JEM : Totilas, évidemment!
jeudi 30 septembre 2010

lexington-gal-totilas
Edward Gal et Totilas © www.scoppdyga.com

Plus fascinant que jamais, Moorlands Totilas, le génial étalon noir d 'Edward Gal, a dominé le Grand Prix Spécial et offert une deuxième médaille d'or à son camp. Alors, rendez-vous pour un troisième sacre vendredi soir dans la RLM? A part ça, Totilas n'est pas vendu aux USA: fausse rumeur! L'argent va à la jeune et brillante Britannique Laura Bechtolsheimer, le bronze à l'Américain Steffen Peters: tout le monde il est content!

Ils étaient archi-favoris et, dès les toutes premières figures, on comprit qu'à moins d'un séisme l'élégant néerlandais Edward Gal et Moorlands Totilas, son ravissant fils de Gribaldi, étaient partis pour la gloire, s'envolant vers un nouveau sacre. Il eût fallu que le cheval... saute par-dessus la barrière pour empêcher son cavalier de triompher, tant leur suprématie était évidente! Et Totilas était tout au contraire parfaitement aux ordres, à l'écoute, presque relaxe.

"J'ai eu un sentiment encore meilleur que la veille dans le Grand Prix, déjà en pénétrant dans l'arène, j'ai senti qu'il était encore plus attentif et détendu,c'est un sentiment fabuleux de monter un tel cheval dans de telles conditions et je crois que notre reprise était encore meilleure que la veille", dira Gal, radieux. A 40 ans, il est champion du monde individuel pour la première fois, six mois après avoir remporté sa première Coupe du monde: quelle année!

Totilas reste aux Hollandais !

Etson score de 85,708 dans ce GP Spécial est supérieur à celui des Européens '09(où il était 2e derrière la grande absente du jour, Adelinde Cornelissen),supérieur aussi à ses scores dans le Grand Prix des Européens '09 ou des Mondiaux, hier. Les cinq juges ont clairement mis l'énergique et si vivant Totilas 1er et c'est logique, même si les trois médaillés ont évolué à leur meilleur niveau. ça promet avant la RLM: "Ce sera en soirée, sous les projecteurs, ce sera différent, mais il est vrai que la Kür (RLM) est souvent la meilleure reprise de Totilas", a avoué Gal.

L'étalon le plus fameux de la planète sera-t-il vendu aux Etats-Unis? La rumeur court,mais pour Edward Gal: "Ce n'est qu'une rumeur, j'en ai encore parlé aujourd'hui avec mes propriétaires, j'ai une telle chance d'avoir un cheval pareil!".

 Laura grimpe dans la hiérarchie

3eaux Européens '09, 2e ici aux Mondiaux: où donc s'arrêtera la jeune Britannique Laura Bechtolsheimer, jamais meilleure que lorsque l'enjeu est grand, la pression à son comble. Laura, qui est née à Francfort, a passé 24 de ses 25années en Angleterre ("J'y ai tous mes amis, je ne me verrais vraiment pas monter pour l'Allemagne" a-t-elle répondu au journaliste qui lui suggérait de renforcer l'équipe germanique, mise à mal!) et elle symbolise à elle seule déjà le renouveau du dressage britannique, même si Fiona Bigwood, 16e, est aussi qualifiée pour la RLM.

Laura B. et Mistral Hojris ont déroulé une reprise somptueuse, ponctuée d'une dernière ligne époustouflante, saluée par de nombreux 10; on regrette simplement qu'ils n'aient pas fait le tour d'honneur (les supprimera-t-on un jour faute de combattants? Ce serait le comble!).

Les Etats-Unis, 4es par équipe mardi, se consolent avec la médaille de bronze de Steffen Peters, qui a eu la sagesse de ménager Ravel, le vainqueur de la Coupe du monde 2009, pour l'événement. Hormis deux petites défenses au piaffer, lebai a été brillant. On pourrait bien retrouver ces trois couples sur l'autre podium individuel, celui de la RLM. Une aberration, soit dit en passant, ce double set de médailles. Les sauteurs doivent se dire que la chasse, la double(demi) finale individuelle et surtout... la tournante mériteraient à ce tarif-là aussi plusieurs jeux de médailles! Isn't it?

