l’année prochaine elle passera dans le Grand Prix.

Vous êtes une figure bien connue sur le circuit national avec plusieurs titres de champion de France et de nombreux Grands Prix à votre actif. Seriez-vous capable de dire combien de chevaux vous avez dressé à ce niveau ? 

Justement j’ai posé des noms l’autre jour sur un papier et je dirais entre douze et treize chevaux sortis sur le niveau Grand Prix ! Je pars du principe que les chevaux doivent nous donner les choses d’eux-mêmes. Par exemple, je leur apprends les changements de pied à 4 ans ou 5 ans, si ça passe tant mieux, si ça ne passe pas c’est normal. Je les travaille beaucoup à pied, je veux qu’ils se fassent plaisir, et si je vois qu’ils ont des facilités alors je prends ce chemin dans mon travail. Avec Rilkadora qui piaffe très bien, je l’ai d’abord prise en main, et lorsque j’ai commencé à piaffer en selle je n’ai pas cherché plus que le 5 ! Je voulais qu’elle s’habitue au mouvement en restant tout petit et lorsque c’est devenu de la routine, le tout dans la détente, alors j’ai demandé un peu plus.

Êtes-vous entouré d’un entraineur pour vous apporter un complément technique ? 

Hélas non mais je compte essayer de trouver quelqu’un pour m’encadre avec cette jument en qui je crois énormément. Elle est capable de bouger dans le passage et le piaffer de manière fabuleuse. Je suis hyper chanceux car il faut vraiment des bons chevaux pour le haut niveau.

Plus d'informations sur le championnat Pro 1 : ICI.