GN à Jardy : victoire de Gilles Siauve
dimanche 03 avril 2011

jardy 11 podium grand national
Le podium du Grand National © Claude Bigeon

Jardy enregistre toujours beaucoup de partants : 27 cette année pour la première étape du Grand National de dressage pour 13 écuries contre 9 en 2010. Gilles Siauve et Windsor la remportent pour le team Meyers Selles devant un public baigné de soleil et bien installé sur la terrasse qui borde la carrière et une véranda immense. Une création Cheval Liberté qui donne au lieu la touche d’élégance qui lui manquait, et du confort.

Bon début de saison pour le Nordiste désormais installé entre l’UCPA de Marcq en Baroeul et les écuries du Lannay près d’Orchies. Sept mois d’arrêt semblent avoir profité à son grand belge, déjà vainqueur du premier Pro Elite de la saison à Mulhouse. Dans les deux cas, quelques fautes n’ont pas empêché Gilles Siauve d’atteindre une moyenne (65,14) qui lui assurait d’emblée une bonne place, grâce ici à une reprise active, sans aucun point faible mais avec encore un potentiel de progression. Passé en milieu de Grand Prix, Windsor van’T Dashageveld et Gilles Siauve garderont la tête devant un autre couple longtemps arrêté sur blessure du cheval, Dartagnan et Ludovic Henry (64,46) qui avaient ouvert la compétition avec une reprise très régulière mais prudente selon les vœux même du cavalier. Derrière ces deux revenants, une jeune « pleine de talent qui nous a fait la meilleure impression aujourd’hui », déclarent unanimes les juges autour de leur président de jury Raphaël Saleh. Et pourtant, depuis qu’il la monte, sa fille de Gribaldi a donné bien du fil à retordre à Pierre Subileau : « Cela ne fait qu’un an et demi que je peux travailler le physique. Avant, je faisais 70% de psychologique ! » Et en un an et demi la belle Talitie a beaucoup évolué, au point de pouvoir présenter pour la première fois en épreuve ses aptitudes aux piaffer et passage et dérouler son grand prix presque comme une grande, malgré les drapeaux agités par le vent qui en ont intimidé plus d’un.

Des jeunes chevaux de talent
A commencer par deux autres jeunes talentueux, âgés de onze ans comme elle : Paradieszauber (Catherine Henriquet) terriblement contracté tout au long de sa reprise ce qui lui a fait perdre beaucoup de points (60,55, 12e) alors qu’il avait gagné le GPS de  Mulhouse  et que tout le monde s’accorde à voir en lui un cheval d’avenir auquel rien ne manque ; et Talent, avec laquelle Bernard Bosseaux avait créé la surprise en remportant le premier Grand Prix de la saison au Pro 1 de Fontainebleau. Beaucoup moins à l’aise à Jardy, dont le cadre est très regardant pour le premier extérieur de la saison, la kwpn a néanmoins montré elle aussi de très bons atouts. « Elle se stresse beaucoup ici et donc se fatigue », reconnaît Bernard Bosseaux qui ne la monte que depuis deux ans et faisait seulement là son deuxième concours avec elle, alors que lui-même n’a pas tourné en Grand Prix depuis 2008.
Encore un revenant à la 4e place (64,34), Greystoke, auquel un long arrêt a profité aussi : physiquement méconnaissable, beaucoup plus rond, plus lié, le cheval de Jean-Philippe Siat peut enfin exprimer ses qualités. Il devance un autre cheval qui a beaucoup évolué lui aussi depuis sa dernière saison, Luciano (64,21). Julia Chevanne a pu dérouler avec lui un Grand Prix fluide et exprimer sa grande expérience. Ce fut le cas aussi de Marina Caplain Saint-André (nom de jeune fille de Marina van den Berghe), avec Roméo, qui pendant tout son début de reprise a semblé pouvoir menacer Gilles Siauve, mais les problèmes ont commencé au galop avec des fautes et un cheval de plus en plus contracté (6e, 63,87).

Et d’autres en progrès
Karamel de Lauture, dont la cavalière exprimait sa joie d’être là après tous les soucis qu’elle a eus ces derniers mois et même années, a déroulé une reprise très plaisante comme à son habitude, mais un peu timide et  avec quelques fautes. Claire Gosselin termine cependant 7e (63,06) et clot un lot à 63% et plus. Derrière ce couple, relativement peu expérimenté à ce niveau, Walentina/Muriel Léonardi et Sino de Almeida/Stéphanie Delpierre affichent une progression régulière. Les deux suivants aussi, même si les notes – un peu basses selon plusieurs cavaliers – n’en rendent pas forcément compte, car l’impression d’ensemble est bonne : Das Bin Ich/Gabrielle Mathieu et Top de Niro/Muriel Foy.
Le nombre de partants, interdit d’évoquer ici tous les couples, mais plus de la moitié atteint les 60%, ce qui certes est encore trop peu , mais pas si mal pour la France. D’autant que plus loin, il y a plusieurs chevaux - jeunes pour certains comme Vendaval, neuf ans, et Ulan, dix ans respectivement sous les selles de Catherine Henriquet et la jeune Sarah Casanova - dont les qualités ne demandent qu’à être mieux mises en valeur par un travail plus en rapport avec les exigences de la compétition internationale. L’entraînement, en France, est un métier plein d’avenir.

Résultats détaillés