Fuego met le feu !

Le seul à pouvoir peut-être jouer les trouble-fête, à pouvoir venir troubler l'ordre établi vendredi soir dans la RLM, c'est l'Espagnol Juan Manuel Munoz Diaz, épatant 4e de ce Spécial avec son spectaculaire PRE gris Fuego XII, qui pourrait mettre le feu dans les tribunes. Avec 76,042%, il n'était qu'à 2 pts du podium et devançait d'autant ou presque la Néerlandaise Imke Schellekens-Bartels, 5e avec sa puissante Sunrise Hunter Douglas.

4ela veille et citée parmi les médaillables, Isabell Werth a déçu avec son grand Warum Nicht FRH, un peu éteint et aux allures peu spectaculaires. Et comme il y a cette fois eu de petites fautes (les changements de pied entre les deux pirouettes au galop ne voulaient pas passer...), l'Allemande s'est retrouvée10e au final: dur, dur! En revanche, les deux nouveaux, Christoph Koschel, 6eavec Donnperignon, et Anabel Balkenhol, 8e et "ressuscitée" par rapport à la veille (+ 20 rangs) avec Dablino, redonnent un peu de moral aux troupes germaniques!

Parmi les bonnes surprises aussi, la Danoise Nathalie zu Sayn-Wittgenstein, plaisante7e avec Digby, un cheval de l'élevage de sa mère, la Princesse Bénédicte,présidente d'honneur du WBFSH, Brett Parbery, 9e pour l'Australie ou encore Marcela Krinke-Susmelj, 12e avec Corinth et qui permet ainsi à la Suisse d'avoir quelqu'un dans la RLM.

A l'inverse, Matthias Alexander Rath, 13e (et 4e Allemand, ce qui vous élimine pour la RLM, réservée à trois concurrents par nation), ou le Néerlandais Hans-Peter Minderhoud, le compagnon d'Edward Gal, 26e avec Exquis Nadine, ont déçu. Nadine a fait une grosse défense, puis une seconde (due au bruit celle-là), mais toute sa reprise fut décevante aux yeux de tous, sauf de la juge américaine Linda Zang qui la voyait 6e (les 4 autres juges hésitaient plus judicieusement entre le 23e et le 27e rang!). Cette juge, déjà ridicule la veille avec déjà jusqu'à 10% d'écart avec ses collègues, ne devrait pas officier à ce niveau. Mais on se disait déjà cela lors des Mondiaux de Rome, en1998...

Commentaires


Jehan d | 30/09/2010 12:26
J'aime beaucoup le franc parler d'Alban ! enfin quelqu'un qui écrit clairement ce qu'il pense.
Emmanuelle

Dan G | 30/09/2010 08:28
A propos de la phrase "on regrette simplement qu'ils n'aient pas fait le tour d'honneur "
A qui la faute ? Le public ne s'enflamme que pour les chevaux hyperactifs aux allures spectaculaires et les juges se sentent obligés de les suivre. Pour "faire" le maximum de points, il faut maintenant des chevaux hors du commun, montés aux limites de ce qu'ils peuvent mentalement, et parfois physiquement, supporter. Pas étonnant que le tour d'honneur devienne pour certains cavaliers un risque trop grand d'habituer leur cheval à "disjoncter" sur les terrains de compétition, voire, pour eux-mêmes, à se retrouver à l'hôpital. D'où des chevaux amenés jusqu'au terrain en longe, des cavaliers qui montent un autre cheval, plus calme, aux remises de prix, ou des cavaliers à pied.
C'est une mesure de sécurité compréhensible (et justifiée) pour qui doit monter sans protection céphalique et sans gilet gonflable des chevaux puissants dans des environnements aussi perturbants.