Pauline Guillem s’installe au Haras de Malleret !
mardi 06 octobre 2020

Pauline Guillem
Installée à son compte à Rouen, Pauline Guillem n'a pu refuser l'opportunité de devenir cavalière du Haras de Malleret à temps plein et si'ntallera donc à Bordeaux en début d'année 2021 © Coll.

Après un an de collaboration avec le Haras de Malleret, la cavalière de dressage Pauline Guillem quitte Rouen et son statut d’indépendante pour rejoindre Bordeaux et la vie de salariée. Une opportunité que la cavalière de seulement 27 ans ne pouvait pas refuser.

Depuis un an, et le départ de sa cavalière espagnole, Maria de la Chica Parras, Gérald Martinez, propriétaire du Haras de Malleret, avait misé sur une nouvelle stratégie en confiant certains de ses meilleurs chevaux à différentes cavalières à travers l’Europe. « Cela nous a permis de développer la communication du Haras, cela a été une très belle vitrine pour nous », confie Alexandra Lafféa, responsable commerciale. En effet, en s’entourant de cavalières d’expérience telles que Jessica Michel-Botton et Morgan Barbançon-Mestre, en France, ou Dorothee Schneider et Jessica von Bredow-Werndl en Allemagne, le Haras de Malleret misait sur une visibilité internationale. Mais l’année 2020 a été très particulière, comme tout le monde le sait, et Gérald Martinez souhaite désormais revoir son plan d’action en annonçant l’arrivée de Pauline Guillem à temps plein au sein de son haras bordelais. « Cela fait un an que je collabore avec Gérald Martinez et le Haras de Malleret. Tout a commencé au lendemain de la Grande Semaine de Saumur en 2019, lorsqu’il m’a confiée Soirée de Malleret dans un but de valorisation et commercialisation. Au bout de quelques mois la jument était vendue et je voyais l’arrivée de Floyd et Barcelona de Malleret dans mes écuries », explique Pauline Guillem. Une collaboration qui va donc prendre une toute nouvelle direction à partir du 1er janvier 2021. « Pauline va intégrer officiellement le Haras de Malleret en début d’année prochaine, ce qui lui permet de préparer son déménagement, de donner son préavis chez Timothée Anciaume, chez qui elle loue des boxes, ainsi que de pouvoir participer aux derniers concours de la saison avec les chevaux de ses clients actuels », précise Alexandra. En effet, depuis trois ans et son retour d’Allemagne, Pauline Guillem avait monté une petite structure indépendante au sein des écuries de l’ancien cavalier de l’équipe de France de saut d’obstacles, Timothée Anciaume, du côté de Rouen, structure qui se développait de plus en plus. 

Nouveau départ

« Après l’arrivée de Romulus de Malleret, un entier de 3 ans, dans mes écuries, la question s’est posée de vouloir développer encore plus notre collaboration, mais ma petite structure ne me le permettait pas forcément. Il y a peu, Gérald m’a alors appelée pour me demander si je pouvais envisager de monter exclusivement pour le Haras de Malleret. Après avoir réfléchi, je ne me voyais pas refuser une telle opportunité à seulement 27 ans », souligne la cavalière. C’est donc accompagnée de son ami, Hugo, ainsi que de Loudzi Gold (sa jument de 4 ans avec laquelle elle a remporté la médaille de bronze à la Grande Semaine de Fontainebleau, NDLR) et de Lucky Gold, 7 ans, que Pauline va se lancer dans cette nouvelle aventure. « La décision de tout quitter n’est pas simple à prendre, d’autant que j’ai ma famille, mes amis, en Normandie, et de nombreux clients fidèles, mais je ne pars pas seule ce qui joue aussi beaucoup. Gérald a aussi accepté que je puisse venir avec deux de mes chevaux personnels au sein du Haras. Et j’ai la chance d’avoir une très bonne amie, Christine, qui possède une petite écurie proche de Bordeaux, qui a accepté d’accueillir en plus mon 3 ans chez elle ». Dès le mois de janvier, Pauline sera donc en charge, épaulée par Alfonso de la Chica Parras, de l’entrainement des chevaux, de leurs sorties en compétition, de leur valorisation ainsi que de leur vente. « Il y aura aussi une part de gestion des écuries », précise-t-elle. « Je pense que le Haras de Malleret élève de très bons chevaux et si cet élevage n’est pas encore complètement dans la lumière, je pense que l’on va entendre parler de lui dans les années à venir. J’avais vraiment envie de continuer à travailler avec Gérald et le Haras de Malleret, je m’entends très bien avec l’équipe. Je vais essayer d’emmener le haras et les chevaux le plus haut possible mais je pense qu’il y a de quoi faire, c’est un très beau challenge pour moi », confie Pauline qui en profite pour remercier toutes les personnes qui lui ont donné sa chance à son retour d’Allemagne. « Je tiens à remercier les personnes qui ont cru en moi et ma structure. Je remercie mon maréchal, Jean-Paul Brochard, mes vétérinaires, Antoine Lechartier et Bertrand Francquet, ma groom, Lucile Dieutre et surtout Timothée Anciaume et Jérôme Brion qui m’ont permis d’utiliser une très belle structure pendant ces trois années à Rouen. J’ai passé avec eux de super moments et les bottes à bottes du matin avec Tim vont me manquer », sourit-elle. « Le choix de Pauline était une évidence. Gérald apprécie beaucoup son équitation, ses valeurs, proches de celles de Malleret, sa mentalité, son esprit d’équipe. Alfonso et Pauline vont pouvoir se répartir les chevaux et travailler ensemble. Nous voulions nous tourner vers une cavalière française et je pense que cela va être une belle aventure pour elle », conclut Alexandra Lafféa.