L’Allemagne de nouveau sacrée championne d’Europe
mercredi 08 septembre 2021

Helen Langehanenberg, Isabell Werth, Dorothee Schneider et Jessica von Bredow-Werndl sont les nouvelles championnes d'Europe par équipe
Pour la vingt-cinquième fois de son histoire, c'est l'Allemagne qui décroche le titre de championne d'Europe par équipe © FEI / Liz Gregg

Deuxième journée de compétition à Hagen, et certainement l’une des plus décisives. En effet, chaque nation jouait aujourd’hui ses deux dernières cartouches en vue d’une médaille européenne en équipe et d’une qualification en individuel. Si la Grande-Bretagne était en tête du classement provisoire hier, aujourd’hui, l’Allemagne a réaffirmé son rang de nation reine du dressage et a été sacrée championne d’Europe en équipe pour la vingt-cinquième fois de son histoire.

Les cavaliers britanniques auraient tant aimé de nouveau décrocher l’or européen en équipe, comme à Rotterdam en 2011… Et ils étaient bien partis pour ! En tête du classement provisoire hier grâce aux très bonnes reprises de Charlotte Fry et Gareth Hughes, leurs deux compatriotes, Charlotte Dujardin et Carl Hester ont aujourd’hui tout fait pour conserver cette position. Premier à passer, le cavalier en selle sur son fidèle KWPN de douze ans En Vogue (Jazz) a offert aux juges et au public une prestation des plus agréables à regarder, avec notamment un très beau travail au trot et une belle harmonie. Une équitation dont on ne se lasse assurément pas. Le couple décroche l’honorable moyenne de 74,845 %, qui ne permet malheureusement pas à la Grande-Bretagne, deuxième à ce stade de la compétition, de remonter en tête du classement par équipes. « En Vogue peut obtenir de très, très bonnes notes mais cela n’a pas vraiment été le cas aujourd’hui. Je ne méritais pas plus de points, il y a eu trop d’erreurs et, même si elles ne sont pas grosses, je suis déçu. Mais il ne faut pas oublier qu’il revient de Tokyo, où il a été excellent dans les trois épreuves malgré le peu d’expérience qu’il avait », soulignait le cavalier en sortie de piste. Tous les espoirs étaient alors placés sur Charlotte Dujardin et son médaillé de bronze lors des derniers Jeux olympiques, Gio (Apache). Tout au long de ce Grand Prix, l’alezan s’est montré aussi énergique qu’appliqué et le couple a vu son score croître au fil de la reprise. Lors du salut final, c’est une très belle moyenne de 79,829 % qui s’affiche. Le couple signe ainsi la troisième meilleure reprise de cette épreuve. De quoi rendre Charlotte Dujardin on ne peut plus heureuse, mais pas offrir la médaille d’or tant espérée à son équipe… Car, tout comme à Tokyo, aujourd’hui, les Allemandes se sont montrées redoutables et n’ont laissé aucune chance à leurs concurrents. Leurs espoirs d’or envolés, les Britanniques doivent finalement se contenter d’une très belle médaille d’argent.

Jessica von Bredow-Werndl, tout simplement magistrale

Un couple était particulièrement attendu ce mercredi à Hagen : les doubles championnes olympiques en titre Jessica von Bredow-Werndl et son exceptionnelle TSF Dalera BB (Easy Game). Et c’est une fois de plus une reprise tout en fluidité, légèreté, harmonie et facilité que le couple a offert aux juges et spectateurs. Il n’y avait assurément rien à redire, juste à admirer. Les notes parlaient d’ailleurs d’elles-mêmes : durant toute la reprise, au total, près de cinq points séparaient Jessica von Bredow-Werndl de sa compatriote Isabell Werth, qui avait jusque-là signé la meilleure reprise de ce championnat. Avec une moyenne finale de 84,099 %, la cavalière obtient indéniablement les plus belles notes de ce Grand Prix et est d’ailleurs la seule à avoir dépassé la barre symbolique des 80 %. Car même Isabell Werth, accompagnée de Weihegold Old (Blue Hors Don Schufro), ne l’a pas atteinte. Elle n’en était pourtant pas loin après sa reprise notamment marquée par de beaux piaffers, grâce auxquels elle obtient, comme toujours, d’importants points. Avec une moyenne de 79,860 %, la cavalière la plus médaillée de l’histoire doit ainsi se contenter, comme aux Jeux olympiques et, depuis peu, au classement mondial, de la deuxième place. « Nous avons juste fait une petite erreur à la fin des changements de pieds aux deux temps, où Weihegold s’est un peu précipitée à la fin, mais la dernière ligne était superbe donc j'étais vraiment contente. Malgré tout, nous obtenons un score inférieur à 80 %... Au cours des trois dernières années, il n’y a eu qu’une seule compétition durant laquelle nous avons obtenu moins de 80% : c'était à Paris, lors de la finale Coupe du monde. Mais, bien sûr, il faut le prendre sportivement », exprimait la cavalière, visiblement quelque peu déçue. Mais avec deux couples largement en tête, la victoire de l’équipe allemande était donc scellée. Et après Rotterdam en 2019, Gothenburg en 2017, Herning en 2013 ou encore Hagen en 2005, l’Allemagne s’est offert, ce mercredi, le vingt-cinquième titre de championne d’Europe par équipe de son histoire, devant les Britanniques.

