Le sport gagnant
dimanche 08 novembre 2009

saumur9-siat-tarski
Jean-Philippe Siat et Tarski, en tête du classement provisoire © Les Garennes, Photo d'archive

L’intensité sportive des dernières épreuves du rendez-vous saumurois a permis aux présents d’oublier un peu la grisaille des deux premiers jours.

Le public un peu moins clairsemé n’a pu que se féliciter d’être là pour applaudir Stéphanie Collier et Jean-Philippe Siat, nouveaux champions petit et grand tour devant des concurrents qui ont, tous, offert le meilleur de leur complicité avec leurs chevaux. La troisième et dernière manche des championnats a vu s’affronter sur les reprises en musique des candidats bien décidés à défendre leurs chances jusqu’au bout et le spectacle a été unanimement apprécié.

En petit tour, les composantes du podium étaient en place dès le premier jour mais les pronostics au matin du troisième étaient hasardeux et Arnaud Serre, alors encore en tête, déclarait craindre pour sa place : « Stéphanie a plus d’expérience que moi, ses kür sont réputées belles et je ne sais pas comment Le Guerrier se comportera sur cette troisième reprise. Mais de toutes façons, nous étions venus ici pour faire un podium et je pense que nous avons une bonne chance d’y rester » . Le Provençal a perdu l’or d’à peine un point de moyenne au bénéfice de Stéphanie Collier et Wisdom « qui était tout à fait disponible. J’ai eu beaucoup de plaisir à le monter » . Arnaud Serre garde l’argent devant Alban Tissot, vainqueur du premier jour qui constatera : « Mon cheval ne peut pas faire 76 et c’était ce qu’il m’aurait fallu pour battre mes deux concurrents. Mais je suis très content, car ce n’est pas nous qui avons été mauvais mais eux qui ont été meilleurs » . Belle dispute pour les autres aussi, les cinq couples suivants se tenant en moins de cinq points. Le garde Bertrand Lebarbier et Damien Cambourieu (frère de Thibault) ont conservé leurs 4e et 5e places, mais le garde Pascal Jean – la Garde avait à Saumur un troisième représentant, Serge Cantin, en Critérium - s’est fait doubler au poteau par la Rhônalpine Bertille Pélardy qui présentait le cheval de sa sœur Perrine.

En grand tour, Jean-Philippe Siat, qui avait pris la tête de peu vendredi, la garde « grâce à la difficulté technique qui a fait la différence et une musique qui illustre bien sa reprise en suivant les allures avec précision, expliquera Bernard Maurel, président de jury. Les piaffers de Tarski étaient un peu meilleurs aussi » , que ceux d’Olivier avec lequel Marc Boblet défendait son titre 2008 gagné avec Whitni Star. Olivier a beaucoup progressé au fil de l’année et permet à son cavalier, qui se déclarait très déçu, de rester sur le podium ce qui n’est déjà pas si mal, car il est le seul avec Jean-Philippe Siat à avoir deux chevaux à ce niveau. Une autre lutte très serrée se jouait derrière les premiers, cette fois entre Pierre Subileau et Sylvie Corellou. Là encore, c’est quasiment la musique qui a fait la différence, « celle de Pierre Subileau étant plus dynamique », précisait le président des juges. Et cette Libre créée il y a sept ans sur laquelle le « vieux » Carlos (dix-huit ans) s’exprime parfaitement donne un microscopique 0,39 point d’avance au couple sur Hélio II et Sylvie Corellou qui restent donc au pied du podium malgré une reprise très fluide et sans faute. Quand même déçue mais toujours positive, la cavalière de l’Allier était cependant contente d’avoir enchaîné deux épreuves sans que son bel espagnol ne fasse de fautes aux changements de pied. Avec un Joery (dix-huit ans), plus en forme que jamais – et ce n’est pas un effet de style – passageant comme un jeune homme, Thibault Cambourieu ravit la 5e place à Gilles Siauve et Aston. Ces championnats un peu maigrichons, tant sur la piste qu’en tribune, ont donc cependant livré du beau sport. Cela suffira-t-il pour les Jeux mondiaux qui s’annoncent ? Où les prochains se dérouleront-ils et dans quelles conditions ? Ces questions étaient sur toutes les lèvres.