Dressage : le Master Pro est lancé à Vierzon
jeudi 13 août 2020

Illustration juge dressage
Illustration juge dressage © Eric Knoll

Seul championnat de France à avoir survécu à la crise sanitaire liée à la Covid-19, le Master Pro de dressage a débuté ce jeudi à la Picardière, à Vierzon. Alors que les cavaliers du championnat Pro 3 ont ouvert le bal ce matin, la journée s’est poursuivie avec les premières manches des Pro 2 et Pro 1. A l’issue de ces premières épreuves, les juges dressent un premier bilan et certains couples tirent déjà leur épingle du jeu.

Les douze couples engagés dans le championnat Pro 3 ont lancé les festivités à Vierzon ce jeudi en déroulant la reprise Pro 3 Préliminaire, première manche de leur championnat. Avec trois couples dans la même moyenne de 69%, ce championnat s’annonce très serré. En effet, c’est Isabelle Gayot qui a pris le meilleur départ avec Daydream d’Arion avec un score de 69,969%, juste devant Pauline Guillem avec Don Easy (69,813%) et Renaud Ramadier avec Come Back de Massa (69,594%). « Personne n’est vraiment sorti du lot puisque le trio de tête se trouve à 69%, c’est donc un championnat qui reste très ouvert », commente le juge 4* Alban Tissot. « Globalement il y a des chevaux de bonne qualité et surtout de jeunes chevaux de 8 ans sur le podium provisoire. On se trouve donc dans le cycle d’évolution normal », poursuit-il. En effet, ce championnat Pro 3 reste une épreuve indispensable dans la formation des chevaux qui après les épreuves des 7 ans ne sont pas encore tout à fait prêts à passer le cap en Pro 2. « Ce niveau est un bon tremplin pour permettre aux chevaux de prendre de l’expérience », ajoute Alban. Tout reste encore possible dans ce championnat Pro 3 qui prendra fin ce vendredi à l’issue de la Pro 3 Grand Prix. 

Des chevaux d’avenir dans les Pro 2

Du côté du championnat de France Pro 2, ils étaient treize couples au départ de la Pro 2 Préliminaire (anciennement nommée A7), à la grande surprise de nombreux cavaliers. Sur ce niveau dit « Petit Tour », c’est habituellement le Saint Georges que les cavaliers déroulent en ouverture de championnat. Une différence qui n’aura pas déplu à Alban Tissot, qui officie aussi sur ce niveau d’épreuve. « Je trouve que c’est une reprise plus difficile techniquement, qui demande plus de précision et je pense que cela augmente bien le niveau de ce championnat Pro 2 pour marquer un peu plus la différence avec les Pro 3 », détaille le juge. Un changement qui n’a pas perturbé la cavalière du Cadre Noir, Pauline Van Landeghem, qui s’est emparée de cette première manche avec une note de 73,026% en selle sur sa jument de 8 ans, Dakota de Hus*IFCE. « Je suis peut-être un peu moins objectif que mes collègues concernant cette première manche puisque j’ai donné beaucoup de points à Pauline (77,632%, NDLR), mais pour moi elle a déroulé une reprise magnifiquement bien montée, d’une précision remarquable avec pourtant une jument qui n’est pas forcément la meilleure du lot en termes de qualité de base », se justifie l’ancien cavalier. « J’ai même attribué la note de 10 pour la sortie finale », lâche-t-il ! Et en effet, on retrouve à la deuxième place provisoire de ce championnat Corentin Pottier et son Gotilas du Feuillard avec une note de 70,658%, un couple qui devrait rapidement évoluer sur le niveau supérieur dans les mois à venir. « Malheureusement Corentin a commis des fautes qui lui ont coûté cher mais Gotilas est un super cheval pour l’avenir. Il a une vraie facilité pour le rassemblé, il se tient avec une jolie attitude et possède une très bonne qualité d’allures ». Et lorsque l’on pose la question à Alban Tissot sur l’impact du manque concours sur les chevaux, sa réponse est assez claire. « Je pense que sur des chevaux comme Gotilas cela a joué un rôle. D’ailleurs nous avons constaté que certains chevaux étaient un peu contractés sur ce premier jour. La piste est regardante, les cavaliers se mettent la pression car on ne sait jamais comment les chevaux vont se comporter en piste après une longue pause. On sait tous que plus les chevaux sortent mieux ils sont car plus relâchés », insiste-t-il tandis que la troisième marche du podium est pour le moment occupée par Alizée Roussel avec Figo de Hansez (68,342%)

Cette première « remise en route » passée, la pression risque de s’intensifier sur la deuxième manche, la Pro 2 Grand Prix, qui se tiendra samedi avant la Reprise Libre en Musique de dimanche. 

De la nouveauté en Pro 1

Chez les Pro 1, huit couples ont déroulé la Pro 1 Préliminaire dont le texte a changé depuis le début d’année 2020. Plus technique, avec des enchainements très rapprochés, cette nouvelle reprise n’a pas facilité la tâche des couples en lice. « Elle n’est vraiment pas facile à monter ni à juger d’ailleurs, sourit Patricia Noyer, présidente du jury ce jeudi. Tout s’enchaine très vite, il faudrait presque des chevaux très dressés alors que c’est justement un niveau tremplin vers le Grand Prix. Les chevaux étaient tous mieux sur la deuxième partie au passage et piaffer qui ressemble à l’ancien texte ». Un changement certainement effectué dans le but de réduire l’écart technique entre le niveau Pro 1 et le niveau Grand Prix notamment en international. « La différence entre les deux niveaux était très importante mais maintenant cela rend presque cette Pro 1 Préliminaire trop difficile. Il y a vraiment beaucoup de transitions, il faut être dans le contrôle et si les chevaux ne sont pas fluides cela va tout de suite se voir », constate Patricia Noyer en ajoutant, « le reculer suivi d’un départ au galop immédiat a été ajouté ce qui est très technique d’autant qu’à la lettre suivante les cavaliers doivent enchainer avec les deux temps ! Si l’on regarde dans le Grand Prix, ils prennent le galop en E et ont donc la fin du grand côté et le petit côté pour préparer la ligne de changements de pieds ». Pour autant, une jument est sortie du lot sur cette première manche, Rilkadora Z, 8 ans, sous la selle de Bernard Bosseaux, qui obtient la note de 69,951% malgré des fautes dans les changements de pieds aux temps. Derrière, on retrouve Camille Chéret Judet avec Scoop du Bois Luric (68%) tandis que Charles Edouard Renaud complète le podium provisoire avec Danzig W (67,707%). « Tout peut encore changer demain dans l’Inter II surtout que le changement de pied au milieu du galop moyen comme cela était le cas il y a très longtemps dans le Grand Prix, a été réintégré », précise Patricia Noyer. Rendez-vous à partir de 14h30 pour le dénouement de ce championnat Pro 1. 

Tous les résultats à retrouver ICI