Le Danemark en bronze

Il n’a manqué que quelques points aux cavaliers danois pour conserver leur deuxième place acquise la veille… Et le moins que l’on puisse dire, c’est que les deux derniers couples de l’équipe à passer, Daniel Bachmann Andersen et Cathrine Dufour, ont tout fait pour sécuriser cette médaille d’argent. Associé à son hongre de seulement neuf ans Marshall-Bell (Blue Hors Don Romantic), Daniel Bachmann Andersen a déroulé une reprise très propre et pleine de qualités, notamment dans le travail au trot. Et quelle ne fut pas sa surprise quand, à l’issue de son passage, le cavalier constate qu’il s’empare de la deuxième place du classement provisoire en obtenant la très belle moyenne de 76,366 % ! Si la joie et la fierté se lisaient sur le visage du cavalier, elles s’entendaient également très distinctement du côté du staff fédéral. Même chose suite au passage de Cathrine Dufour et Bohemian (Bordeaux) qui ont, eux, eu droit en plus à de longues acclamations de la part du public. En effet, le couple a déroulé une excellente reprise, avec de très, très beaux piaffers et des transitions d’une fluidité rare. Mais les deux complices perdent malheureusement des points dans la première pirouette au galop, durant laquelle Bohemian fait preuve d’un geste de défense… De précieux points, qui leur auraient permis de détrôner la grande Isabell Werth. « Dans l'ensemble, je suis vraiment contente. Bien sûr, je suis un peu ennuyée par cette grosse erreur, mais devons toujours tenter des choses pour faire mieux et nous dépasser. Mes coéquipiers ont été formidables ici, ce fut un plaisir de les regarder et c'est un plaisir d'avoir trois de nos cavaliers au-dessus de 75 %. Je ne me souviens pas quand cela est arrivé pour la dernière fois ! », soulignait la cavalière. Cathrine Dufour peut néanmoins être très fière de son cheval et de sa reprise, pour laquelle elle obtient la très belle moyenne de 79.721 % - soit 0,139 points de moins que l’Allemande. Mais il en est ainsi : l’Allemagne et la Grande-Bretagne règnent indéniablement sur le dressage européen, et l’équipe danoise peut malgré tout se réjouir de cette belle médaille de bronze.

Au classement par équipes, avec 231,165 points, le Danemark devance ainsi la Suède, quatrième avec 225,389 points, les Pays-Bas, cinquièmes avec 221,242 points ou encore la Finlande, sixième grâce à ses 218,634 points. La France gagne, elle, deux places et se classe neuvième.

Morgan Barbançon-Mestre et Sir Donnerhall II qualifiés pour le Grand Prix Spécial

D’ailleurs, du côté de l’équipe de France, Alexandre Ayache et Zo What (Scandic) étaient le troisième couple à s’élancer dans ce Grand Prix. Et, tout comme pour Maxime Collard et Cupido PB hier, tout ne s’est malheureusement pas passé comme prévu, notamment, là encore, dans le premier piaffer. Après une transition un peu floue et un début de piaffer timide, l’alezan marque un arrêt en pleine exécution de la figure, avant de la reprendre. Un véritable coup dur pour le couple qui perd de précieux points, les piaffers étant notés avec un coefficient de 2. Avec une moyenne de 68,364 %, le duo voit tristement les portes de la qualification individuelle se fermer devant lui.

Dernier couple tricolore à dérouler ce Grand Prix, Morgan Barbançon-Mestre et Sir Donnerhall II (Sandro Hit) ont, tout comme à Tokyo, signé la meilleure performance française de ce championnat. Sous les yeux de l’Allemande Dorothee Schneider, aux côtés de qui elle s’entraîne, le cavalière réalise un bon travail au trot et signe une reprise sans faute majeure, estimée à 71,941 %. En sortie de piste, la cavalière affiche un grand sourire, et elle a de quoi : la prestation qu’elle vient de réaliser lui permet de décrocher son ticket pour le Grand Prix Spécial de demain, qui réunit les trente meilleurs couples. Morgan Barbançon-Mestre sera donc l’unique espoir tricolore en individuel. Objectif : se classer parmi les quinze meilleurs couples demain, dans le Grand Prix Spécial – qui débutera à 17h – afin d’accéder samedi à la reprise libre en musique. 

Pour regarder les épreuves à venir, rendez-vous sur Clipmyhorse.tv.

Pour consulter le classement par équipes, cliquez ici.

Pour consulter les résultats individuels, cliquez ici

(Re)découvrez les reprises des quatre cavalières allemandes sacrées championne d’Europe par équipe ici :